lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus Aveyron

18 Janvier 2019 | Actus Aveyron

Rencontres en campagne FDSEA-JA : «un bilan positif» [point de vue]

Mercredi 16 janvier s’achevait le cycle des 16 Rencontres en campagne organisé par la FDSEA et les JA dans le cadre des élections Chambre d’agriculture. Valérie Imbert, secrétaire générale FDSEA Aveyron (notre photo), a participé à nombre d’entre elles.

- Quel bilan tirez-vous de ces Rencontres en campagne ?

«Depuis le mois d’octobre et jusque mi janvier, nous avons invité notre réseau à venir échanger avec des responsables professionnels nationaux, de filières de production, sur des exploitations de nos adhérents. Ces Rencontres de terrain ont créé une belle dynamique et draînaient bien plus que les agriculteurs voisins. Les thématiques ont été très appréciées, de même que les intervenants choisis, très diversifiés et représentatifs des principales productions et problématiques de notre département.

Les intervenants étaient, de leur côté, satisfaits aussi de voir la mobilisation de notre réseau, c’est important en terme de représentativité syndicale de notre département à l’échelle régionale et nationale.

- Comment se sont-elles déroulées ?

Sur la base de l’échange et de l’inter-action. Les invités se tenaient à la disposition des participants et répondaient à toutes les questions. Les échanges se poursuivaient autour d’un casse-croûte en toute convivialité.

En tant que responsable professionnelle au niveau du département, j’ai apprécié d’avoir pu aller à la rencontre des agriculteurs de tout l’Aveyron. Nous avons ainsi prouvé que nous avions bien «les pieds sur terre» !

- Cette semaine se terminent aussi les 40 réunions cantonales de la FDSEA. Qu’en retenez-vous ?

Là aussi nous avons misé sur l’échange autour du projet départemental co-construit avec le terrain et que la FDSEA et les JA défendent pour la prochaine mandature de la Chambre d’agriculture.

Lors de ces réunions de terrain, nous avons sensibilisé aussi nos adhérents à l’importance de voter : il en va de la représentativité de notre réseau syndical auprès des instances (administration, pouvoirs publics...). Il n’y a plus qu’une chose à faire : VOTER !».

Eva DZ

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 17 janvier 2019.

 éleveurs+FNSEA+campagne


17 Janvier 2019 | Actus Aveyron | Actus nationales

«Rencontre en campagne» FDSEA-JA : coûts de production et revenu au coeur des échanges

La 16ème et dernière «Rencontre en campagne» organisée dans le cadre des élections Chambre d’agriculture par la FDSEA et les JA s’est déroulée ce mercredi 16 janvier à Colombiès, avec Arnaud Gaillot, secrétaire général JA national et Patrick Bénézit, secrétaire général-adjoint FNSEA.

Patrick Bénézit secrétaire général-adjoint de la FNSEA, éleveur de vaches Charolaises dans le Cantal, a participé aux travaux des Etats généraux de l’alimentation préfigurant la loi dite EGAlim. Il a mené le combat syndical en faveur de prix rémunérateurs en lien avec le coût de production. «Nous avons bien avancé sur ce sujet, malgré les difficultés, avec l’appui des réseaux FDSEA-JA. Nous avons milité en faveur de la construction d’un prix «en marche avant», à partir du coût de production, encadré par une réglementation validée par la promulgation des premières ordonnances signées en début d’année».

Arnaud Gaillot, secrétaire général-adjoint de JA national, producteur de lait de vache dans le Doubs (AOP Comté), a loué la dynamique d’installation en Aveyron : «il y a eu 151 installations aidées ici en 2018 ! Donner envie de devenir agriculteur, c’est avoir des prix. Jeunesse et ruralité sera le thème du rapport d’orientation de JA national en 2019. Nous sommes fiers aux JA d’avoir un dispositif d’installation efficace avec une 4ème modulation qui fonctionne bien»

En guise de conclusion, le secrétaire général-adjoint FNSEA a souligné «l’importance de conserver des Chambres d’agriculture départementales, afin de garder le pouvoir dans chaque département, et non au niveau d’une capitale régionale. Notre constat est clair, le niveau de participation aux élections Chambres d’agriculture sera important pour maintenir cette influence départementale. Il faut donc aller voter massivement pour nos listes FDSEA-JA !». L’appel a également été relayé par Arnaud Gaillot, Laurent St-Affre (FDSEA) et Anthony Quintard (JA), ces deux derniers étant têtes de liste FDSEA-JA du collège chefs d'exploitation et assimilés.

Lire l'article dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 17 janvier 2019.

 éleveurs+bovins+GMS


14 Janvier 2019 | Actus Aveyron

Elections Chambre d’agriculture : dernière Rencontre en campagne mercredi 16 janvier

Les représentants de la liste FDSEA-JA, lors du point presse du vendredi 11 janvier, à Rodez.

