lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus élevages

22 Mai 2018 | Actus nationales /actualites/informations-fco-1.php

Boeuf : ouverture du marché chinois à l'UE «dans un proche avenir», selon P. Hogan

Le boeuf français, néerlandais et allemand, touché par un embargo en Chine depuis 2001, devrait pouvoir y être vendu « dans un proche avenir », a estimé le 18 mai à Pékin le commissaire européen à l'Agriculture.

Les autorités sanitaires chinoises avaient banni au début des années 2000 les importations de boeuf européen, puis américain, en raison des cas d’ESB. La France a obtenu la levée de l'embargo sur sa viande de boeuf en janvier lors d'une visite en Chine du président Macron. Celui-ci avait assuré que Pékin lèverait ses restrictions « dans les six mois », soit d'ici juillet. Le marché chinois est ouvert depuis peu au boeuf venu d'Irlande. C'est le premier pays de l'UE à bénéficier de cette mesure.

« Je m'attends à ce que d'autres Etats membres, notamment la France, les Pays-Bas et l'Allemagne, soient parmi les priorités de la Chine en matière d'ouverture du marché », a déclaré Phil Hogan à l'issue d'une visite en Chine. Des contrôles sanitaires et des vérifications sont actuellement effectués par des experts chinois afin de finaliser la levée de l'embargo. « Il n'y a pas eu d'engagement précis en termes de date » pour une mise sur le marché concrète en Chine, a concédé le commissaire européen, qui a rencontré cette semaine plusieurs responsables des autorités agricoles chinoises.

 éleveurs+bovins+FNB

14 Mai 2018 | Actus Aveyron /actualites/informations-fco-1.php

Loup : un zonage de défense en construction [point de vue]

Alors que de nouvelles attaques ont été révélées récemment en Aveyron, le comité loup mensuel se tenait la semaine dernière en préfecture (semaine 18). Le point de vue de François Giacobbi (notre photo), responsable du dossier "loup" à la Chambre d’agriculture.

- Où en est-on ?

«Au 6 avril, 20 constats ont été expertisés dont 11 où le loup n’est «pas écarté». Au total, le loup a fait 31 victimes. Et 17 indices ont été expertisés (observations, crottes, traces,...), dont 5 ont été retenus pour le loup. Par ailleurs l’attxaque récente sur un veau dans le département a elle aussi été reconnue comme celle du loup. J’encourage toutes les personnes observant des indices ou témoins d’attaques... à les signaler au numéro d’appel d’urgence (05 65 73 50 90) afin que leur demande puisse être expertisée par l’ONCFS.

- Qu’est-il ressorti des réunions en préfecture ?

La semaine dernière, nous avons participé au comité loup mensuel ainsi qu’à une réunion avec des représentants de la DRAAF et de la DREAL Auvergne Rhône-Alpes, région dont le préfet est coordonnateur sur le dossier loup. Les DDT de Lozère et d’Aveyron ainsi que les Chambres d’agriculture et les représentants syndicaux des deux départements étaient aussi présents.

L’Aveyron est en zone de colonisation mais au sein de cette zone, il faut classer des zones difficilement protégeables. La proposition qui nous a été faite ne nous convient pas mais l’ensemble de la profession Aveyron et Lozère est sur la même longueur d’onde sur le découpage qu’elle souhaite défendre. D’autres réunions sont donc programmées pour faire entendre notre voix.

- Quelles sont les prochaines étapes ?

Je rappelle que sur le dossier loup, nous restons bien dans la même optique : zéro attaque et la possibilité de pouvoir nous défendre. Une fois la zone difficilement protégeable définie, nous demandons que l’Etat mette les moyens pour mettre en œuvre la défense de nos troupeaux. Nous militons aussi pour la mise en place d’une brigade anti-loup dans le Massif central. Nous travaillerons en collaboration avec les organismes de recherche. Et il est bien entendu que ce qui sera obtenu de positif doit être appliqué à l’ensemble du territoire. Rendez-vous au prochain comité loup du 17 mai».

Eva DZ

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 10 mai 2018.

 éleveurs+ovins+loup

09 Mai 2018 | Actus nationales /actualites/informations-fco-1.php

Plan Loup : FNSEA, JA, FNO, APCA et FNB adoptent une déclaration commune

La Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles, les Jeunes Agriculteurs, la Fédération Nationale Ovine, les Chambres d’Agriculture et la Fédération Nationale Bovine, ont adopté une déclaration commune contre le Plan national loup 2018-2023.

Les organisations rappellent leur opposition à ce plan, qu’elles qualifient d’une « totale régression », par rapport aux marges de manœuvres dont les éleveurs bénéficiaient jusque-là. Elles demandent « un droit de défense permanent », indifférent des plafonds de prélèvement, afin de protéger les troupeaux, et s’opposent à une gestion différenciée du loup.

La notion des troupeaux « non protégeables » doit être « définie de manière précise et objective à l’échelle nationale et valable sur tous les territoires », réclame le communiqué commun.

