lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus nationales

22 Mai 2018 | Actus nationales /actualites/informations-fco-1.php

Boeuf : ouverture du marché chinois à l'UE «dans un proche avenir», selon P. Hogan

Le boeuf français, néerlandais et allemand, touché par un embargo en Chine depuis 2001, devrait pouvoir y être vendu « dans un proche avenir », a estimé le 18 mai à Pékin le commissaire européen à l'Agriculture.

Les autorités sanitaires chinoises avaient banni au début des années 2000 les importations de boeuf européen, puis américain, en raison des cas d’ESB. La France a obtenu la levée de l'embargo sur sa viande de boeuf en janvier lors d'une visite en Chine du président Macron. Celui-ci avait assuré que Pékin lèverait ses restrictions « dans les six mois », soit d'ici juillet. Le marché chinois est ouvert depuis peu au boeuf venu d'Irlande. C'est le premier pays de l'UE à bénéficier de cette mesure.

« Je m'attends à ce que d'autres Etats membres, notamment la France, les Pays-Bas et l'Allemagne, soient parmi les priorités de la Chine en matière d'ouverture du marché », a déclaré Phil Hogan à l'issue d'une visite en Chine. Des contrôles sanitaires et des vérifications sont actuellement effectués par des experts chinois afin de finaliser la levée de l'embargo. « Il n'y a pas eu d'engagement précis en termes de date » pour une mise sur le marché concrète en Chine, a concédé le commissaire européen, qui a rencontré cette semaine plusieurs responsables des autorités agricoles chinoises.

 éleveurs+bovins+FNB

21 Mai 2018 | Actus nationales | Actus Aveyron

Les Services de remplacement en congrès [point de vue]

Les Services de remplacement tenaient leur 7ème Congrès National les 15 et 16 mai à Aumont-Aubrac en Lozère. Une délégation de 12 Aveyronnais dont 5 agents de remplacement, était présente, emmenée par leur président départemental Jean-Pierre Verlaguet (notre photo), qui tient à les remercier pour leur coup de main aux organisateurs.

- Comment se portent les Services de remplacement ?

«Plus que jamais ce sont des outils incontournables dans le paysage agricole. Même si leur utilisation est diverse selon les régions, les systèmes de production, ils ont toute leur utilité dans notre monde agricole. Que l’on soit viticulteurs ou arboriculteurs qui sont en recherche de saisonniers, en nombre important à certains moments ou éleveurs avec des besoins plus réguliers de main d’œuvre notamment pour l’astreinte, les services de remplacement répondent aux divers besoins des agriculteurs.

- Et en Aveyron ?

Notre service fonctionne sur une rythme de croisière avec près de 70 000 h de remplacement réalisées chaque année. Les agriculteurs du département ont pris l’habitude de faire appel au service. Les motifs d’utilisations sont multiples : environ 20% pour les congés mais la majorité sont des remplacements pour accidents ou maladies, avec le soutien de Groupama qui prend en charge financièrement le remplacement.

- Quelles sont vos préoccupations ?

Lors de ce congrès nous nous sommes plus particulièrement penché sur notre capacité à susciter la préférence, c’est-à-dire à répondre aux besoins des agriculteurs au-delà du remplacement : suivi de la mission, anticipation des demandes,... L’objectif est d’améliorer la qualité du service rendu pour s’adapter à une agriculture en perpétuel mouvement.

L’emploi partagé est la clé de la réussite dans nos exploitations à l’avenir : nous devons travailler efficacement entre services de remplacement, groupements d’employeurs, CUMA, associations de salariés,... Notre challenge aussi sera de susciter des vocations chez les jeunes, de leur donner envie de travailler en agriculture car notre problématique à tous est aussi celle d’une difficulté de recruter des salariés».

Eva DZ

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 17 mai 2018.

 éleveurs+remplacement+emploi

18 Mai 2018 | Actus végétales | Actus nationales

Grandes cultures : les semis au 1er mai confirment les chiffres d’avril

L’état des semis et plantations en grandes cultures au 1er mai, publié par le ministère de l’Agriculture, confirment, à de minimes modifications près, les estimations du 1er avril.

Les surfaces consacrées aux céréales à paille ressortent à 7,77 millions d’hectares, quasi stables sur la moyenne quinquennale. Elles sont constituées de 4,95 Mha de blé tendre (4,97 estimé en avril), 361 000 ha de blé dur) - 2,6 % par rapport à 2017, mais + 5,2 % sur la moyenne quinquennale), et de 1,86 Mha orge et escourgeon (soit un repli de 2,6 % mais encore en avance de 2,5 % sur la moyenne 2013/2017).

