lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > FCO : «Le protocole d’échanges avec l’Italie est imminent»

15 Octobre 2015 | Actus nationales | Actus Aveyron /actualites/informations-fco-1.php

FCO : «Le protocole d’échanges avec l’Italie est imminent»

Dominique Fayel, président de la FDSEA Aveyron et administrateur FNB, fait le point sur la réunion avec le ministère de l’agriculture.

• Sur le protocole d’échanges avec l’Italie : «il est en cours de finalisation et la signature est annoncée comme imminente. Concernant les broutards, il n’y a plus d’interrogation. Le protocole retenu consiste à une vaccination réalisée à trois semaines d’intervalles + 10 jours après la première injection. Il comprend également les animaux destinés à l’abattage probablement à l’image de celui en vigueur la dernière fois?: l’annonce des animaux 48 heures à l’avance, la désinsectisation et le choix d’un abattoir agréé. Cependant, la difficulté demeure sur les «veaux de 8 jours» pour lesquels les autorités italiennes n’accepteraient pas la PCR. Loïc Evain, sous-directeur de la DGAL en charge des affaires sanitaires européennes et internationales, est en ce moment même en Italie pour finaliser, nous l’espérons, l’accord».

• Pour les échanges avec les autres pays : «le protocole avec l’Espagne a été signé (vaccins ou PCR). Reste à négocier à moyen terme le statut des animaux issus des cheptels vaccinés.

Avec l’Algérie, les discussions continuent sur les exportations d’animaux vaccinés. Le dialogue est plutôt bien engagé et la profession a demandé au ministère de l’agriculture une intervention politique.

Turquie

Le protocole avec la Turquie reste à ce jour le plus compliqué. En effet, les autorités de ce pays n’acceptent pas les animaux dans un périmètre de 100 km autour des foyers. Certes, le marché n’est donc pas complètement fermé, mais ce zonage concerne la quasi-totalité du bassin allaitant français, la principale zone d’où sont issus les broutards. De plus, aucun opérateur ne se risquera à prendre des animaux en quarantaine tant que la zone réglementée ne sera pas stabilisée. Les discussions continuent donc sur le choix entre vaccination et PCR mais le contexte politique turc reste très tendu du fait de l’absence de gouvernement et des récents attentats. Les CVO, chefs des services vétérinaires des deux pays sont en contact permanent. Le ministère de l’agriculture a rencontré récement l’ambassadeur de Turquie, mais les négociations avec ce pays restent à ce jour notre principal motif d’inquiétude».

• Sur la situation des zones réglementées en France : «La France passerait à deux zones : une zone indemne et une zone réglementée. Cette dernière n’est pour l’heure pas définitivement fixée, elle devrait être à l’image de celle d’aujourd’hui, sûrement élargie selon les derniers résultats de recherches. Nous passerions d’un classement par département plutôt que par commune. Reste à fixer les modalités des mouvements d’animaux de ZR à ZI en tenant compte de la disponibilité des vaccins. Pour la profession il est évident que tous les moyens possibles doivent être utilisés pour fluidifier les mouvements commerciaux entre ZR et ZI y compris la PCR».

• Sur la disponibilité des vaccins : «Tout n’est pas totalement clarifié. Le nombre de vaccins devrait être suffisant s’ils sont concentrés dans la ZR. Le problème reste leur disponibilité immédiate. Plusieurs livraisons sont prévues d’ici à la fin de l’hiver».

«Des motifs d’inquiétude demeurent même si nous sommes raisonnablement optimistes sur la finalisation rapide du protocole avec l’Italie. Evidemment des actions de pression syndicale à l’échelle du bassin allaitant sont envisagées pour faire accélérer les décisions».

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 15 octobre 2015.

 éleveurs+bovins+FCO