lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Restauration collective : l’approvisionnement local à privilégier ! [point de vue]

28 Septembre 2015 | Actus Aveyron | Actus élevage

 

Restauration collective : l’approvisionnement local à privilégier ! [point de vue]

Une délégation d’éleveurs de la section bovins viande FDSEA accompagnée de JA a rencontré ce jeudi 24 septembre des représentants du Conseil départemental afin de travailler en faveur de la consommation de productions locales dans la restauration collective. Le point de vue de Valérie Imbert. présidente de la section bovins viande FDSEA.

- Pourquoi cette rencontre ?

«Elle est organisée dans le cadre de nos actions syndicales visant à promouvoir les productions françaises, et locales en particulier, dans les institutions dites publiques, notamment la restauration collective, les cantines scolaires (collèges), restaurants de collectivités locales, hôpitaux, maisons de retraite, etc.

- Quel est l’objectif précisément ?

Vu la conjoncture économique difficile du secteur de la viande, nous estimons important de privilégier l'approvisionnement local, «le manger local», dans un département qui propose des productions de qualité.?Nous souhaitons, avec le Conseil départemental, en savoir plus sur tout ce qui concerne les appels d’offres émis par les collectivités locales, afin de comprendre comment elles s’approvisionnent, pour quelles quantités, à quels prix, en production conventionnelle ou en agriculture biologique.?Car nous savons que le prix d’un ticket de cantine n’est pas la seule priorité des familles.?La qualité d’un repas est importante pour nos enfants, nos malades, et nos personnes âgées !

- Comment comptez-vous travailler avec le département ?

Nous voulons travailler dans le concret. On nous a déjà répondu que la tâche n’était pas simple, sachant que les intendants des cantines, par exemple, ont leur mot à dire, et qu’ils appliquent des consignes venant de l’Education nationale, de responsables éducatifs ou gestionnaires locaux. Nous voulons donc mieux connaître leur façon de travailler, avec l’objectif premier de privilégier les productions locales.?Et en ayant conscience que nous ne pouvons pas fermer nos frontières nationales !».

Recueilli par Didier BOUVILLE

Lire aussi dans la Volonté Paysanne datée du jeudi 24 septembre 2015.

 éleveurs+ovins+FNB