lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > FCO et «extrême urgence des élevages» : action FDSEA ce lundi 5 octobre à Rodez

02 Octobre 2015 | Actus nationales | Actus Aveyron | Actus élevage

FCO et «extrême urgence des élevages» : action FDSEA ce lundi 5 octobre à Rodez

Photo archives La Volonté Paysanne.

A l'appel de la FDSEA, les éleveurs manifesteront devant la préfecture de l'Aveyron, ce lundi 5 octobre, à partir de 21 h, à Rodez. Les conséquences négatives et économiques de l'épizootie de la fièvre catarrhale ovine (FCO) sur les exploitations font monter d’un cran supplémentaire le moral en berne des éleveurs.

Lors d’un point presse organisé ce jeudi 1er octobre à Rodez, le président de la FDSEA, Dominique Fayel, n’a pas caché que le problème de la présence de la FCO sur nos territoires plaçait en effet “l'élevage du Massif Central dans une extrême urgence”.

Selon la FDSEA, “depuis le 11 septembre, date de déclaration de la FCO, des négociations entre les services sanitaires français, italiens, espagnols, tunisiens, turcs… pour revoir les procédures sanitaires pour le commerce des animaux ont été engagées, et parfois avec du retard. A ce jour, pour les éleveurs, il n'y a toujours pas de perspective de sortie rapide de cette crise !”.

Un besoin de visibilité

“En attendant”, poursuit la FDSEA, “les échanges sont bloqués et nos revenus avec. Nos animaux restent dans nos fermes. Nous devons les nourrir alors qu'à cause de la sécheresse, nous n'avons pas assez de foin dans nos granges... Les ovins, quand à eux, sont à la veille de la saison qui compte le plus d'animaux exportés. Le cours des veaux laitiers s'effondre… Nous redoutons que cette situation ne vienne déséquilibrer les marchés et exercer une pression sur les prix, aggravant encore plus la situation de nos revenus”.

Et de rappeler que “la France réalise chaque année un milliard d'euros d'excédent commercial avec l'exportation de bovins, essentiellement issus du Massif central. Et l'Aveyron y participe pour plus de 10 %. Cette activité est vitale pour nos territoires ruraux”.

Une bureaucratie sanitaire

Pour la FDSEA, “nous nous sentons face à une bureaucratie sanitaire qui commande seule, sans prendre en compte les enjeux économiques de nos territoires et de nos filières. Cette crise doit être gérée en prenant en compte d'abord la dimension économique. Nous demandons aux pouvoirs publics d'agir plus vite, et plus fort !”.

Cournon, un mauvais signal

A propos du Sommet de l’élevage programmé la semaine prochaine à Clermont Ferrand-Cournon, “l'annonce de l'absence de bovins est un signal désastreux pour notre secteur et pour les éleveurs qui ne se sentent pas soutenus. Et également pour les délégations étrangères qui viennent habituellement de plus de 60 pays pour apprécier l'excellence française en matière d'élevage”, souligne la FDSEA.

Une crise sanitaire qui s'ajoute à la crise économique

Pour le syndicat, la coupe est pleine : “les exploitations aveyronnaises comptabilisent plus de 200 millions d'euros de dettes à court terme. Les plans d'aides ne sont pas encore en place. Le premier ministre a fait des annonces, et les services de l'Etat, notamment les services fiscaux, traînent les pieds… C'est pourrait-on dire, le jeu habituel. Mais en ce moment, avec les revenus que nous n'avons plus, avec les charges que nous supportons, avec la sécheresse, et avec cette FCO : il ne faut pas jouer avec les éleveurs !” prévient la FDSEA.

 éleveurs+bovins+FCO