La FDSEA et les JA de l’Aveyron invitent tous les agriculteurs du département à participer à leur dernière Rencontre en campagne, mercredi 16 janvier à Colombiès, chez Frédéric et Jérôme Valière du GAEC de Fournols.

Avec Patrick Benezit, secrétaire général adjoint de la FNSEA et Arnaud Gaillot, secrétaire général de JA, ils échangeront autour de la thématique «Des prix pour un revenu ! Des territoires vivants !».

Rendez-vous à partir de 14h. L’occasion pour les candidats de la liste JA - FDSEA emmenée par Laurent Saint-Affre et Anthony Quintard, d’encourager les agriculteurs à voter !

 éleveurs+élections+Chambre

21 Décembre 2018 | Actus Aveyron | Actus végétales /actualites/informations-fco-1.php

Aveyron : une première mission d’enquête sécheresse [point de vue]

Une première mission d’enquête sécheresse s’est déroulée mercredi 19 décembre sur le nord Aveyron et la vallée du Lot. Laurent St-Affre (notre photo), président de la FDSEA Aveyron, fait le point sur ce dossier.

- Où en est-on sur le dossier de demande de calamités agricoles au titre de la sécheresse 2018 ?

«La FDSEA, les JA et la Chambre d’agriculture ont sollicité la DDT pour réaliser des missions d’enquête suite à la sécheresse qui touche les agriculteurs du département depuis le mois de juin et jusque la fin de l’automne. La première mission s’est déroulée ce mercredi 19 décembre. C’est une première étape, la preuve que l’administration a bien perçu la nécessité de prendre en compte les pertes de récolte importantes.

- Justement, à quel niveau se situent les pertes ?

Le critère retenu par le dispositif des calamités agricoles est la perte de récoltes. Mais nous voulons aussi alerter l’administration sur les pertes dues au manque de pousse d’herbe, de pâture disponible. ça creuse de gros écarts sur les exploitations. Le dispositif est limité en la matière mais il n’empêche que nous devons faire remonter les difficultés des éleveurs qui, pour la plupart, ont d’ores et déjà entamé leurs stocks.

- Avez-vous bon espoir de voir aboutir le dossier ?

Bien sûr ! Nous avons travaillé dans ce sens. La profession a pris le temps de constituer un dossier fiable qui aura toutes les chances d’aboutir. Il sera alimenté par les données recueillies sur les exploitations visitées, sur le nord du département, dans la vallée du Lot et nous espérons aussi sur l’Ouest du département. Notre objectif est de faire passer notre dossier au comité national en début d’année».

Eva DZ

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 20 décembre et du jeudi 27 décembre 2018.

 éleveurs+sécheresse+FDSEA

20 Décembre 2018 | Actus Aveyron /actualites/informations-fco-1.php

Producteurs de lait de vache Lactalis : l'UNELL dresse son bilan 2018

L’UNELL réunit neuf Organisations de Producteurs (OP) sur l’ensemble du territoire, dont l’APL Rodez. Sa mission est de mener une négociation collective pour les producteurs adhérents, ainsi que de mutualiser les expertises (économiques, juridiques) entre OP membres.

"Notre association d’OP rassemble aujourd’hui 3 600 exploitations laitières, pour un total de 1,8 milliard de litres de lait contractualisés avec le groupe Lactalis" selon le communiqué de presse de l'UNELL. Et d'ajouter :

"Si l’UNELL est aujourd’hui la première structure de négociation parmi les OP française, la négociation n’en est pas moins exigeante et ardue avec Lactalis, le premier industriel laitier de l’Hexagone.

Nouvelle formule de prix

L’action de l’UNELL en 2018 s’est avant tout concentrée sur l’instauration d’une vraie négociation avec le groupe Lactalis. Celle-ci a débuté par la mise en place d’une nouvelle formule de prix en début d’année, permettant de fixer d’un commun accord les prix du lait des mois de janvier, février et mars. Cette formule de prix est innovante, supprimant la flexibilité additionnelle et les tunnels de compétitivité avec l’Allemagne. Elle répond aussi à la demande des producteurs de réduire l’exposition à la volatilité des marchés laitiers.

Pourtant, à partir d’avril l’UNELL et Lactalis sont rentrés en profond désaccord sur l’application de cette nouvelle formule. Face à cette situation l’UNELL a saisi le Médiateur des Relations Commerciales Agricoles. Mi-septembre, l’UNELL et Lactalis sont parvenus à un accord, fixant le prix du lait jusqu’à la fin de l’année. Dans la foulée, les neuf OP ont rencontré Emmanuel Besnier, le PDG du groupe Lactalis, à Laval.

