lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Journée Interbev Occitanie à Rullac St-Cirq : une filière veaux de boucherie dynamique

05 octobre 2017

Journée Interbev Occitanie à Rullac St-Cirq : une filière veaux de boucherie dynamique

La FDSEA a organisé mardi 26 septembre à Rullac St-Cirq une journée sur la filière veaux de boucherie en présence d’Alexandre Merle, président de la section nationale FNB Veaux de boucherie et président d’Interveau. Après la matinée en salle, le groupe d’éleveurs s’est réuni l’après-midi au GAEC de Saltre doté d’un atelier de 400 places.

Le point sur la situation des marchés, le bilan des actions et de la feuille de route de la FNB, avec un focus sur le contrat-type et le réseau veaux de boucherie étaient notamment à l’ordre du jour de la matinée rassemblant une vingtaine d’éleveurs de l’Aveyron et du Tarn. Cette réunion se voulait régionale avec l’appui du groupe Veaux de boucherie de la FRB Occitanie représentée par Marie-Laure Rigal, installée à Lacam, commune de Castanet. Elle produit 400 veaux de boucherie sous contrat avec la Métairie du Rouergue à Baraqueville.

Ce groupe régional a aussi comme suppléant un autre Aveyronnais, Sébastien Besombes, installé avec son épouse Céline, en ovins lait et 400 places dévolues à une production de veaux de boucherie. C’est donc sur ce GAEC de Saltre, à la Raffinie, que le groupe d’éleveurs s’est rendu l’après-midi pour échanger sur la pratique du métier. Sébastien s’est installé en 2000 avec 250 brebis laitières en filière Roquefort. Céline l’a rejoint dans le GAEC en 2005 après la création de 160?places de veaux de boucherie, au nombre de 400 aujourd’hui, avec l’intégrateur néerlandais Van Dree.

Gains de productivité

L’investissement a été maîtrisé ici à 1?300 €/place avec une production organisée en deux bandes de 23 semaines, et deux vides sanitaires de trois semaines en été et hiver. Les veaux laitiers arrivent à l’âge de 14 jours (48 kg, et 65 kg pour les croisés laitiers). «Pour vivre à deux, il fallait deux productions», confie Sébastien. «Nous nous sommes donc lancés dans un élevage hors-sol de veaux de boucherie, notre SAU étant par ailleurs limitée à 33 ha, sans nous engager dans des travaux de mises aux normes». L’Aveyron compterait aujourd’hui 120 producteurs de veaux de boucherie, dont la plupart sont intégrés. «Nous avons un potentiel qu’il faut conserver dans une filière qui est actuellement dynamique et rémunératrice.?Il y a de la place pour les jeunes qui souhaitent reprendre un atelier !», affirme Sébastien.

Alexandre Merle, éleveur de veaux de boucherie installé en Savoie (200 places avec 70 ha de céréales), a notamment évoqué les négociations actuelles avec le Syndicat De la Vitellerie Française (SDVF) (intégrateurs) visant à faire évoluer les contrats datant de 1980. «Une réactualisation s’impose en effet pour retrouver de la transparence et de l’équité en faveur du revenu de l’éleveur. En contre partie, nous sommes favorables à donner plus de flexibilité aux intégrateurs avec l’objectif de maîtriser l’offre». Il ajoute : «il faut aujourd’hui 280 €/place/an pour vivre de ce métier. Des gains de productivité sont possibles si le revenu nous permet de moderniser les ateliers, d’avoir accès aux nouvelles technologies pour le suivi sanitaire des animaux, la distribution d’aliments... C’est l’enjeu des négociations actuel-les, avec l’objectif d’attirer de nouveaux éleveurs !».

D.B.