En ce qui concerne le maïs, les premières estimations de surfaces par le Ministère, portent sur 1,37 Mha (hors semences), chiffre correspondant à celui de l’an dernier et maintenant une baisse de 12 % sur la moyenne quinquennale. L’aire de maïs fourrage serait au plus bas depuis 5 ans, à 1,38 Mha.

Au total, la sole céréalière dans l’hexagone atteindrait 9,26 Mha, soit une baisse de 2,5 % en 5 ans. Le Ministère confirme la progression du colza de 6,3 % sur 2017 et de 1 % sur la moyenne quinquennale, avec 1,49 Mha. Les pois protéagineux accusent un tassement de 4 % sur 2017, mais ils conservent une avance de 20 % sur la moyenne quinquennale, avec 173 000 ha.

De leur côté, les semis de féveroles diminuent de quelques 5 % en 1 an. L’estimation de plantations de betteraves est maintenue à 483 000 ha, soit 16 % de mieux que la moyenne 2013-2017. Le record de plantations de pommes de terre de conservation est encore légèrement augmenté, à 145 000 ha, 4 % de mieux que le record de l’an dernier et 15 % de plus que la moyenne des 5 dernières années.

Dans la zone NEPG (5 grands pays producteurs de pommes de terre de l’Union Européenne) les surfaces auraient encore légèrement progressé, avec 585 600 ha pour une production prévue à 28,17 Mt.

 éleveurs+céréales+blé

18 Mai 2018 | Actus nationales | Le dessin de Z'lex

L’actu vue par Z’lex

"Didier Deschamps fait appel au service remplacement...".

 +zlex+éleveurs+emploi

17 Mai 2018 | Actus nationales

IGP/AOP: un rapport recommande d'y intégrer des clauses environnementales obligatoires

Pour développer les pratiques «agroécologiques», trois cabinets de conseil privés (Blezat, Epices et ASCA) recommandent au ministère de l'Agriculture, dans un rapport financé par ce dernier et paru le 15 mai, d'intégrer, «sous un certain calendrier» des clauses environnementales obligatoires dans les cahiers des charges des IGP et AOP.

En 2015, un rapport d'information parlementaire sur les signes d’identification de la qualité et de l’origine (Siqo) était déjà parvenu aux mêmes conclusions. «Des réflexions sur la valorisation par ces signes de pratiques environnementales ont déjà été menées depuis le début des années 2000 mais sans aboutir vraiment, mis à part à la possible signature de chartes sans aucun caractère obligatoire, ni visibilité réelle», constate le rapport des cabinets.

En 2016, Stéphane Le Foll avait signé un avenant au contrat d’objectifs et de performance de l’INAO qui «renforçait la possibilité d'intégrer les principes de l'agro-écologie dans les Siqo». Dernièrement, le groupe socialiste à l'Assemblée nationale a déposé un amendement au projet de loi issu des États généraux de l'alimentation proposant d'intégrer dans ces cahiers des charges «le respect de l’environnement» à horizon 2021 ; il a été rejeté en Commission des affaires économiques.

 éleveurs+AOP+IGP

Précédents articles

15 Mai 2018 | Réforme de la PAC : la FNSEA affiche ses priorités
14 Mai 2018 | Brexit : comment compenser le coût agricole du Brexit ?
11 Mai 2018 | L’étiquetage des aliments indiquant le pays d’origine stimule les économies locales
09 Mai 2018 | Plan Loup : FNSEA, JA, FNO, APCA et FNB adoptent une déclaration commune
08 Mai 2018 | Accord UE/Etats-Unis : Bruxelles prête à discuter d'un accord commercial
07 Mai 2018 | Relations commerciales : les recommandations de l'Autorité de la concurrence
04 Mai 2018 | Conjoncture économique laitière en avril : «le dynamisme de la production européenne s'essouffle !»
03 Mai 2018 | PAC 2021-2027 : la France dénonce un budget inacceptable
03 Mai 2018 | Budget : Stéphane Travert détaille le volet agricole du Grand plan d'investissement
01 Mai 2018 | Bovins viande : progression des abattages sur un an (Agreste)
Voir toutes les archives