lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Bœufs de Pâques à Laguiole : sous le signe de l’excellence

15 mars 2018

Bœufs de Pâques à Laguiole : sous le signe de l’excellence

Le week-end dernier, le Festival des Bœufs de Pâques de Laguiole a surfé sur la dynamique de la race Aubrac suite au Salon de l’agriculture. Si les enchères des deux champions ont été un peu moins élevées qu’à l’accoutumée, en revanche la vente générale a été de bonne tenue avec 1,30 euro de plus-value.

Haute continue de bien remplir son rôle d’ambassadrice de toute une race et de tout un territoire. Elle ouvrait le défilé des confréries, du groupe folklorique Los Oyolos et du bandas de Sainte Geneviève sur Argence, dimanche 11 mars dans les rues de Laguiole. Accompagnée de son veau Olympe et de ses éleveurs, Florence et Thibaut Dijols, elle a attiré une foule de fans, sur le qui-vive pour prendre la belle en photo !

Deux grands champions

Mais elle n’était pas la seule star du week-end ! Sur le foirail neuf, 194 animaux issus des filières de qualité Bœuf Fermier Aubrac, Fleur d’Aubrac et AB ont démontré tout le savoir-faire acquis par les éleveurs Aubrac d’Aveyron, de Lozère et du Cantal. Deux d’entre eux ont reçu les honneurs du jury : en Fleur d’Aubrac il s’agit de Florence et Privat Serres du GAEC Serres de la Jonquière à Prades d’Aubrac et en Bœuf Fermier Aubrac c’est Julien Tufféry, du GAEC La Panouse à Grandrieu en Lozère, également désigné Grand Prix d’excellence du Festival.

Pour ces deux élevages, cette distinction vient récompenser le travail engagé depuis des années sur la finition de leurs animaux et leur fidélité au concours de Laguiole. La Volonté Paysanne avait d’ailleurs rencontré la famille Serres de Prades d’Aubrac en annonce du festival (VP du 1er mars). «Ça nous fait vraiment bien plaisir», sourit Privat Serres, dont les deux fils étaient également présents. Même satisfaction pour Julien Tufféry qui avait apporté 6 animaux cette année à Laguiole : «Je tiens à remercier l’ensemble des bénévoles qui s’investissent pour que chaque année, nous puissions valoriser nos animaux lors de ce concours de haut niveau», a-t-il salué.

Lors de la vente aux enchères, le grand champion Bœuf Fermier Aubrac a été acheté 10,20 euros par la Maison Conquet et le champion Fleur d’Aubrac a trouvé acquéreur auprès de la coopérative des bouchers de Montpellier pour 10 euros. «Je regrette que les enchères soient un peu plus basses que d’habitude, en revanche, la vente générale a affiché une plus-value moyenne d’1,30 euro par rapport à la grille», a commenté Didier Dijols, responsable du comité d’organisation. Il a tenu à féliciter l’ensemble des éleveurs pour la qualité de la présentation des animaux : «chaque année, on grimpe toujours plus haut dans la qualité ! Ce qui fait de notre festival l’unique concours naisseur engraisseur en France !», a-t-il avancé, sous l’aval de Jean-Yves Renard, président de la fédération nationale des concours d’animaux de boucherie.

Les élus présents, notamment Vincent Alazard, maire de Laguiole, conseiller départemental accompagné de Simone Anglade, le député Stéphane Mazars accompagné de Pauline Cestrières, ont salué le travail des éleveurs et l’union sacrée autour d’une race et d’un territoire. Le Festival s’est aussi tenu sous l’œil toujours bienveillant d’André Valadier qui attend dans les prochaines semaines, la labellisation du Parc naturel régional de l’Aubrac.

Yves Chassany, président de la race Aubrac, est venu en voisin : «la race Aubrac met en avant ici ce qu’elle a d’excellence : la reconnaissance du travail des éleveurs depuis des générations. Longtemps nous avons sous-estimé le potentiel de nos animaux, à force de travail et de rassemblement autour de la promotion de la race, nous avons atteint cette reconnaissance». Il s’appuie sur le bon écho reçu au Salon de l’agriculture, de la part des élus et des consommateurs : «nos pratiques d’élevage sont reconnues et satisfont mais le travail n’est pas terminé. Grâce aux femmes et aux hommes de notre territoire, nous devons continuer à faire vivre l’Aubrac, nous montrer vrais et transparents».

Des discours ponctués par la traditionnelle et non moins spectaculaire bénédiction par l’abbé Ricard ! En attendant la prochaine édition, la 20ème du nom.

Eva DZ