lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Entrepreneurs du Territoire Aveyron : GNR, retraite, PAC et circulation des engins agricoles

12 mars 2020

Entrepreneurs du Territoire Aveyron : GNR, retraite, PAC et circulation des engins agricoles

 

L’assemblée générale des Entrepreneurs du Territoire Aveyron (EDT 12) s’est déroulée vendredi 6 mars, à Onet-le-Château, sous la présidence de Joël Guibert, et du président national de la FNEDT, Gérard Napias.

Ce mouvement des entrepreneurs de services agricoles, forestiers et ruraux rassemble en Aveyron 68 adhérents, au sein d’une structure originelle née en 1954 avec l’appel- lation syndicat de battage. C’est ce qu’a rappelé le président aveyronnais, Joël Guibert, lors de l’hommage rendu à l’un de ses prédécesseurs, Bernard Soulié, décédé en juin à l’âge de 79 ans. Une minute de silence a été respectée par l’assemblée et la tribune, où étaient invités Gérard Napias, président de la Fédération nationale des EDT, installé dans les Landes, aux côtés notamment de Joël Guibert, Michel Griffoul, vice-président EDT 12, Jean-Claude Gasc, président de la Fédération régionale EDT Occitanie, venu de Haute-Garonne.

Gérard Napias a passé en revue plusieurs dossiers d’actualité de la FNEDT, dont le plus «chaud», concerne l’usage du GNR (gazole non routier), qui doit évoluer suite à la loi de Finances 2020 votée en décembre par l’assemblée nationale. La détaxe du carburant agricole «rouge» est maintenue mais le gouvernement a déposé un amendement, adopté, visant à définir une liste des matériels soumis à un carburant taxé «carburant vert», pour les engins de travaux publics, rédigée par le ministère de l’Economie. Selon la FNEDT, soutenue par la FNSEA, cette liste obligerait les agriculteurs à utiliser du gazole ordinaire (blanc) pour leurs télescopiques et autres tractopelles par exemple. La FNEDT n’est donc pas d’accord, et milite en faveur «du maintien de la détaxation actuelle du GNR sous condition d’emploi pour les travaux agricoles et forestiers, quel que soit le matériel utilisé», relaye Gérard Napias. «Entre le gazole «blanc» et «rouge», c’est un écart de 0,50 euro le litre, inacceptable pour nos entreprises !».

Rocade de Rodez

Le député Arnaud Viala, pré- sent à la tribune, a déclaré qu’il était «opposé à cette interdiction d’utilisation de GNR agricole». Il a souhaité réagir à l’impact du Coro- navirus sur l’économie en général, dont celle de l’alimentation et de l’agriculture. «Nous devons appliquer les règles de prudence, être vigilants, sans sombrer dans une psychose et l’irrationnel». Interpellé sur la circulation réglementée des engins agricoles, en lien avec le projet d’aménagement de la rocade de Rodez, le député regrette «l’approche technocratique» du dossier. Michel Griffoul a complété cette intervention, évoquant l’enquête publique aujourd’hui close, «qui imposerait aux engins agricoles un contournement de 11 km de plus que le trajet actuel, soit 21 km au total. C’est une aberration car nos matériels sont moins dangereux sur des voies express que sur des petites routes !».

Concernant les retraites agricoles, le député Viala «a regretté le passage de la loi en force (49.3)», même s’il juge «nécessaire une réforme, avec le maintien du système par répartition, et non par capitalisation, qui correspond à notre histoire sociale. Mais il faut trouver une réponse au niveau de retraite actuel trop bas des agriculteurs». S’agissant des inquiétudes soulevées par EDT 12 autour de la nouvelle PAC, le député confie être «mobilisé sur le sujet, pour que la PAC reste favorable à un territoire comme l’Aveyron», tout en soulignant «que le Brexit est une mauvaise nouvelle pour l’Europe».

René Debons président de la sec- tion employeurs de main d’œuvre FDSEA, est intervenu sur l’emploi salarié agricole, et a présenté le document pratique réalisé en partenariat avec EDT 12. La réunion a été ponctuée par les interventions d’Olivier Valentin (CER France 12) sur la loi de Finances 2020, et de Camille Malpeyre (FREDT) sur la TIC (taxe intérieure de consommation), et l’immatriculation des engins remorqués (plus de 1,5 tonne) dès août 2020.

D.B.