Les organisations rappellent aussi leur opposition à toute conditionnalité des indemnisations. Enfin sur le sujet des hybrides chien/loup, elles demandent la mise en place d’une définition claire et précise, ainsi « qu’une analyse génétique systématique en cas de prélèvement de loups, financée par le ministre de la Transition écologique et solidaire, afin d’exclure des plafonds tous les hybrides recensés ».

Les organisations demandent aussi que les indemnisations, en cas d’attaques d’hybrides, ne soient pas remises en cause.

 éleveurs+ovins+loup

07 Mai 2018 /actualites/informations-fco-1.php | Actus Aveyron

Déclarations PAC et appui pratique [point de vue]

Les services de l’Etat, la Chambre d’agriculture, et le CER France-Aveyron ont fait un point, la semaine dernière, sur les déclarations PAC en cours, lesquelles doivent être bouclées pour le 15 mai. Le point de vue de Jacques Molières, président de la Chambre d’agriculture (notre photo).

- Pourquoi cette rencontre ?

«Elle a été initiée par les services de l’Etat, avec Michèle Lugrand, secrétaire générale de la préfecture, en présence de Laurent Wendling, directeur de la DDT (Direction dépar- tementale des territoires), Patrick Géraud, président du CER France-Aveyron, et moi- même. Mme Lugrand est venue à la Chambre d’agriculture pour constater le dispositif mis en place en partenariat avec le CER France-Aveyron, en appui aux agriculteurs pour la déclaration PAC 2018. Il y a avait un groupe d’agriculteurs accompagné par une conseillère de la Chambre d’agriculture. Mme Lugrand a assisté à la mise à jour du RPG 2018, et des Surfaces non agricoles (SNA) avec un cas concret.

- Les SNA ont posé de nombreux problèmes l’an dernier...

Tout à fait. Cette rencontre fut aussi l’occasion d’échanger avec la DDT. L’administra- tion agricole a précisé que ses outils seront plus opérationnels cette année que l’an dernier. Ces SNA sont nombreuses en Aveyron, entre les haies, mares, murets... La DDT dit aux agriculteurs d’aller à l’essentiel, et de rectifier si nécessaire les anomalies relatives au tracé de la DDT, par exemple en cas de haie inexistante.

- Etes-vous aussi allé dans les bureaux de la DDT à Rodez ?

Oui, pour y voir le dispositif mis en place par la DDT destiné à accompagner les agriculteurs ne disposant ni ordinateur, ni internet, pour leurs déclarations PAC. Ces agriculteurs veulent souvent se rassurer sans passer par du conseil individuel. Ce dispositif de la DDT va évoluer l’an prochain. Il sera totalement relayé par la Chambre d’agri- culture et le CER France-Aveyron, selon Mme Lugrand. Nous avons également rencontré Christelle Alauzet, du service économie agricole à la DDT. Elle nous a présenté le back-office des dossiers PAC, la procédure d’instruction, de traitement, de validation, jusqu’à la mise en paiement.

- Combien de dossiers PAC en Aveyron ?

Environ 7 900 au total, dont 1 000 ont été accompagnés par la DDT et 3 500 par la Chambre d’agriculture et le CER France-Aveyron».

Recueilli par Didier BOUVILLE

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 3 mai 2018.

 éleveurs+PAC+bovins

02 Mai 2018 | Conduite des animaux | Techniques agricoles /actualites/informations-fco-1.php

«Terr’Eau Bio 2018» : chèvres, pâturage et parasitisme [vidéo]

Le premier rendez-vous Terr’Eau Bio 2018 organisé par l’APABA (1) s’est déroulé vendredi 27 avril à Meljac, sur le thème : «le pâturage des chèvres : entre alimentation et gestion parasitaire». Le groupe d’une vingtaine de personnes encadré par Alexandre Bancarel, animateur APABA, a été reçu à l’EARL de Grascazes, à Meljac, en présence de Christel Nayet, conseillère spécialisée en production caprine biologique à la Chambre Agriculture de la Drôme. Elle a notamment développé des points cruciaux, comme la surveillance des strongles gastro-intestinaux et leur résistance aux traitements, la nécessité de commencer le pâturage avec des animaux et des parcelles propres, de favoriser le pâturage mixte, avec une maîtrise technique et sanitaire de tous les instants.

(1) site internet de l'APABA ici

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 3 mai 2018.

 éleveurs+chèvres+bio

Précédents articles

01 Mai 2018 | Bovins viande : progression des abattages sur un an (Agreste)
30 Avril 2018 | Les cours de l’agneau bondissent en mars grâce au week-end de Pâques
30 Avril 2018 | Congrès FNO à Rodez : «des échanges riches» [point de vue]
27 Avril 2018 | L’actu vue par Z’lex
26 Avril 2018 | Agri-Viaur et la valorisation des effluents d’élevage [vidéo]
25 Avril 2018 | St-Amans-des-Cots : rencontre «pâturage tournant» [vidéo]
24 Avril 2018 | La collecte de lait de brebis en baisse (Idele)
23 Avril 2018 | Le congrès FNO de Rodez en images... [diaporama]
20 Avril 2018 | Congrès FNO : une mini-ferme au cœur de Rodez
20 Avril 2018 | Congrès FNO à Rodez : élevage des brebis, un «tour de force» [vidéo]
Voir toutes les archives