lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Valls accuse Bruxelles de faire «trop peu ou trop tard»

09 Février 2016 | Actus nationales | Actus élevage

Valls accuse Bruxelles de faire «trop peu ou trop tard»

(Photo Actuagri)

A la sortie de la rencontre entre le Premier ministre, le ministre de l'Agriculture, celui de l'Économie et les patrons de GMS à Matignon le 8 février, Manuel Valls s'en est pris à la Commission européenne, qu'il accuse de faire «trop peu ou trop tard». Il a également indiqué qu'il recevra le Premier ministre russe Medvedev en vue de la levée de l'embargo sanitaire sur le porc.

Par ailleurs il ressort un terrain d'accord sur un fonds de 10 centimes par kilo de porc pour soutenir les éleveurs, a déclaré Serge Papin, PDG du groupe Système U. Le fonds serait abondé par les GMS, mais aussi par la restauration, y compris les cantines. Les modalités seront discutées entre le ministère et la FNSEA.

Autre avancée «très positive» de cette rencontre, selon Serge Papin : les négociations sur le prix du lait seront désormais tripartites : les producteurs sont admis autour de la table. Pour les négociations tarifaires 2016, les deux ministres ont appelé les enseignes à «ne pas aggraver le contexte déjà déflationniste avec la baisse des prix», a déclaré Stéphane Le Foll.

Bruxelles «ne peut pas réinventer la roue»

La Commission européenne «ne peut pas réinventer la roue», rétorque-t-on à Bruxelles, après que le premier ministre français Manuel Valls l’ait accusée de «faire trop peu ou trop tard» pour résoudre la crise de l’élevage. L’exécutif européen a été effectivement saisi d’un mémorandum français sur la question, et souligne que ce document concerne ses services chargés de l’agriculture, mais aussi ceux de la concurrence.

Il répète qu’une enveloppe exceptionnelle de 420 millions € a été dégagée à l’automne dernier, en plus des aides au stockage des produits laitiers et du porc, et que les États membres peuvent y adjoindre des mesures nationales dont la compatibilité avec les règles communautaires doit être vérifiée.

Pour l’heure, la Commission, qui fait valoir ses contraintes budgétaires, se contente de souligner les possibilités offertes par la politique de développement rural pour répondre à cette crise.

UE : la crise de l’élevage au menu des ministres de l’Agriculture le 15 février

Les ministres de l’agriculture de l’UE doivent débattre de la crise de l’élevage lors de leur réunion du 15 février, avec, pour alimenter le débat, le mémorandum français présenté le 4 février. Ce document préconise notamment, outre des initiatives fortes à l’exportation : pour le lait, le relèvement temporaire du prix d’intervention et la création d’un groupe à haut niveau européen afin d’envisager entre autres « un mécanisme d’aides européennes octroyées aux producteurs ayant volontairement réduit leur volume de production en période de baisse des prix» ; pour le porc, le maintien de l’aide au stockage privé ou, à défaut, «une mesure de réduction du nombre de truies mises en production pour l’ajuster aux capacités d’engraissement des éleveurs».

Le mémorandum français plaide également pour l’indication du pays d’origine pour la viande utilisée dans les aliments transformés, de même que pour les produits laitiers, et pour «la révision de la directive détachement des travailleurs».

 éleveurs+ovins+bovins