lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Pac post-2020 : des propositions de Bruxelles inacceptables, selon Pekka Pesonen (Copa)

29 Juin 2018 | Actus nationales

Pac post-2020 : des propositions de Bruxelles inacceptables, selon Pekka Pesonen (Copa)

« Où va la future PAC ? Vaste programme… », c’est en ces termes que Claude Cochonneau, président de l’APCA*, a introduit, le 28 juin, deux tables rondes consacrées à l’avenir de la PAC et organisées par les chambres d’Agriculture et l’AFJA**. Le débat se déroulait dans un contexte opportun puisque le 1er juin, la Commission européenne a présenté ses propositions pour l’avenir de la politique agricole commune.

« Nous allons vers un changement radical de la PAC, la réforme semble vouloir être fondamentale, le doute s’installe donc dans les campagnes », affirme le président de l’APCA. L’assemblée nombreuse cherchait donc des éclairages sur l’avenir de cette politique si chère aux agriculteurs. La première table ronde était consacrée à la sécurisation des revenus des agriculteurs.

Pierre Bascou, directeur de la direction « durabilité aide au revenu », à la direction générale de l’agriculture, a tenté de défendre la position de la commission devant une assemblée et des intervenants plutôt hostiles à ces propositions, notamment, en raison d’une baisse annoncée du budget de la PAC de 5 % et de l’inquiétude d’une renationalisation de cette politique. Il estime qu’il est nécessaire de redonner du sens, de la crédibilité et de la légitimité à la PAC.

Pekka Pesonen, secrétaire général du Copa, a jugé "inacceptables" les propositions de la Commission européenne sur la Pac de l'après 2020. D'abord en raison de la baisse du budget, mais aussi en raison des propositions sur la simplification. "La simplification pour qui ?", se demande-t-il. "Pour la Commission, oui, mais il s'agira surtout d'une complexification pour les Etats membres et probablement pour les fermiers". Pour Luc Vernet, co-fondateur de Farm Europe, entre 2020 et 2027, la valeur de l'aide directe va baisser de 15 %, alors que l'on sait que les aides contribuent à hauteur de 43 % dans le revenu".

Christophe Hillairet, président de la Chambre régionale d'agriculture d'Ile-de-France, dit "avoir de fortes craintes de distorsion de concurrence et d'une politique à géométrie variable".

*APCA : Assemblée permanente des chambres d’agriculture

**AFJA : Association française des journalistes agricoles.

 éleveurs+PAC+APCA