lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Centenaire du groupe RAGT : un siècle de passion et d’innovation

27 Février 2019 | Actus Aveyron | Actus végétales

Centenaire du groupe RAGT : un siècle de passion et d’innovation

Claude Tabel, président du directoire RAGT (à gauche) et Daniel Segonds, président du conseil de surveillance.

1919 - 2019 : le groupe RAGT fête son centenaire. Le 22 février 1919 naissait la coopérative agricole Plateau Central devenue RAGT SA. Retour sur la dynamique de l’entreprise mondialement reconnue mais dont les racines restent bien ancrées en Aveyron.

Tout a commencé autour de syndicats communaux en 1905 qui se sont unis en 1912 avant de devenir le 22 février 1919, la coopérative agricole Plateau Central, prémice de l’entreprise RAGT constituée en Société anonyme en 1944. «Rouergue Auvergne Gévaudan Tarnais : un sigle pour montrer d’où l’on vient, pour souligner nos racines terriennes sur lesquelles nous nous sommes appuyés au fil des années», assure Daniel Segonds, président du conseil de surveillance RAGT.

Aux côtés de Claude Tabel, président du directoire, il est revenu sur la trajectoire du groupe créé par des agriculteurs aveyronnais aujourd’hui actionnaires. Plus de 80% de ces actionnaires sont en effet locaux et issus du monde agricole. «C’est sur cette base que nous avons construit notre trajectoire de croissance et de réussite», commentent les deux dirigeants. Aujourd’hui, RAGT emploie 1 317 salariés (dont 1 000 en France) autour de la branche RAGT Plateau Central pour l’approvisionnement agricole et de RAGT Semences SA pour l’activité semences, sans oublier le domaine RAGT Energie.

«Indépendance, racines terriennes aveyronnaises, foi dans le développement du monde agricole, originalité dans notre composition comme dans les exigences de notre actionnariat, en 100 ans nous n’avons pas dévié de ce cadre de référence», avance Daniel Segonds. Le président du conseil de surveillance a retracé la trajectoire de l’activité semences démarrée en 1962 avec le début de la sélection végétale sur des variétés spécifiques à la région.

Une bière sur deux issue de RAGT !

En 1972 et pendant 27 ans, le partenariat avec le géant américain Dekalb a permis à RAGT de rechercher, produire et commercialiser des semences, couvrant les espèces majeures de grandes cultures et d’élevage partout dans le monde. Et si ce partenariat s’est achevé avec l’arrivée de Monsanto, RAGT a choisi de tracer sa propre route en s’appuyant sur le monde agricole. En 1999, l’entreprise confirme son indépendance et ouvre son capital à Unigrains et Sofiprotéol. En 2000, elle rachète l’entreprise Calvet à Rignac, puis 4 ans plus tard, l’activité céréales de Monsanto, devenant ainsi numéro 1 européen dans ce domaine. «Le début d’une belle saga avec un centre de recherche agronomique basé en Angleterre». Aujourd’hui, 1 bière sur 2, 1 pain sur 4 et 3 paquets de pâtes sur 4 sont fabriqués à partir de céréales issues de la recherche RAGT !

En 2010, RAGT élargit son panel en investissant dans le colza, notamment via le rachat de Serasem (groupe InVivo). Son implication dans la recherche sur les céréales se conforte en 2011 autour d’une collaboration avec Bayer, lui permettant d’accéder à des technologies d’avant-garde.

La recherche est en effet un axe fort dans la stratégie de RAGT qui y consacre 18% de son chiffre d’affaires «au même niveau que dans le domaine pharmaceutique», compare Daniel Segonds. 40 programmes de recherche, 26 espèces sélectionnées, 17 stations de recherche dans le monde, plus de 300 salariés permanents dans ce domaine et plus de 60 millions d’euros investis ces 5 dernières années : RAGT a la culture de l’innovation !

«Le volet semences est un vrai moteur dans le développement du groupe», confirme Claude Tabel. RAGT Semences continue d’investir, de recruter (300 nouveaux collaborateurs ces dernières années), d’innover, de rayonner en développant des partenariats aux Etats-Unis, au Brésil. Leader européen, RAGT Semences développe une gamme large, couvrant les besoins de 85% de la SAU européenne.

Selon les dirigeants du groupe, le rayonnement international est un atout pour accompagner toutes les agricultures, conventionnelles, raisonnées, sous le label Agriculture Biologique... «Nous misons sur la résistance naturelle des semences, nos défis sont de diminuer l’apport des produits de synthèse, de réduire l’utilisation d’engrais, de préserver la ressource en eau... Notre credo est d’être fournisseurs de solutions en initiant des outils d’amélioration des plantes», confie Daniel Tabel.

RAGT mise aussi sur la jeunesse à travers son partenariat avec les jeunes agriculteurs en leur proposant un accompagnement adapté... comme l’assurance d’un partenariat sur la durée.

Eva DZ

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 28 février 2019.

 éleveurs+céréales+RAGT