lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Aliment bétail : hausse inévitable pour l'élevage

30 Juillet 2012 | Actus nationales | Actus élevage

Aliment bétail : hausse inévitable pour l'élevage



Les hausses ne finissent plus de s'enchaîner sur le marché des céréales (+ 60 euros/tonne pour le blé) et sur celui des protéines (depuis début 2012 +60 euros pour les tourteaux de soja et de colza) et l'indice qui mesure l'évolution du coût des matières premières entrant dans l'alimentation animale atteint un niveau record. Une situation inquiétante pour les filières d'élevage, en particulier l'élevage hors sol, qui tirent la sonnette d'alarme  : "une politique de régulation des prix par la contractualisation sera compliquée à mettre en place dans un marché anarchique".

Déjà la semaine dernière, les organisations professionnelles et la FNSEA demandaient la répercussion de la hausse des coûts de production tout au long de la filière, c’est-à-dire jusqu’au décideur final : la grande distribution.

De même Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture, a saisi le secrétariat d’AMIS (système d’information sur les marchés agricoles) basé à la FAO à Rome afin de suivre au plus près les évolutions des perspectives de récoltes et les marchés. Dans un communiqué, il précise que «la forte augmentation des prix des céréales et du soja devient une préoccupation majeure au plan mondial (…) La situation actuelle mérite vigilance pour suivre l’évolution des marchés mais aussi prudence pour ne pas alimenter les mouvements spéculatifs ". Et si la situation devait s’aggraver, Stéphane Le Foll convoquera une réunion formelle du Forum de réaction rapide, mis en place dans le cadre du G 20 et qui regroupe les principaux producteurs de céréales et de soja.

De son côté, le président de la République, François Hollande, a demandé qu’une attention particulière soit portée à l’évolution des marchés des céréales et du soja et a encouragé Stéphane Le Foll, à saisir les instances auprès du G20 qui doivent prendre toute la dimension de la volatilité des prix des matières premières et notamment des céréales.