lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Dimanche 17 décembre 2017 - 11h07


 

Archives VP
Etude prospective : quelle agriculture à Rodez demain ?

02 novembre 2017

Etude prospective : quelle agriculture à Rodez demain ?

Le 19 octobre, la DRAAF Occitanie, les DDT de l’Aveyron, du Tarn et du Tarn-et-Garonne ont présenté une étude prospective sur l’avenir de l’agriculture dans les aires urbaines de moyenne importance que sont Albi, Castelsarrasin, Montauban et Rodez.

Quel sera le visage de l’agriculture dans les années à venir ? Sera-t-elle plus verte, Plus compétitive ? Plus mondialisée ? Les aires urbaines seront-elles plus résilientes ? Plus «métropolisées» ? Avec l’appui de la direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt d’Occitanie et les directions départementales des territoires de l’Aveyron, du Tarn et de Tarn-et-Garonne, les acteurs de 4 territoires (Albi, Castelsarrasin, Montauban, Rodez) ont essayé de répondre à ces questions.

Un séminaire de restitution de tous ces travaux s’est tenu le 19 octobre au lycée agricole de Fonlabour à Albi. Les acteurs ont pu croiser leurs regards et échanger sur les grandes tendances.

Les aires urbaines : des territoires pertinents pour imaginer l’avenir

Parce qu’elle concentre les problématiques propres à la coexistence des activités, à leur complémentarité, à leur développement et leur avenir, l’aire urbaine est un vrai laboratoire pour imaginer le futur. Les 4 aires urbaines retenues ont permis d’illustrer des dynamiques territoriales différentes, avec des enjeux agricoles communs mais concernant différents types de productions (élevage, arboriculture, etc). L’influence de Toulouse est plus ou moins marquée et cependant présente.

La prospective : une manière innovante de travailler ensemble

Parce qu’elle oblige les uns et les autres à se projeter dans l’avenir, la prospective permet de dépasser les questions du quotidien, pour prendre du recul et poser les véritables questions stratégiques qui concernent les territoires : ce détour par les futurs souhaitables - ou dont on veut se prémunir - permet de mieux penser l’action à mener aujourd’hui.

Les acteurs du territoire au cœur de la réflexion

Élus, agriculteurs, Chambres d’agriculture, coopératives agricoles, associations de consommateurs ou environnementales, établissements d’enseignement agricoles, Chambre de métiers, plus de 80 personnes se sont mobilisées pour dessiner l’avenir de leur territoire.

Tous ont apprécié le caractère participatif de la démarche et le fait de pouvoir se rencontrer pour parler des enjeux qui les rassemblent. Leurs regards croisés sur la situation actuelle et les dynamiques d’évolution ont donné naissance à des scénarios de mutation de l’agriculture du plus positif au plus pessimiste.

Les enseignements de l’étude

Les enjeux clés pour une évolution souhaitable de l’agriculture dans les aires urbaines ont été mis en évidence :

- mieux répartir la valeur ajoutée pour une activité agricole attractive et rémunératrice ;

- promouvoir la structuration des circuits de proximité pour un débouché local, une alimentation de qualité ;

- maintenir des outils de valorisation de la production, collectifs, coopératifs, industriels ;

- informer sur l’alimentation et réconcilier agriculteurs et consommateurs autour des produits de qualité, des aménités produites par l’agriculture.

Des sujets d’une grande actualité, qui recoupent les enjeux des Etats généraux de l’alimentation mais aussi des démarches plus locales, comme celles abordées dans les projets alimentaires territoriaux (PAT) tel que celui du Pays Midi-Quercy autour de la question «quelle alimentation et quel ancrage territorial de cette alimentation souhaitons-nous aujourd’hui et demain en Pays Midi Quercy ?».

Un séminaire pour capitaliser les bonnes idées

Le séminaire a rassemblé les participants à l’étude des 4 aires urbaines. L’objectif a été de capitaliser les bonnes idées qui émergent en termes d’actions pour qu’elles puissent être reprises sur un ou plusieurs territoires. Le séminaire a permis de mesurer le niveau d’implication de chacun à titre personnel et au titre de sa représentation dans le pilotage, la contribution ou la participation aux actions qui ont été imaginées.

Les propositions

- Capitaliser toutes les initiatives dans les territoires en matière de valorisation des productions, d’installation, de préservation du foncier, d’approvisionnement de la restauration collective, de contractualisation.

- Développer la formation, l’apprentissage, la mutualisation et la coopération pour s’adapter aux demandes de la société, au changement climatique, aux innovations technologiques.

- Développer le lien entre agriculture et citoyen.

- Se doter d’un projet agricole ou alimentaire de territoire et se donner les moyens de la concertation, pour partager les enjeux et définir les actions.

Source Préfecture