lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus Aveyron

17 Janvier 2020 | Actus Aveyron | Actus élevage

«Aborder la gestion des risques avec pédagogie» [point de vue]

La FDSEA de l’Aveyron a invité mardi 21 janvier, Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA, en charge du dossier gestion des risques climatiques et sanitaires (notre photo).

- Pouvez-vous vous présenter ?

J. Limouzin : «Je suis agriculteur en Vendée, installé dans un GAEC à 6 associés (4 frères, un fils et un neveu - de 25 à 58 ans), pour préparer une transmission progressive de l’exploitation familiale. Sur 380 ha, nous élevons 60 vaches laitières et 150 Charolaises avec un atelier d’engraissement de jeunes bovins et de 300 truies dans un système naisseur - engraisseur. Notre particularité est d’avoir développé un système autonome avec la fabrication de toute l’alimentation de nos animaux sur la ferme à partir des céréales et fourrages de l’exploitation. Nous sommes aussi en système irriguant avec 170 000 m3 de stockage d’eau et les deux tiers de l’exploitation sont draînés.

- Depuis quand êtes-vous engagé dans la gestion des risques en agriculture ?

J. Limouzin : C’est Xavier Beulin qui m’a confié cette mission à la FNSEA constatant qu’il y avait de plus en plus de sinistres et que le changement climatique constituait un véritable sujet pour la résilience de nos exploitations. Je suis donc en charge de la gestion des risques climatiques et sanitaires et je préside le FMSE (fonds de mutualisation sanitaire et environnemental) depuis plusieurs années.

Ce sujet sera d’ailleurs au cœur du prochain congrès de la FNSEA à Niort. Nous présenterons nos propositions pour faire face aux excès d’eau, aux sécheresses, aux gels, aux canicules, des phénomènes de plus en plus récurrents dans toutes les régions de France. Au-delà de la mission alimentaire, il est aussi du rôle de l’agriculture de répondre aux attentes sociétales en matière de stockage du carbone, de limitation des gaz à effet de serre. L’agriculture est une solution !

- Quel sera l’objet de votre intervention en Aveyron ?

J. Limouzin : Je suis souvent sollicité pour intervenir dans les départements, expliquer la capacité à apporter plus de résilience en mettant en parallèle les dispositifs gérés par les exploitations. L’épargne de précaution est une avancée : elle permet de réaliser des stocks fourragers les bonnes années et de lisser sur plusieurs années sans prélèvement supplémentaire. Plusieurs dispositifs sont à généraliser comme le stockage de l’eau et le système assurantiel qui doit mieux s’articuler avec le fonds des calamités agricoles, qui, il faut le dire, arrive à bout de souffle et cause beaucoup de déception sur le terrain ! Nous devons donner plus de robustesse à nos outils comme le système indiciel d’Airbus basé sur la pousse de l’herbe. Le système assurantiel doit être amplifié et attractif pour les agriculteurs, nous y travaillons auprès du ministère et dans la future PAC. Le système de référence doit être modifié, la moyenne olympique sur 5 ans n’est pas efficiente.

Nous ne pouvons pas rester sur des vieux dispositifs comme les calamités agricoles qui couvrent simplement 28% des pertes alors que le système assurantiel atteint les 100%, hors franchise. Sur ces outils, nous devons faire preuve de pédagogie, bien expliquer parce que au même titre que n’importe quel investissement sur une exploitation, la gestion des risques doit aussi être intégrée et calculée».

Eva DZ

 éleveurs+fnsea+sécheresse

10 Janvier 2020 | Actus Aveyron | Actus élevage

FDSEA : trois réunions régionales ovines [point de vue]

Trois réunions régionales ovines FDSEA seront lancées à partir du vendredi 17 janvier (1).  Le point de vue de Cyrille Guimauve, co-président de la section ovins viande FDSEA (notre photo).

- Quel est l’ordre du jour de ces réunions ?

