lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Journée technique régionale caprine à Monteils : le lait de chèvre toujours en forme

16 novembre 2017

Journée technique régionale caprine à Monteils : le lait de chèvre toujours en forme

La 16ème journée technique régionale caprine s’est tenue vendredi 10 novembre à Monteils, avec un point économique sur la filière, et des ateliers techniques sur le parasitisme et l’aromathérapie en élevage caprin. Au niveau production et prix payés aux éleveurs, le moral reste au beau fixe, avec une bonne dynamique en Aveyron.

C’est l’Aveyronnais Joël Mazars, président de l’Interprofession laitière caprine du Sud-Ouest (Cilaisud Caprin), président de la section caprin lait FDSEA Aveyron, qui a présidé la journée, en l’absence de Jacky Salingardes, président aveyronnais de la Fédération nationale des éleveurs de chèvres (FNEC), retenu par ailleurs. Le département de l’Aveyron reste en pointe au sein de la grande région Occitanie. «Nous sommes leader avec des producteurs qui s’installent, des reconversions ou des créations d’ateliers», atteste Joël Mazars.

«Le département compte environ 200?producteurs, avec 15 projets d’installation dans les deux ans à venir.?Notre plan de développement initié en partenariat avec la Chambre d’agriculture et le Conseil départemental porte ses fruits.?La volonté de faire des choses collectivement est efficace», souligne Joël Mazars. «Nous voulons favoriser la collaboration entre la filière et la Chambre d’agriculture pour mettre en avant la production caprine dans les projets d’installation. Il faut savoir que cette production est un vrai métier, réservé aux professionnels. Il est alors possible de dégager un revenu pour une UTH avec 200?chèvres et 40 ha de bonnes terres».

S’agissant du revenu justement, il est au vert dans la filière avec des prix producteurs croissants, entre 650 et 700 euros/ 1 000 litres, selon qu’une production est engagée ou non dans une filière qualité.

Maîtriser la production

«Nous renouons depuis ces dernières années avec une croissance de consommation à deux chiffres», poursuit Joël Mazars, «mais notre responsabilité collective reste de mise afin de maîtriser la production. Le marché a besoin de lait mais il est nécessaire d’éviter les excédents pour garder les prix». Concernant la collecte nationale, elle enregistre cette année une légère hausse liée en partie à la bonne qualité des fourrages, avec «une région Ocitanie placée au 3ème rang national, derrière les Pays-de-la-Loire et la Nouvelle Aquitaine», a rappelé Harmony Crichan (Cilaisud Caprin), dans la note de conjoncture présentée en début de matinée. Elle a fait un point sur les fabrications des fromages, avec une évolution à la baisse pour les bûchettes (- 9,4?%), et les crottins (- 2,5?%).?Mais une hausse significative pour les yaourts-laits fermentés (+14,4 %) et les laits conditionnés (+9,6?%).

Sophie Espinosa, directrice de la FNEC, est ensuite intervenue sur «les controverses en élevage, les attentes sociétales» concernant la filière caprine. Le sujet préoccupe également cette filière attachée à l’image positive des productions de lait de chèvre. Joël Mazars ajoute : «nous avons autour de nous environ 2?% des consommateurs contre nous, avec d’importants moyens pour communiquer, que l’on ne pourra jamais convaincre. Mais nous avons aussi 60?% de gens qui veulent connaître notre façon de produire, qui ont une image bucolique de l’agriculture, et qu’il faut rassurer.?Il faut donc leur expliquer. L’enjeu est là».

Le président de Cilaisud Caprin Sud-Ouest continue : «en Occitanie, la filière compte 800 éleveurs caprins, dont la moitié est en production fermière.?Début 2018, nous allons organiser une journée technique ciblée sur la production fermière à Lodève (Hérault). Il faut aussi rappeler que notre production possède une empreinte territoriale forte, en terme d’économie locale. Et qu’au niveau national, elle est composée de jeunes producteurs, avec 42?% de femmes !».

Didier BOUVILLE