lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Congrès FNB : «une ambiance tendue» [point de vue]

09 Février 2018 | Actus nationales | Actus Aveyron | Actus élevage

Congrès FNB : «une ambiance tendue» [point de vue]

Une délégation d’éleveurs de l’Aveyron participe au congrès de la FNB, mercredi 7 et jeudi 8 février à Evreux, dont Jean-Luc Mouysset, membre de la section bovins viande FDSEA.

- Quelle est l’ambiance de ce congrès ?

«L’ambiance est tendue entre les différentes problématiques vécues par les éleveurs bovins viande : les zones défavorisées, la remise en question de l’aide à la qualité aux veaux label, la menace des accords de libre-échange avec le MERCOSUR,... Nous ressentons une attention particulière, les éleveurs sont dans l’incertitude et s’interrogent sur l’avenir.

- Le ministre Stéphane Travert est intervenu, quel a été son message aux éleveurs ?

Nous avons été très, très déçus de son discours. Il était tout simplement sans contenus, sans réponses aux éleveurs. Il ne nous a apporté aucun éclairage quant à nos interrogations si ce n’est nous féliciter sur notre plan de filière. Il n’a rien dit au sujet des zones défavorisées, ni sur l’aide à la qualité aux veaux. Et sur les accords MERCOSUR, il nous a dit que la France n’était pas seule décisionnaire et qu’il faudrait s’en accommoder ! Intolérable pour les éleveurs qui n’ont pas manqué de le huer.

Bruno Dufayet le président de la FNB, lui a exprimé notre mécontentement, rappelant que les éleveurs ne lâcheraient rien, que nous continuerons à défendre notre élevage pour répondre à la demande des consommateurs, qui veulent des produits de qualité, avec une traçabilité, contrairement aux viandes du MERCOSUR.

- Sur quelles thématiques avez-vous travaillé pendant ce congrès ?

Nous avons réalisé un travail de prospective sur les Etats généraux de l’alimentation, la PAC post 2020, les enjeux et perspectives de l’élevage bovin français et l’évolution de nos modèles d’élevage».

Eva DZ

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 8 février 2018.

 éleveurs+bovins+FNB