lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Rats taupiers : programme pour préserver les prairies des pullulations

01 mars 2018

Rats taupiers : programme pour préserver les prairies des pullulations

Le Syndicat mixte de préfiguration du PNR de l’Aubrac porte un programme pour accompagner les agriculteurs dans la préservation de leurs prairies des pullulations de campagnol terrestre (aussi appelé rat taupier).

Cette espèce, bien aidée par la taupe, fréquente les prairies naturelles de l’Aubrac et y mange les racines des plantes charnues comme le pissenlit ou les trèfles. Mais régulièrement, ses populations se développent excessivement, au point de causer des problèmes majeurs sur les prairies. En consommant la flore et en créant des tas de terre pour ses galeries, le rongeur prive les élevages du fourrage dédié à l’alimentation des troupeaux et il altère la qualité du foin récolté : terre dans les bottes, perte de la diversité floristique qui contribue à la qualité des produits agricoles du territoire.

Son impact est aussi environnemental et sanitaire au regard de la qualité de l’eau, de l’intégrité des paysages d’estives et de la biodiversité des prairies. Les années de pullulations, comme 2015, peuvent s’avérer catastrophiques pour l’élevage de l’Aubrac. Le problème est épineux à résoudre. En effet, ces pullulations sont causées par de nombreux facteurs qui s’additionnent et se cumulent : dynamique naturelle des populations du campagnol, présence préalable de taupes, appétence de la flore des prairies, main d’œuvre peu disponible sur les exploitations agricoles, population des prédateurs (renards, hermine, milan royal), etc.

Sept zones pilotes sur l’Aubrac

Plusieurs actions doivent donc être menées de front pour jouer sur chacun de ces facteurs et pour limiter in fine la population de campagnols. Les agriculteurs peuvent notamment lutter directement contre la taupe et le campagnol (piégeage ou lutte chimique contrôlée), ou adapter leurs pratiques agricoles, etc.

Face à cette complexité, le Syndicat mixte de préfiguration du PNR de l’Aubrac porte un programme pour accompagner les agriculteurs et trouver les bonnes organisations locales pour une lutte efficace contre les pullulations. Il trouve là toute sa pertinence pour travailler sur cette problématique qui touche l’ensemble du massif de l’Aubrac. Sept zones pilotes ont été créées. Là, plus de 70 agriculteurs volontaires travaillent avec le projet de PNR de l’Aubrac et ses partenaires agricoles (FREDON et Chambres d’agriculture)pour expérimenter des systèmes de lutte combinée.

De 2017 à 2019 sont prévues des formations (campagnol, bromadiolone, Certificat PH3) et journées techniques, des conseils techniques et agronomiques, une surveillance approfondie des populations de taupes et de campagnols sur les zones pilotes, un accompagnement collectif local, un accompagnement dans la prise en charge partielle des moyens de lutte (dossier FMSE), etc. Au-delà, c’est l’ensemble des agriculteurs intéressés sur l’Aubrac qui pourra bénéficier des retours d’expériences à partir de la fin de l’année : il est prévu que trois journées aient lieu d’ici fin 2019.

Mieux vaut prévenir que guérir !

Par ailleurs, différentes actions d’information (via la presse agricole ou encore auprès des lycées agricole) seront réalisées afin d’apporter des informations techniques à un large public. A l’heure où chacun peut observer dans nombre de prairies de l’Aubrac, la présence forte de taupes et de campagnols, le projet de PNR de l’Aubrac et ses partenaires sont conscients que le défi, aussi complexe soit-il, doit être relevé dès les prochaines semaines. Avec un mot d’ordre majeur : pour lutter contre le campagnol, mieux vaut prévenir que guérir ! En effet, il est beaucoup plus efficace de lutter en fin d’hiver et au printemps qu’à l’automne, et plus efficace aussi de lutter quand il y a peu de taupes et de campagnols que pendant une pullulation.

Informations : www.projet-pnr-aubrac.fr