lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
AG des JA : la dernière du président Anthony Quintard

12 mars 2020

AG des JA : la dernière du président Anthony Quintard

Anthony Quintard restera présent dans le syndicalisme jeune puisqu’il participera à l’organisation de l’accueil de la session nationale renouvellement des générations organisée en février 2021 à Millau.

Anthony Quintard présidait sa dernière assemblée générale JA 12. Au terme de son mandat, il a décidé de passer la main mais n’en reste pas moins attaché aux valeurs du syndicat Jeune Agriculteur.

Ce n’est pas sans un peu d’émotion qu’Anthony Quintard a clôturé l’assemblée générale de JA 12 vendredi 6 mars. «La feuille de route que nous avions dressé en début de mandat a été suivie je pense. Nous avons travaillé notre professionnalisation, au cœur de l’accompagnement des jeunes à l’installation à travers les After Bottes, le forum des filières qui recrutent... au sein des JA avec de nombreuses formations sur la prise de parole, la communication sur les réseaux sociaux, la participation aux groupes de filières, à des sessions régionales et nationales, des congrès... Nos adhérents grandissent, s’épanouissent dans leur responsabilité au sein de JA et c’est un motif de satis- faction pour nous».

Etre toujours en action

Anthony Quintard a également évoqué la priorité des priorités à JA : l’installation. Il a rappelé la position de leader de l’Aveyron : 151 installations en 2018, 132 en 2019. «Nous sommes parmi les premiers départements de France, on peut fanfaronner !».

La communication et la promotion du métier sont deux fers de lance également chez JA 12. «Nous voulons faire savoir notre savoir faire», résume Anthony Quintard. «Nous nous sommes dotés de compétences pour établir des plans de communication plus lisibles et les efforts ont porté leurs fruits puisque le nombre de nos adhérents a progressé de 10% en 2 ans», souligne-t-il satisfait. Anthony Quintard note aussi le travail réalisé d’animation du réseau autour des élections Chambre d’agriculture pendant son mandat : «On a gagné avec la manière, avec la FDSEA, en travaillant main dans la main autour d’un vrai projet agricole pour l’Aveyron que nous avons construit tous ensemble».

Anthony Quintard est engagé depuis 7 ans aux JA : «je me souviens de mes débuts, chez moi, aux Agrifolies de Lunel. Que de chemin parcouru !». Il fut d’abord secrétaire général de JA 12 puis engagé dans le réseau régional où il a participé à l’organisation de la finale mondiale de labour Terres de Jim à Bordeaux. Puis il a pris la co-présidence à trois de JA 12 aux côtés de Sébastien Granier et Germain Albespy avant d’assumer seul la présidence sur le mandat qui s’achève. «Mais je n’étais pas seul, j’étais entouré par une bonne équipe, deux vice-présidents, un secrétaire général, une trésorière et des animatrices», tient-il à préciser. «Je les remercie tous pour ces moments de débat, de conviction, de plaisanterie, de convivialité. Ces collègues sont devenus des amis, déterminés, passionnés comme moi !».

Anthony Quintard, même s’il quitte le conseil d’administration de JA 12, a livré quelques conseils : «Continuez à être le poil à gratter, gardez votre impertinence !». Car les enjeux sont encore nombreux pour le monde agricole selon le jeune responsable : «A l’heure où l’agriculture est en pleine mutation à l’image de l’accompagnement à l’installation, où la régionalisation est forte, où le modèle agricole unique n’existe pas, plus que jamais les agriculteurs devront montrer leur capacité à s’adapter». Il y a deux ans lorsqu’il a pris la présidence seul de JA 12, Anthony Quintard avait évoqué la résilience, la capacité à rebondir pour avancer : «Au delà de la technique, il y a l’analyse, la réflexion. Nous devons apprendre à cogiter, à cultiver l’agilité, cela passe par la formation continue car la formation initiale c’est important mais ça ne suffit pas ! On apprend tout au long de sa carrière». Dans ces évolutions, il compte sur le soutien des partenaires qui devront de leur côté, faire évoluer leur mode de gouvernance en impliquant davantage les jeunes, porteurs de changement, selon lui.

Eva DZ