lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus Aveyron

06 Juillet 2020 | Actus Aveyron | Actus élevage

Edito : «Coup du sort ou coups tordus ?»

«L’abattoir de Rodez a été l’objet la semaine dernière (semaine 26 NDLR) d’une notoriété aussi soudaine qu’involontaire. L214 a de nouveau fait parler d’elle avec les méthodes détestables qu’on lui connaît et pour des objectifs que plus personne n’ignore : affaiblir et si possible abolir les filières d’élevage. La sensibilité d’une population urbaine totalement déracinée donne à ces vidéos une puissance de résonance qui fait trembler les politiques. Notre société est mal à l’aise avec la mort en général. Mais la mort des animaux a désormais un potentiel émotionnel qui dépasse celui des humains. Jusque là, quoi qu’on en pense, il n’y a rien de vraiment nouveau.

Lorsque l’on observe les choses avec un peu de recul, il est difficile de ne pas être frappé par la chronologie des événements. La vidéo sort quelques jours avant que l’entreprise concernée ne se retrouve placée en redressement alors que des discussions avec d’éventuels repreneurs se déroulent en coulisse... un ministre, qui a toujours pris fait et cause pour la ruralité, pour l’agriculture, face à ces associations minoritaires et leurs dérives (incendie d’un abattoir dans l’Ain, intrusions en élevage, dégradation de boucheries...) mais qui cette fois-ci dérape à l’antenne félicitant L214 au détriment de ses propres services ! Hommage d’autant plus surprenant que le côté spectaculaire des images est d’abord le résultat d’un montage sophistiqué après des semaines d’enregistrement...

Le bien-être animal est un enjeu majeur. Les éleveurs y sont très sensibles et tous les métiers, toutes les entre- prises de la filière, doivent se mobiliser pour améliorer les pratiques. Notre pays est en pointe sur ce sujet mais nous sommes tous sous le regard exigeant des consommateurs, il faut l’intégrer. Un abattoir ne sera jamais le lieu d’un divertissement agréable. Mais c’est un maillon indispensable dans la longue chaîne des activités qui ont pour mission de nourrir les Hommes. Si les métiers qui s’y exercent étaient des métiers faciles, tout le monde se précipiterait pour y travailler. Nous savons tous que ce n’est pas le cas.

Derrière, QUI maîtrise les outils et les circuits commerciaux, se trouve un enjeu économique ET territorial. Au delà des événements des jours passés, même s’ils laissent un goût amer, nous devons rester concentrés pour agir autant qu’on le peut, à la place qui est la nôtre, dans l’intérêt de notre territoire et de nos activités d’élevage, lait et viande ensemble, pour créer de la valeur à partir de nos produits pour les éleveurs et les métiers de nos filières».

Dominique FAYEL

 éleveurs+ovins+abattoirs

26 Juin 2020 | Actus Aveyron | Actus élevage

Attaques de L214 : la profession agricole «pour le bien-être animal»

La ligne d’abattage ovine de l’abattoir d’Arcadie Sud Ouest a été suspendue par le ministre de l’agriculture et de l’alimentation mercredi 24 juin, en attendant les résultats d’une inspection complète de l’abattoir.

Une vidéo publiée le 24 juin par l’association L214 met en cause les conditions de mise à mort des agneaux à l’abattoir Arcadie de Rodez ainsi que la filière engraissement d’agneaux de Roquefort. La profession agricole à travers la FDSEA, les JA et la Chambre d’agriculture a décidé de réagir rapidement suite à la suspension de la ligne d’abattage ovine décrétée par le ministre de l’agri- culture et de l’alimentation le jour même.

