lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Mesures agro-environnementales : des priorités à définir [point de vue]

27 Janvier 2014 | Actus Aveyron | Actus végétales | Actus élevage

Mesures agro-environnementales : des priorités à définir [point de vue]


Une réunion régionale pilotée par la FRSEA a réuni les responsables de chaque département, vendredi 17 janvier, pour faire le point sur la mise en place des MAE (mesure agro-environnementale) dans la prochaine PAC. Le point de vue de Thierry Contastin, président de la section Environnement de la FDSEA.

En quoi consiste cette nouvelle MAE herbagère ?

«Dans la prochaine réforme de la PAC, la PHAE sera intégrée à l’ICHN. Une MAE herbagère sera mise en place mais l’enveloppe régionale qui lui sera dédiée risque d’être très insuffisante.

Le montant du FEADER (fonds européen agricole pour le développement rural) s’élèverait à 1,3 milliard d’euros pour toute la région Midi-Pyrénées et sur la durée du programme (pour 6 ans). L’ICHN représenterait un peu plus de 800 millions d’euros, le différentiel devant financer les autres actions du second pilier (plan bâtiment, MAE, AB, installation,...). Compte tenu de l’importance de ces dossiers et de l’enveloppe à partager, il est à craindre que la part qui pourra être affectée aux MAE, notamment herbagères, ne permette de couvrir l’ensemble des surfaces en herbe qui pourraient y prétendre. Face à cette situation, l’accent pourrait être mis plus particulièrement sur des MAE territorialisées.

Quelle position adopter ?

Les responsables professionnels devront réfléchir à des priorités, comme par exemple le soutien aux captages, aux prairies humides, aux zones en déprise pour appuyer leur reconquête... Les Chambres d’agriculture de Midi-Pyrénées se sont déjà réunies sur le sujet pour faire des propositions. Notre section environnement prévoit de se retrouver pour présenter ses propositions.

Où en est-on sur les zones vulnérables ?

La France pourrait être condamnée si elle ne respecte pas le «quota» de surfaces en zones vulnérables. En Aveyron, beaucoup de communes en sont sorties mais les agriculteurs doivent continuer d’être vigilants sur leurs pratiques car toute sortie n’est jamais définitive, le zonage est en effet revu tous les 4 ans. Et des analyses sur l’eau sont régulièrement réalisées sur le terrain.

Pour les agriculteurs toujours en zone vulnérable, des réunions d’information sont organisées en février sur les nouvelles réglementations (lire page 8 de la VP du 23 janvier 2014).

Par ailleurs, la section environnement de la FDSEA a travaillé avec la DDT sur l’élaboration d’un document sur les prairies humides qui sera consultable au printemps».

 environnement+MAE+PAC