«Nous avons décidé de parler de l’aide ovine et caprine, en faisant un état des lieux 2019 avec les modalités 2020. Autres sujets, les contrôles PAC, un point de conjoncture et d’actualité, puis la prédation, et la PAC post 2020 avec les premiers éléments en notre possession que nous voulons communiquer à nos adhérents. Ces trois réunions de secteur sont également des lieux d’échanges qui permettent de partager l’information, de prendre aussi en compte les préoccupations du terrain.

- Comment se porte la filière en Aveyron ?

Ces réunions sont également organisées pour parler de l’avenir de la filière. Pour l’heure, le contexte économique est somme toute correct. Même si, depuis juin dernier, les cours de l’agneau sont sous la pression du marché anglais, et encore impactés par la baisse de la consommation. L’agneau aveyronnais a toujours de bons atouts à faire valoir ! L’enjeu pour la filière est aussi le renouvellement des générations de producteurs. Il est donc important de défendre le prix pour attirer les plus jeunes. Et continuer à communiquer sur le métier et notre agneau auprès des consommateurs.

- Personnellement, comment valorisez-vous vos agneaux ?

Je suis installé à Durenque avec 250 brebis. Mes agneaux sont valorisés en label rouge avec l’organisation de producteurs APROVIA. Le label nous apporte une meilleure valorisation mais la PAC représente aussi une partie indispensable de notre revenu. Lors de nos réunions de secteur, nous aurons en effet des éléments d’informations à partager avec tous les éleveurs présents. Je serai pour ma part à Réquista et à Saint-Affrique. Jean-François Cazotte sera à Salles-Curan».

D.B.

(1) Trois réunions :

Vendredi 17 janvier : Réquista (Maison pour tous) à 10h ; Saint-Affrique (Salle du Cambon) à 14h30.

Mercredi 22 janvier : Salles-Curan à 14h30 (salle de réunion de la salle des fêtes).

 éleveurs+ovins+agneaux

08 Janvier 2020 | Actus Aveyron

Jérôme Despey (FNSEA) en Aveyron : «la loi EGAlim doit prouver son efficacité»

Jérôme Despey, secrétaire général FNSEA (notre photo), participera à l’assemblée générale de la FDSEA Aveyron, ce vendredi 10 janvier, à Moyrazès.

«L’Aveyron est un département important pour la FNSEA, du fait notamment de sa riche histoire syndicale» confie Jérôme Despey. Et d’ajouter : «je suis installé dans un département voisin, dans l’Hérault, et je connais très bien la diversité de l’agriculture aveyronnaise. Il est donc important pour moi d’échanger avec les Aveyronnais sur différents sujets d’actualité, dont la loi EGAlim. Ses effets peuvent décevoir des agriculteurs pour le moment mais nous ne sommes que dans la première année d’application de la loi. Nous savions, dès le début à la FNSEA, que tout n’allait pas se régler d’un coup de baguette magique. Nous voulions que le rapport de force entre producteurs et industriels-distributeurs soit différent avec une loi qui nous protège plus. Nous avons eu des avancées concrètes avec l’encadrement des promotions, le seuil des reventes à perte. Tout reste à construire avec les organisations de producteurs et les filières pour mettre en pratique une loi qui doit être un code de la route. Certes, cela n’est pas assez suivi en viande bovine par exemple. Certains veulent aussi contourner la loi. Il y a cependant quelques effets positifs pour le prix du lait de vache.

«Renforcer le pouvoir des producteurs»

Nous sommes dans la deuxième année d’application de la loi EGAlim, mais réellement dans une première année de fonctionnement permettant de mesurer son efficacité. Il faut rester dans l’esprit de la loi qui est de renforcer le pouvoir des producteurs. Cette loi doit donc être respectée, et prendre en compte la hausse de nos charges. Il y a aussi les distorsions de concurrence portées par le CETA et le Mercosur. Ces accords de libre-échange grèvent la compétitivité de nos filières, avec des importations de productions agricoles que nous ne voulons pas, comme la viande issue d’un bétail nourri aux farines animales !».