«Nous avons rencontré ce 23 juin, la préfète de l’Aveyron, afin de prendre acte de la suspension de la ligne d’abattage ovine de l’abattoir Arcadie à Rodez visée par la vidéo de l’association L214», a introduit Romain Déléris, président de JA 12. Il était accompagné de Laurent Saint Affre, président de la FDSEA, de Jacques Molières, président de la Chambre d’agriculture, de Germain Albespy, président de l’association CoSE ! (Compréhension et communication Société Elevage), du secrétaire général de JA 12, Rémi Agrinier et de Pierre Cabrit, administrateur d’UNICOR, l’un des actionnaires d’Arcadie Sud Ouest. A l’issue de la rencontre en préfecture, tous ont souhaité faire un point avec la presse pour réagir à ces attaques sur la filière ovine et l’abattage.

Plutôt dans la journée, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation avait ordonné au préfet de l’Aveyron, «la suspension immédiate de l’agrément de la chaîne ovine de cet abattoir» suite à la publication de cette vidéo qui «montre des pratiques inacceptables avec des manquements graves aux règles de protection animale». Didier Guillaume a demandé «une inspection complète de l’abattoir programmée le jour même par les services de l’Etat». «Les conclusions de cette inspection devront permettre de déterminer quelles suites doivent être données», concluait le communiqué.

«La bientraitance dans nos élevages fait la qualité de nos produits aveyronnais»

La profession n’a pas souhaité «sur-réagir» à cette vidéo et «condamne toute forme de maltraitance contraire aux pratiques quotidiennes dans nos élevages et toute dérive sur la méthode d’abattage filmée dans l’extrait», a commenté Romain Déléris. «Quel éleveur sur son exploitation n’a pas été confronté à des animaux malades et quand c’est le cas, notre missions est de les soigner. Le bien- être animal est le souci quotidien des éleveurs», explique Laurent Saint Affre, en réaction à l’extrait de vidéo dans l’atelier d’engraisse- ment où l’on voit quelques agneaux souffrants.

Les éleveurs ont conscience des attentes sociétales et ne cessent d’améliorer leurs pratiques pour y répondre. Des filières ont d’ailleurs engagé des travaux avec plusieurs associations welfaristes pour améliorer encore le bien-être animal. «Il faut savoir qu’il y a deux types d’associations qui se disent pour la protection des animaux : celles avec qui nous travaillons en bonne intelligence, dans un esprit de dialogue et de construction pour être de vrais acteurs du bien-être animal et les autres associations comme L 214 qui sont clairement anti-élevage», poursuit Laurent Saint Affre.

«L 214 a un seul objectif : la fin de l’élevage»

Et Germain Albespy, président de l’association CoSE ! qui regroupe les acteurs du monde agricole du département pour comprendre les oppositions sociétales et prendre la parole, d’affirmer : «Clairement L 214 n’est pas une association qui défend les animaux, elle veut la fin de l’élevage et elle n’hésite pas à entrer illégalement dans des élevages pour réaliser ses vidéos et ainsi faire le buzz !». Pourtant, les agriculteurs du département ne sont pas avares en matière de visites d’exploitation comme l’explique Rémi Agrinier : «Nous n’avons jamais refusé d’ouvrir nos fermes pour montrer la réalité du terrain qui ne correspond en rien à celle que l’on voit sur ces vidéos».

«Dans l’Aveyron, nous sommes plus que jamais pour le bien- être animal», renchérit Jacques Molières. «Nos produits de qualité en attestent. Des améliorations ont été apportées sur nos fermes, des efforts sont réalisés pour le bien-être animal et celui des éleveurs. Nous faisons notre métier avec passion ce qui sous-entend que nous respectons nos animaux. Si des manquements sont avérés, bien sûr nous les condamnons. Si des dérives sont prouvées, elles ne reflètent pas les pratiques quotidiennes de tous. Nous devons être prudents sur les images qui sont publiées».

