lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Zones défavorisées : «des avancées très limitées, l’essentiel du travail reste à faire» (FDSEA-JA)

20 Février 2018 | Actus Aveyron | Actus élevage

Zones défavorisées : «des avancées très limitées, l’essentiel du travail reste à faire» (FDSEA-JA)

La FDSEA et JA Aveyron communiquent :

"Une nouvelle réunion s'est tenue aujourd'hui au ministère. Une simulation de carte a été présentée avec de légères évolutions des critères mais qui ne concernent pas l'Aveyron. Le travail n'est pas terminé et va durer encore plusieurs semaines.

Le principe de continuité territoriale a été présenté à Bruxelles et a reçu un accueil favorable. Mais la mécanique reste à construire.

Nous restons attentifs et très vigilants quant aux travaux du ministère mais aussi aux évolutions du dossier à Bruxelles".

Stéphane Travert présente la carte des zones défavorisées simples

« Nous ne laisserons tomber personne », a martelé Stéphane Travert, ministre de l’Agriculture, le 19 février, lors de la présentation de la carte des zones défavorisées simples (ZDS). Cette carte détermine la possibilité pour les agriculteurs de percevoir l’indemnité compensatoire de handicap naturelle (ICHN), une aide qui représente 4% des aides de la PAC (350 M€), selon le ministère.

"La carte présentée ce jour améliore la situation globale, avec 14 000 communes classées contre 13 984 dans la carte du 9 février et 1 349 communes sortantes au lieu de 1 401. Elle devra être encore complétée par l’application d’un critère de continuité territoriale. La carte constitue ainsi la base de travail pour démarrer la négociation avec la Commission européenne", a expliqué le ministère dans son communiqué.

Près de 60 000 bénéficiaires devraient percevoir l'aide avec le nouveau zonage contre 53 000 avec le zonage actuel. Pour autant, plus de 5 000 bénéficiaires ne devraient plus la percevoir à partir de 2019, d’où le message insistant de Stéphane Travert. Aucun dispositif financier n’est cependant encore définitivement établi pour « accompagner les sortants » bien que le gouvernement se soit engagé à « les aider dans ce travail de reconfiguration de leur exploitation », selon le ministre.

 éleveurs+ICHN+bovins