lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Mercredi 13 décembre 2017 - 23h41


 

Archives VP
Section des agricultrices FDSEA : une nouvelle formule qui marche !

09 février 2017

Section des agricultrices FDSEA : une nouvelle formule qui marche !

La section des agricultrices de la FDSEA s’est retrouvée mardi 31 janvier sous une nouvelle formule. Elles étaient une douzaine à venir découvrir l’exploitation de Marie-Laure Rigal à Castanet.

Les agricultrices de la FDSEA emmenées par Marie-Pierre Lanne ont trouvé la formule qui fonctionne pour se réunir et échanger sur de futurs projets ! Elles se sont retrouvées sur l’exploitation de l’une d’entre elles pour un moment de convivialité, de découverte d’une production et d’un système atypiques et pour travailler !

Marie-Laure Rigal, secrétaire de la section a ouvert les portes de son exploitation au groupe d’agricultrices. Elles étaient une douzaine à avoir répondu à son invitation. Une participation qui a ravi Marie-Pierre Lanne. «Ce n’est pas toujours facile de mobiliser les personnes à participer à des réunions. Nous avons donc pensé à changer le cadre pour nous retrouver sur une ferme et découvrir une exploitation qui sort un peu de l’ordinaire», explique la présidente.

Veaux de boucherie et chevreaux à l’engraissement

Marie-Laure Rigal a développé deux ateliers hors sol en veaux de boucherie et chevreaux, qui lui permettent, sans avoir eu à apporter du capital foncier notamment, de vivre de sa passion pour l’élevage. «Je suis complètement indépendante de l’élevage de veaux sous la mère de mon frère. J’utilise simplement une partie des bâtiments de la ferme familiale», explique Marie-Laure.

Agricultrice depuis 1984, elle s’est concrètement installée en 2000 et a réalisé la mise aux normes de ses bâtiments pour accueillir aujourd’hui un atelier de veaux de boucherie de 200 places (400 veaux par an), en intégration avec la Métairie du Rouergue et un atelier d’engraissement de chevreaux (500 à 600 têtes par an) en partenariat avec la coopérative des Chevriers du Rouergue. «C’est cette création de valeur ajoutée qui m’a permis de m’installer et aujourd’hui de vivre de mon métier», souligne l’agricultrice. Ravie d’avoir accueilli le groupe des agricultrices sur sa ferme, Marie-Laure a apprécié la nouvelle formule de réunion ! «Nous avons eu plus de monde, ce qui veut dire que le concept plaît. Et ça m’a fait plaisir de faire connaître mes deux productions qui, il faut le dire, ne sont pas communes ! Pour certaines, c’était la première fois qu’elles voyaient ce type d’élevage. Nous avons donc eu des échanges vraiment très intéressants, sur la conduite et sur les produits», avance Marie-Laure qui semble s’être prise au jeu.

Prochain rendez-vous sur une ferme de l’Aubrac

Même constat de satisfaction de la part de Marie-Pierre Lanne. «Cette rencontre a été très conviviale, ce qui ne nous a pas empêché de travailler ! Parfois il suffit de changer le contexte de réunion pour que ça fonctionne mieux !», sourit-elle. Et puis ce fut l’occasion pour le groupe de mieux se connaître et de découvrir l’une des leurs dans son exploitation : «Le parcours de Marie-Laure montre que l’on peut réussir et bien vivre de son métier sans avoir à mobiliser des capitaux énormes. Cela n’empêche pas d’entreprendre ! C’est un espoir pour toutes celles et tous ceux qui ambitionnent de s’installer sur un projet qui peut être diversifié mais tout aussi viable et vivable».

Cette nouvelle formule de réunion a permis de solidifier l’équipe, selon Marie-Pierre Lanne. «Nous avons accueilli de nouvelles agricultrices dans le groupe que l’on ne voit pas forcément en réunion à Rodez». Preuve de la réussite de cette rencontre, les agricultrices ont évoqué la possibilité de renouveler le rendez-vous prochainement sur l’Aubrac !

Des formations au programme pour 2017

Bien sûr, les agricultrices ont aussi parlé des projets de la section ! Courant février-mars, elles prévoient de suivre une formation sur l’outil des réseaux sociaux, Twitter, afin de «mieux communiquer sur leur métier». «C’est important de savoir utiliser ces nouveaux outils de communication, qui peuvent être de bons relais pour nous, pour promouvoir notre métier et en parler positivement», avance Marie-Pierre Lanne.

Côté projets, la section des agricultrices envisage un voyage dans l’Aubrac lozérien en septembre. Elle travaille également sur l’élaboration d’un document pour promouvoir le métier d’agricultrice. «Un outil qui pourra être un bon levier de communication en vue des élections syndicales de 2018 !», projette Marie-Pierre Lanne.

Eva DZ