Des coïncidences frappantes

Concernant la suspension de la ligne d’abattage ovine d’Arcadie, Jacques Molières est frappé par certaines «coïncidences» : «Cette vidéo est sortie la veille d’un audit prévu depuis plusieurs jours sur le site d’Arcadie. Elle intervient aussi à une période où le groupe Arcadie a communiqué sur ses difficultés économiques... Au delà de ces coïncidences, toute la profession agricole se positionne pour le maintien d’un outil d’abattage à gouvernance locale qui sécurise la production aveyronnaise».

Pierre Cabrit, administrateur de la coopérative UNICOR, l’un des actionnaires d’Arcadie Sud Ouest, complète cette position : «Arcadie est en difficulté mais si on veut se donner les moyens que ce site se projette dans l’avenir, il est impératif que l’activité continue. C’est pour cette raison que nous espérons que la ligne d’abattage pourra redémarrer rapidement, en mettant en œuvre les réajustements nécessaires, si réajustements il y a. L’outil de Rodez est performant et sa proximité avec nos filières de production est un atout que nous devons conserver».

L’atout d’un outil de proximité

La profession sera donc attentive aux conclusions de l’audit réa- lisé par les services de l’Etat. Elle espère une réouverture rapide du site d’abattage pour que l’impact soit le plus minime possible pour la filière ovine. «Il est nécessaire de conserver des abattoirs à l’échelle locale, c’est à cette seule condition que l’on pourra maîtriser leur gestion et ainsi éviter les dérives. Tout cela va dans le sens des Egalim, du projet de souveraineté alimentaire défendu ces derniers mois suite à la crise sanitaire», concluent les responsables professionnels.

Eva DZ

 éleveurs+ovins+abattoir

25 Juin 2020 | Actus Aveyron

Nouvelle équipe JA Aveyron : un nouveau président, des idées et des projets !

Le 23 juin, la nouvelle équipe des Jeunes Agriculteurs Aveyron s’est réunie pour le premier Conseil d’administration en physique depuis le confinement.

24 administrateurs issus de tout le département et de toutes les productions composent cette équipe présidée par Romain Déléris, qui prend la tête du syndicat. Romain Déléris, s’amuse à dire qu’il est un « bébé JA » ayant baigné dans l’engagement agricole et entendu les discussions syndicales de son entourage dès son plus jeune âge. Aujourd’hui en tant que président, il souhaite faire en sorte que chaque membre trouve sa place et joue son rôle.

Pour ce mandat de deux ans, l’équipe a travaillé sur un projet de mandature qui sera le fil conducteur des actions du syndicat. L’installation et la transmission qui occupent une place prépondérante du projet, le renouvellement des générations en agriculture étant le fer de lance du syndicat JA.

Les Jeunes Agriculteurs Aveyron ont d’ailleurs été choisis pour organiser à Millau en février 2020 la « Session nationale RGA » qui rassemble des centaines de JA venus de toute la France pour travailler sur le sujet de l’installation et définir la stratégie au niveau national. Il ne faut pas oublier que l’installation de jeunes agriculteurs dans nos campagnes contribue à leur dynamisme.

La communication n’est pas délaissée du projet. En effet, travailler sur l’image du métier et en montrer la réalité au quotidien est une volonté des agriculteurs qui souhaitent prendre en main la communication sur leur métier. A ce titre, les JA Aveyron proposeront un événement les 14 et 15 novembre à Rodez, avec un concert dès le samedi soir et des animations de découvertes tout le dimanche.

Communiqué JA Aveyron

Le dossier de presse est ICI

 éleveurs+JA+

24 Juin 2020 | Actus nationales | Actus Aveyron | Actus élevage

«Pour le bien-être animal jusqu’à l’abattage !» (FDSEA-JA)

Les syndicats agricoles Jeunes Agriculteurs et FDSEA Aveyron réagissent aux dernières attaques de L.214 sur la filière ovine et l’abattage dans le communiqué de presse suivant :

«La Préfète de l’Aveyron a reçu l’injonction du Ministère de l’Agriculture de fermer immédiatement la ligne d’abattage ovine de l’abattoir Arcadie de Rodez visée sur la vidéo. Cette décision doit permettre de faire rapidement la lumière sur toute cette affaire, sans impacter l’élevage aveyronnais pour qui cet outil économique est indispensable. Ce travail doit conduire à un respect strict des règles sur le plan sanitaire et de bien-être animal.