Jérôme Despey conclut : «j’aurai également l’occasion de parler de la future PAC avec les Aveyronnnais. Et du maintien de l’ICHN dont je sais qu’il est vital pour ce département d’élevage !».

D.B.

«L’adaptation de l’agriculture au réchauffement climatique»

L’assemblée générale de la FDSEA Aveyron aura lieu à la salle des fêtes de Moyrazès, vendredi 10 janvier. Le thème est : «l’adaptation de l’agriculture au réchauffement climatique».

Le programme :

- 9 h 30 : accueil par Laurent Saint-Affre, président de la FDSEA.

- 9 h 45 : mot de Michel Artus, maire de Moyrazès.

- 10 h : présentation de l’étude réalisée par les étudiants BTS ACSE de l’ADPSA : «l’impact du changement climatique».

- 10 h 30 : intervention de Jean-Christophe Moreau , de l’Institut de l’élevage :

- «Qu’est-ce que le changement climatique ? Evolution passée et à venir» ;

- Conséquences sur les cultures fourragères, impacts sur les troupeaux ;

- Enjeux du réchauffement à l’échelle des systèmes.

Table ronde avec la participation de :

- Sébastien Chatre, de RAGT2n : recherche et adaptation des semences variétales au changement climatique ;

- Jérôme Reynier, de la CADAUMA : axes de recherche et de développement de la mécanique agricole pour s’adapter aux économies d’énergies ;

- Jean-Christophe Moreau.

- 12 h 30 : intervention de Jacques Molières, président de la Chambre d’agriculture de l’Aveyron.

- 12 h 45 : intervention de Philippe Jougla, président de la FRSEA Occitanie.

- 13 h : pause déjeuner-buffet.

- 14 h 15 : table ronde avec la participation de Laurent Saint-Affre, Pierre Cabrit, Clément Chayriguès, Germain Albespy, Marie-Amélie Viargues, Dominique Fayel et Jérôme Despey.

Les sujets abordés : l’actualité syndicale, le bilan de la loi EGAlim, les marchés et l’export, les relations sociétales, la PAC 2020.

Débat avec la salle.

- 15 h15 : intervention de Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA.

- 15 h 50 : intervention d’Anthony Quintard, président des JA Aveyron.

- 16 h : intervention de Catherine Sarlandie de la Robertie, préfète de l’Aveyron.

 éleveurs+FNSEA+climat

03 Janvier 2020 | Actus Aveyron

JA Aveyron : conférence-débat lundi 6 janvier à Rodez

Le cycle de conférences annuel des JA Aveyron recommence ce lundi 6 janvier avec une intervention de Vincent Chatellier, ingénieur de recherche et économiste reconnu dans le monde agricole. Rendez-vous à 20h30, aux Archives départementales, 25 avenue Victor-Hugo, Rodez. Entrée gratuite ouverte à tous.

Chaque année, Jeunes Agriculteurs Aveyron organise des conférences sur des thématiques agricoles et en lien avec l’actualité, en collaboration avec le Groupe de Camboulazet et avec le soutien du Conseil départemental.

Les trois thèmes de la soirée :

«Aligot made in Taïwan, défi alimentaire, mondialisation et agriculture française : du global au local».

- Le défi alimentaire mondial : réussir à nourrir les gens et les problèmes liés (croissance démographique, faim dans le monde, réchauffement climatique,localisation des besoins alimentaires mondiaux, accaparement des terres…).

- L’internationalisation des échanges et la place de l’Europe : courants d’échanges (produits et pays), Brexit, accords bilatéraux de l’UE avec le Japon, le Canada et le Mercosur, et embargo russe.

