lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Action FDSEA-JA : promotion de la filière ovine locale

13 avril 2017

Action FDSEA-JA : promotion de la filière ovine locale

Samedi 8 avril, les sections ovines de la FDSEA et Jeunes Agriculteurs Aveyron, ont profité de l’affluence de voyageurs sur l’aire du Larzac, au bord de l’A 75, pour faire la promotion de la viande d’agneau et du fromage de Roquefort.

Traditionnellement, Pâques est l’occasion pour les éleveurs de brebis de faire parler de leur filière. En effet, ces fêtes constituent un rendez-vous incontournable pour le marché de l’agneau, où le pic de production rencontre le pic de consommation. «L’an passé, le rendez-vous a été manqué car le week-end de Pâques est tombé fin mars, avant la plus grosse affluence d’agneaux sur le marché», commente Jean-François Cazottes, président de la section ovins viande de la FDSEA.

La filière cherche son second souffle

Confrontés à une baisse vertigineuse des cours depuis le début de l’année, les éleveurs attendaient la remontée pascale avec impatience. En effet, entre l’arrivée des agneaux issus de la filière Roquefort et le blocage des exportations à cause de la fièvre catarrhale ovine, le marché s’est retrouvé à bout de souffle sur tout le premier trimestre 2017. En outre, est venue s’ajouter une concurrence insupportable des agneaux du Royaume Uni, dont le prix a chuté de 17 % à cause de la dévaluation de la livre suite au Brexit. Cette situation géopolitique entraîne un écart de plus d’un euro avec l’agneau français, qui se débat déjà avec une baisse généralisée de la consommation. Tout ceci combiné, le prix de l’agneau français a perdu 10 % par rapport à 2016 et 16 % depuis 2015. Cette situation est heureusement mieux maîtrisée au niveau des signes officiels de qualité, même si le marché standard a une incidence sur les prix.

Un message : mangez de l’agneau français !

En tant que premier département ovin de France, l’Aveyron a décidé de réagir à une semaine de Pâques. Ainsi une vingtaine d’éleveurs se sont donné rendez-vous pour faire déguster de l’agneau et du fromage de Roquefort, deux filières intimement liées. Les quelque 2 000 voyageurs qui ont transité par l’aire du Larzac en ce week-end de vacances, ont donc pu savourer de la viande Label Rouge, à savoir l’agneau Laiton et l’agneau fermier des Pays d’Oc. «Nous avons souhaité lever les a priori de certaines personnes qui pensent que l’agneau est une viande forte», explique Thierry Agrinier, président de la section ovins lait de la FDSEA. Même si le label était à l’honneur, les éleveurs ont surtout pu expliquer les différentes méthodes d’élevage pratiquées en France. «Nos agneaux sont abattus à 5 mois maximum ce qui donne une viande tendre et moins forte que celle des agneaux importés dont l’âge d’abattage se rapproche plus du mouton», indique Jean-François Cazottes.

Fiers de leur élevage

Pour Clément Lacombe, secrétaire général de Jeunes Agriculteurs, «ce type d’opération de communication est essentiel alors que de nombreux mouvements anti-viande attaquent l’élevage français. Nous devons intensifier la promotion de nos produits et expliquer fièrement nos pratiques d’élevage au grand public». Les échanges très positifs, qui se sont déroulés entre les bénévoles et les voyageurs rencontrés, permettent aussi de remonter le moral des éleveurs, miné par un prix loin d’être satisfaisant et par le dénigrement médiatique oppressant dont ils sont victimes en ce moment. Le retour des personnes rencontrées prouve bien que la majorité silencieuse soutient ses agriculteurs.

B. CAREL