lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > «N’importons pas l’agriculture que nous ne voulons pas !» (FDSEA-JA)

03 Juillet 2019 | Actus nationales | Actus Aveyron | Actus élevage

«N’importons pas l’agriculture que nous ne voulons pas !» (FDSEA-JA)

Ce mardi 2 juillet, en soirée, les Jeunes Agriculteurs Aveyron et la FDSEA Aveyron ont manifesté devant la préfecture de l'Aveyron à Rodez, contre les traités de libre échange internationaux, MERCOSUR et CETA. Une centaine d'agriculteurs étaient présents.

Une délégation a été reçue par la préfète de l'Aveyron. Elle a écouté le message des responsables FDSEA et JA et s’est engagée à le relayer auprès du ministère de l’agriculture. Elle a annoncé que l’Etat allait faire une évaluation complète de l’incidence du traité s’il était signé en l’état. Elle a rappelé les conditions d’engagement de la France : respect des normes sanitaires, clause de sauvegarde sur les filières sensibles dont la viande bovine et les volailles si le marché était déséquilibré et respect des accords de Paris sur le climat.

«N’importons pas l’agriculture que nous ne voulons pas !» lancent la FDSEA Aveyron et les JA Aveyron.

Et d'ajouter : "Alors que les projets de traités commerciaux internationaux CETA et MERCOSUR soulèvent un rejet massif, l’Union européenne et les pays du MERCOSUR sont parvenus vendredi soir à un accord de libéralisation commerciale. L’agriculture a, à l’évidence, servi de monnaie d’échange et se voit sacrifiée par la Commission européenne ! A l’identique de ce qui s’est passé pour les accords UE-CETA. Cependant, pour entrer en application ce traité doit encore être ratifié de part et d’autre pour pouvoir entrer en application. Les prochaines échéances sont l’approbation - ou non - du Conseil (chefs d’Etat) Européen et du Parlement européen.

Sacrifice de l’alimentation des consommateurs français mais aussi du travail des agriculteurs !?Les producteurs français et européens s’attachent à produire une alimentation de qualité, qui respecte des règles sanitaires et environnementales strictes pour protéger les consommateurs.

C’est dans une incohérence totale, que le gouvernement qui semblait nous avoir entendus, dans le cadre des Etats Généraux de l’Alimentation, semble maintenant approuver ces accords UE-MERCOSUR.

Ne nous y trompons pas, ce sont des pans entiers de nos productions qui seraient demain abandonnés. Où sont les promesses du Président de la République quand il déclarait lors de l’ouverture des EGAlim et lors du Discours des vœux à l’agriculture le 25 janvier 2018 : « Je souhaite que nos accords commerciaux soient cohérents avec les engagements que nous prenons pour nous-mêmes sur le plan social, environnemental et productif.» ?

Nous avons tous le droit à une alimentation de qualité, et nous défendons une agriculture familiale et non de firme. Les paysans veulent continuer à exister ! Notre revendication : NON aux accords de libre-échange destructeurs de notre agriculture ! CETA-MERCOSUR, même combat !

Ne perdons pas de vue que l’accord doit encore être ratifié, notre combat ne fait que se poursuivre", concluent les deux syndicats agricoles aveyronnais.

Laurent St-Affre (FDSEA) et Anthony Quintard (JA) devant la préfecture de l'Aveyron à Rodez.

Environ 120 agriculteurs de la FDSEA et des JA de l’Aveyron ont déposé leur combinaison et leurs bottes : l’agriculture fraçaise n’a plus d’avenir si l’accord de libéralisation commerciale avec le MERCOSUR est ratifié (photos JA-FDSEA).

 éleveurs+mercosur+CETA