- L’agriculture française face à la concurrence européenne et mondiale : principales trajectoiresproductives, commerce extérieur de la France, attentes sociétales dont l’agriculture biologique, et les consommateurs au milieu de cela.

 éleveurs+JA+CETA

03 Janvier 2020 | Actus Aveyron | Actus élevage

GIE Caprins : «une filière toujours dynamique !» [point de vue]

Le GIE Caprins Occitanie (groupement d’intérêt économique) s’est réuni le vendredi 20 décembre à la Maison de l’agriculture, à Rodez, sous la présidence de l’Aveyronnais Joël Mazars (notre photo).

- Quels étaient les sujets à l’ordre du jour ?

«Nous avons fait un point de conjoncture. Les voyants sont au vert, avec un bémol sur la partie prix. Notre filière caprine nationale est en effet la grande oubliée des états généraux de l’alimentation. Pour 2020, la Fédération Nationale des Eleveurs de Chèvres (FNEC) et les départements de chaque région sont impliqués dans les négociations commerciales pour revaloriser le prix du lait, avec les centrales d’achat, les entreprises laitières et les GMS.

- Et au niveau régional ?

Nous avons évoqué les aides concernant notre filière caprine. J’ai demandé que l’ensemble des éleveurs caprins de la région soient bien informés sur la totalité des dispositifs mis en place, avec une communication la plus large possible. Chaque éleveur doit en effet être informé de tous les soutiens financiers existants.

- Au niveau régional justement, la filière régionale a obtenu un soutien important ?

Il s’agit en effet du GOPEI, autrement dit, le Groupement d’orientation des pratiques expérimentales innovantes. Il représente une enveloppe de 420 000 euros, financée par moitié par la Région Occitanie et l’Union européenne. C’est la première fois que la filière caprine Occitanie et Sud-Ouest obtient un tel soutien. Ce financement court sur quatre années. Il est destiné à la recherche, l’innovation, l’expérimentation, en lien avec un groupe d’éleveurs, axé sur l’autonomie alimentaire spécifique aux caprins. Il faut aussi noter que ce GOPEI se matérialise par une enveloppe de 65 000 euros pour la Chambre d’agriculture de l’Aveyron.

- Avec l’ambition de continuer à développer la filière en Aveyron ?

Naturellement. Nous sommes toujours dans une démarche de promotion de la filière caprine car nous avons besoin de producteurs. Nous allons participer au forum des filières de JA, comme celui de l’Aveyron. Dans notre département, nous sommes déjà en pointe, leaders au niveau national, avec plus de dix nouveaux producteurs caprins installés chaque année.

- La réunion du GIE caprin à Rodez était aussi élective...

Il y a eu deux désignations, celles de Dominique Chambon (Lot) chargé du dossier lait cru et sanitaire, et d’Etienne Espinasse (Colombiès), représentant la FRGDS Occitanie. Le conseil d’administration m’a renouvelé sa confiance comme président, pour un deuxième mandat de six ans».

D.B.

 éleveurs+chèvre+caprins

Précédents articles

27 Décembre 2019 | Quel approvisionnement local en Région ?
27 Décembre 2019 | L’actu vue par Z’lex
26 Décembre 2019 | L’actu vue par Z’lex
26 Décembre 2019 | Installation : l’Aveyron toujours leader
25 Décembre 2019 | La Volonté Paysanne vous souhaite de bonnes fêtes !
20 Décembre 2019 | Egalim : un retour concret sur le prix pour les bovins en label [point de vue]
13 Décembre 2019 | AG de l'APL Rodez : Lactalis et les coûts de production [point de vue]
09 Décembre 2019 | Dix-sept exposants aveyronnais au salon REGAL Sud de France à Toulouse
04 Décembre 2019 | Ovinpiades : huit Aveyronnais en finale régionale
02 Décembre 2019 | Race Aubrac : la sélection du prochain Salon de l'agriculture
Voir toutes les archives