lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > FCO : un cas en Aveyron

12 Novembre 2015 | Actus nationales | Actus Aveyron /actualites/informations-fco-1.php

FCO : un cas en Aveyron

Un cas de fièvre catarrhale ovine est avéré dans un élevage bovin viande dans le nord du département. Il s’agit du premier cas confirmé de cette maladie dans l’Aveyron.

Le département étant déjà concerné dans son ensemble par la zone réglementée, la confirmation de ce cas de FCO ne change rien pour les éleveurs de ruminants aveyronnais. En effet, les modalités des mouvements d’animaux pour le négoce et l’exportation restent inchangées.

Pas de changement pour les éleveurs aveyronnais

Seule évolution, l’extension de la zone réglementée aux départements limitrophes du Tarn, du Gard et de l’Hérault.

La préfecture de l’Aveyron, sous le couvert du ministère de l’agriculture, va publier prochainement un arrêté confirmant ce premier cas de FCO dans le département et communiquera une nouvelle carte de la zone réglementée. Vous retrouverez ces informations prochainement sur notre site internet.

Le communiqué de presse de la préfecture :

"Un cas de fièvre catarrhale ovine (FCO) en Aveyron vient d’être confirmé sur le canton de Lot et Palanges, au sein d’un élevage bovin allaitant. L’Aveyron est entré le 17 septembre 2015 dans la zone réglementée, qui s’établit autour des cas identifiés dans un rayon de 150 km. Au 30 octobre, en France, 72 élevages étaient concernés par le virus FCO à sérotype 8. Les foyers sont situés dans une zone de 250-300 km de diamètre englobant le Puy-de-Dôme, l’Allier, la Creuse, le Cantal, le Cher, l’Indre, la Loire, la Nièvre et la Saône-et-Loire.

Ce foyer de FCO aveyronnais n’a pas de conséquence nouvelle pour l’élevage, le négoce et l’exportation des animaux du département, mais conduit à intégrer à la zone réglementée plusieurs départements situés au sud de l’Aveyron (Tarn, Tarn-et-Garonne, Hérault, Gard notamment). L’élevage concerné est placé sous contrôle des mouvements de ses animaux qui feront l’objet d’une vaccination ou des analyses sanitaires permettant la levée des contraintes sanitaires. Enfin, il est rappelé que cette maladie des ruminants n’est pas transmissible à l’homme et n’a aucun impact sur la qualité et la salubrité des viandes et des produits à base de viande ainsi que du lait et des produits laitiers".

 éleveurs+FCO+bovins