Le bien-être animal, voici un sujet qui préoccupe quotidiennement les éleveurs eux- mêmes. Ils ont conscience de la bientraitance et agissent pour le bien de leur troupeau, prennent soin des animaux au quotidien. Les éleveurs respectent évidemment un cahier des charges dans lequel il y a des règles sur le bien-être animal. Ils ont également conscience des attentes sociétales et ne cessent d’améliorer leurs pratiques pour y répondre. Cela se traduit par une évolution du métier, où l’on tend à ajouter du confort pour les animaux d’élevage.

Au vu des images de l’abattoir, JA et FDSEA condamnent les dérives sur la méthode d’abattage filmée dans l’extrait. Nous ne cautionnons pas la maltraitance animale. Mais il faut savoir que L.214 entre illégalement dans les élevages, avec un objectif clair de mettre fin à l’élevage.

Les syndicats interpellent sur la nécessité de conserver des abattoirs à échelle locale. C’est à cette seule condition que l’on pourra maîtriser leur gestion. En disposant d’outils à gouvernance locale, nous avons moyens d’agir pour éviter des dérives».


 éleveurs+ovins+agneaux

22 Juin 2020 | Actus Aveyron | Actus élevage

Pôle de formation de Bernussou : se perfectionner à la conduite d’élevage

L’exploitation de Bernussou est un bon support pédagogique pour les cours du CS conduite d’élevage.

Bénéficiant d’un plateau technique complet en élevage, le pôle de formation de Bernussou met l’accent sur les formations pratiques et techniques sur la conduite d’élevage. Ainsi, Bernussou propose depuis plusieurs années des Spécialisations en conduite d’élevage (Certificat de Spécialisation).

Le Certificat de Spécialisation (CS) en conduite de l'élevage est une formation technique, pratique et économique destinée aux personnes ayant déjà acquis un diplôme agricole de niveau 4 ou au-delà. Cette formation permet de compléter les compétences de futurs éleveurs ou de salariés agricoles par l’acquisition de savoir- faire spécifiques à la conduite d’élevage (alimentation, reproduction, sélection...).

Optimisez la conduite de son élevage

Chacun s’accorde à dire que les BTS agricole et les BAC Pro agricole sont de formidables tremplins pour l’installation. Ces diplômes polyvalents présentent de multiples spécialités et valident un bon niveau général. Une adaptation professionnelle et pratique avant de s’installer apparaît néanmoins incontournable pour devenir opéra- tionnel dans la production choisie.

Des spécialisations en lien avec la production choisie

Fort de sa ferme d’application avec deux ateliers de production bovins (laitier et allaitant) mais aussi d’un élevage de porc en naisseur-engraisseur, le pôle de formation propose des spécialisations en conduite d’élevage bovins lait, bovins viande et porcins. L’objectif est de s’appuyer sur des infrastructures en place pour mettre les apprenants en situation concrète de conduite d’élevage.

La pédagogie du centre est basée sur le «faire et apprendre» avec l’acquisition simultanée de savoirs (théorie) et de savoir- faire (pratique). L’atout majeur de cette formation réside aussi dans les interventions de techniciens et conseillers de la Chambre d’agriculture et de professionnels agricoles. De nombreuses visites d’élevage sont également organisées afin que des éleveurs puissent échanger sur leurs pratiques avec les apprenants.

Une formation pratique et technique en alternance

Cette formation s’articule en 14 semaines thématiques en centre de début octobre à fin mars. Chaque semaine traite une thématique propre à la conduite d’un atelier de production : maîtrise de l’alimentation, conduite de la reproduction, approche sanitaire, manipulation et contention, conduite du renouvellement, génétique, logement des animaux, organisation de l’assolement, analyse des résultats technico-économiques.

