lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Glyphosate : pour Matignon, Nicolas Hulot a réaffirmé la position de la France

06 Septembre 2017 | Actus nationales | Actus végétales

Glyphosate : pour Matignon, Nicolas Hulot a réaffirmé la position de la France

Contacté par Agra presse le 5 septembre, Matignon a indiqué que "Nicolas Hulot a réaffirmé la position de la France indiquée à la Commission européenne en juillet." Le 29 août, le ministre de la Transition écologique a affirmé que la France voterait contre la proposition de la Commission européenne de renouveler pour dix ans l'autorisation du glyphosate. Matignon précise que "la France a toujours voté contre ce renouvellement."

Par ailleurs, les services du Premier ministre indiquent que "tous les Etats membres n'ont pas fait connaître leur position". Matignon ajoute que "l'élimination progressive des pesticides est un engagement du Président de la République. Le sujet sera traité lors des Etats généraux de l'alimentation." Et de préciser que l'engagement d'Emmanuel Macron inclut aussi l'accompagnement des agriculteurs.

Le cabinet de N. Hulot refléchit à un accompagnement des agriculteurs en cas d'interdiction

«Le cabinet de Nicolas Hulot nous a confirmé la position de la France contre le renouvellement de l'autorisation du glyphosate pour des raisons de santé publique», rapporte à Agra presse Céline Imart, vice-présidente des JA, le 5 septembre suite à une rencontre la veille. Les JA, opposés à l'interdiction du glyphosate, ont expliqué que celle-ci ne serait une solution ni pour l'environnement ni pour la santé publique.

Le ministère répond qu'il faut «donner un signal», rapporte Céline Imart. Il devrait revoir «dans quelques semaines» les JA pour travailler sur des mesures d'accompagnement des agriculteurs en cas d'interdiction de la substance. Le renouvellement pour dix ans de l'autorisation du glyphosate doit être soumis au vote des Etats membres les 5 et 6 octobre.

La FNSEA demande «une concertation plus étroite» dans le gouvernement

La présidente de la FNSEA Christiane Lambert est revenue, lors de la conférence de presse le 5 septembre au matin, sur la façon dont a été annoncée la position de la France sur le renouvellement de l'homologation du glyphosate, demandant à l'avenir «une concertation plus étroite» entre les membres du gouvernement. «Sur un sujet délicat, il faut qu'il y ait un échange avant expression. Mon petit doigt me dit que Monsieur Hulot a répondu sans échange préalable», estime Christiane Lambert, qui demande «que le ministre de l'Agriculture puisse s'exprimer prochainement».

Le syndicat est en faveur d'une ré-homologation de la molécule, mais d'une interdiction de certains co-formulants jugés dangereux. A minima, la FNSEA demande «une sortie en douceur». «Tant qu'il n'y a pas d'alternative, pourquoi l'interdire ?» demande Christiane Lambert. La FNSEA rapporte de nombreux appels d’agriculteurs inquiets, notamment en conservation des sols.

Coop de France appelle à une ré-autorisation

Coop de France a une nouvelle fois le 5 septembre invité le gouvernement à se prononcer en faveur d’une ré-autorisation du glyphosate. La fédération des coopératives appelle la France à « soutenir la ré-homologation du glyphosate lors du prochain vote européen, en cohérence avec les avis des agences indépendantes d’évaluation du risque, ainsi que les stratégies nationales en matière d’agroécologie et de lutte contre le réchauffement climatique », selon un communiqué. Interdire cet herbicide remettrait en cause des pratiques « en plein développement » qui font « partie intégrante de l’agroécologie » : non-labour, couvert permanent des sols, cultures intermédiaires…, souligne Coop de France.

 éleveurs+cultures+FNSEA