Cette négociation répondait à notre objectif de rendre les OP incontournables dans la fixation du prix du lait, et a offert aux producteurs une visibilité sur les prix jusqu’à la fin de l’année. Mais l’action de l’UNELL a également permis de ramener des euros supplémentaires pour les producteurs : 2 € les / 1000 L sur le prix moyen Lactalis en 2018, soit 700 € pour une exploitation produisant 350 000 L de lait par an.

En parallèle des négociations avec Lactalis, notre association d’OP a élargi son champ d’action. Cela, toujours dans l’objectif d’une valorisation du lait des producteurs adhérents et pour renforcer l’efficacité de ses OP. A cet égard, l’UNELL a rencontré plusieurs fois le Ministère de l’Agriculture pour peser dans la mise en œuvre de la loi Alimentation qui doit concrétiser les Etats Généraux de l’Alimentation.

Accord-cadre et "contrat chapeau"

En 2018, nous avons également pris l’initiative de mieux connaître les clients de notre client. Ce qui s’est concrétisé par des rencontres au niveau national avec différents enseignes de la grande distribution. Ces entretiens nous ont aussi permis de mieux comprendre le fonctionnement des centrales d’achat, et connaître les relations entre les entreprises de transformation et la distribution.

À la suite de la publication de la loi alimentation, l’UNELL a fait début novembre une nouvelle proposition d’accord-cadre à Lactalis. Ce document complet peut être assimilé à un «contrat chapeau» car il va définir et faire évoluer le contrat individuel de chaque producteur adhérent. En cette fin décembre, les discussions sur l’accord-cadre sont déjà bien avancées avec Lactalis, il reste à fixer et figer les modalités de détermination du prix.

La formule de prix en négociation reprend les éléments de celle mise en place en début d’année 2018. L’objectif de l’UNELL est d’y intégrer une réelle prise en compte du prix de revient. De plus, cette formule qui identifie clairement le part marché intérieur dans le prix du lait doit permettre une vraie adéquation entre hausses tarifaires à la distribution et prix du lait.

En parallèle du travail réalisé collectivement à l’UNELL, chaque OP négocie en région avec l’entreprise les dispositions relatives à la gestion des volumes, afin de répondre aux attentes spécifiques de chaque territoire.

Producteur de lait livrant à Lactalis qui n’adhère pas à une OP, que faire ?

Avec la loi Alimentation, ce n’est plus à l’entreprise mais au producteur de faire une proposition de contrat. Il en est de même pour la mise en conformité des contrats Lactalis, qui aujourd’hui ne sont pas en règle. Lactalis s’expose à de lourdes amendes financières s’il continue à collecter du lait hors contrat ou si ces documents sont non conformes à la réglementation. Le producteur hors OP a alors deux possibilités :

- proposer individuellement un contrat ou un avenant au contrat conforme à la réglementation a Lactalis et le négocier individuellement ;

- rejoindre une OP qui à travers sa proposition d’accord cadre négocie collectivement les contrats de ses producteurs membres.

L’UNELL encourage donc vivement les producteurs non adhérents à rejoindre une des OP membres de l’UNELL et bénéficier ainsi de l’accord-cadre qui sera signé avec Lactalis".

Communiqué de presse

Contacts des OP de la région membres de l’UNELL :

Aveyron - Lozère - Haute-Loire - Lot : Association de producteurs de lait Lactalis Rodez (APL Rodez) : apl.rodez@organisation.pro

Occitanie-Aquitaine : Association des producteurs de lait SOLAISUD : opsolaisud@gmail.com

Massif Central : Association des producteurs lait livrant à Lactalis dans le Massif central (AP3LMC) : ap3lmc@gmail.com

 éleveurs+lait+lactalis


Précédents articles

30 Novembre 2018 | Chambre d’agriculture Aveyron : la liste FDSEA-JA du collège chefs d'exploitation et assimilés
26 Novembre 2018 | Viande AB : «Paysans Bio d’Aveyron» en direct dans les assiettes
21 Novembre 2018 | «Rencontre en campagne» FDSEA-JA : territoires vivants avec des actifs [vidéo]
06 Novembre 2018 | La présidente de la FNO en Aveyron : renouvellement des générations, Brexit, PAC...
30 Octobre 2018 | Future PAC : Michel Dantin, député européen, en Aveyron [vidéo]
24 Octobre 2018 | Dégâts de sangliers sur les cultures : «à l’Etat de trouver des solutions !» (FDSEA-JA)
18 Octobre 2018 | Millau : objectif bio et local aux menus des cantines ! [vidéo]
15 Octobre 2018 | 13ème Festiboeuf à Naucelle : des enchères de bon niveau
11 Octobre 2018 | Ce week-end à Naucelle : Festibœuf et Salon du goût !
09 Octobre 2018 | Raclette Mont Lait : c’est déjà un succès ! [vidéo]
Voir toutes les archives