Les semaines en formation alternent avec des semaines d’immersion sur un élevage qui apportent un véritable complément au diplôme. Le Certificat de Spécialisation est essentiellement conduit en contrat d’apprentissage sur un an. Chaque année quelques places sont attribuées avec le soutien financier de la région Occitanie.

Cette année, le pôle de formation de Bernussou a accueilli 23 apprenants en Certificat de Spécialisation venant d’Aveyron et de départements limitrophes (Corrèze, Lozère, Lot) et aussi de régions plus éloignées telles que la Normandie ou la région parisienne mettant en avant le rayonnement du pôle.

Marion BARGAUD, formatrice Chambre d’agriculture de l’Aveyron

Infos pratiques

Contact : Marion Bargaud, Pôle de formation de Bernussou 12200 Villefranche de Rouergue. Tél. 05 65 45 27 74.

Mail : bernussou@aveyron.chambagri.fr

Site internet : 

https://bernussou-aveyron.chambre-agriculture.fr/

Actualités sur Twitter (@bernussou_CA12) et Facebook.

 élevage+bernussou+formation

Précédents articles

22 Juin 2020 | BEVIMAC Centre Sud : le pari gagnant des pays tiers
18 Juin 2020 | FDSEA-JA et députés Aveyron : «pour les produits français dans la restauration collective !»
12 Juin 2020 | Vautours : les troupeaux attaqués en estives
05 Juin 2020 | Lactalis : le prix du lait de juin est fixé [point de vue]
04 Juin 2020 | Viticulture : l’Occitanie à la reconquête des marchés !
29 Mai 2020 | «Pensez à contacter le Service de remplacement pour vos congés d’été !»
29 Mai 2020 | Essais céréales d'Arvalis blé, orge, triticale : découvrez-les en Live sur internet !
27 Mai 2020 | «Pour la Pentecôte, pensons au veau français !» (FDSEA-JA)
22 Mai 2020 | Romain Déléris, président de JA 12 : «Nous sommes prêts à repartir à l’action»
18 Mai 2020 | Restauration collective : FDSEA et JA appellent «à privilégier l’origine France»
15 Mai 2020 | Gîtes de France Aveyron : une bouffée d'air du 15 mai au 2 juin !
11 Mai 2020 | Artisans bouchers Aveyron : le circuit court par excellence !
08 Mai 2020 | «Aveyron Labo prêt pour les tests Covid-19»
07 Mai 2020 | Toulouse : des fromages AOP pour les routiers ! [vidéo]
06 Mai 2020 | Réouverture des écoles : l’Union régionale des Associations des maires d’Occitanie communique
01 Mai 2020 | Opération communication à Toulouse début mai : des fromages AOP pour les routiers !
29 Avril 2020 | Marché aux bestiaux de Villeneuve : réouverture lundi 4 mai
27 Avril 2020 | Groupement de gendarmerie départemental Aveyron : «Un confinement bien respecté»
27 Avril 2020 | Groupement de gendarmerie départemental Aveyron : «Un confinement bien respecté»
24 Avril 2020 | Agrolab’s et l'application des accords interprofessionnels relatifs au paiement du lait à la qualité
21 Avril 2020 | Covid-19 et masques «grand public» : la précision de l'ADM12 (maires de l'Aveyron)
17 Avril 2020 | La profession vétérinaire face au confinement : «Le bon sens prévaut»
17 Avril 2020 | La profession vétérinaire face au confinement : «Le bon sens prévaut»
16 Avril 2020 | Produits phytos à proximité de zones d’habitations : les réductions de distances applicables !
11 Avril 2020 | L'État et la Région soutiennent l'agriculture régionale
Voir toutes les archives