lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Assemblée générale de APL Rodez Lactalis : accord-cadre et nouvelle étape

19 décembre 2019

Assemblée générale de APL Rodez Lactalis : accord-cadre et nouvelle étape

L’association des producteurs de lait Lactalis Rodez (APL Rodez) s’est réunie en assemblée générale jeudi 12 décembre à Manhac sous la présidence de Christophe Malgouyres. Avec comme ordre du jour, le point sur l’accord-cadre signé fin novembre entre les OP (organisations de producteurs) de l’UNELL et Lactalis, en présence de représentants du groupe laitier.

Cette réunion annuelle rassemblant de nombreux producteurs adhérents de l’APL Rodez, s’est déroulée en présence de Fabien Choiseau, directeur des approvisionnements lait France, Davy Hecht, responsable des approvisionnements lait de Valmont-Rodez, Claude Bonnet, président de l’UNELL (Union nationale des éleveurs livrant Lactalis). Christophe Malgouyres a fait un point sur le travail mené durant l’année 2019, avec les négociations autour du prix du lait de vache au niveau national. Il a précisé que «la conjoncture était positive malgré tout, tirée en particulier par les cours de la poudre de lait». Il a aussi souligné «l’écart de prix du lait pour cette fin d’année 2019, à l’avantage de l’entreprise Lactalis», ajoutant dans la foulée : «il faut que le retour de la valeur s’opère auprès de l’ensemble des producteurs français». Il a également évoqué la démarche AOP Bleu des Causses qui rassemble une vingtaine de points de collecte et un groupe de producteurs Lactalis engagés sur une nouvelle dynamique en terme de valorisation du produit.

Le président de l’APL Rodez a poursuivi son propos en revenant sur l’accord-cadre, lequel a été largement présenté dans son contenu par Claude Bonnet. Ce dernier, éleveur bovins lait à Aurillac, président de l’UNELL (neuf OP Lactalis, dont l’APL Rodez, soit un total de 4 100 points de collecte), a loué le travail aboutissant à l’accord-cadre avec le PDG de Lactalis : «un cap a en effet été franchi. Il faut maintenant que la distribution joue le jeu. Nous rencontrerons leurs représentants en janvier pour leur faire part de notre formule de calcul de prix en lien avec les coûts de production. C’est une formule pour laquelle nous referons un nouveau point dans six mois. Il faut que ce principe perdure. Et qu’en parallèle, la loi EGAlim soit appliquée par l’ensemble de la filière, la coopération comprise. Nos OP ont été créées en 2012. Cet accord-cadre est une reconnaissance du rôle collectif des OP, et du travail mené en leur nom par l’UNELL, structure nationale qui représente directement les producteurs face au groupe laitier Lactalis».

«Convaincre les GMS»

Selon Fabien Choiseau, «notre groupe laitier est sur une dynamique positive avec notamment l’accord-cadre signé fin novembre avec l’UNELL. La priorité est de faire vivre cet accord avec l’ensemble de la distribution, convaincre les GMS confrontées elles aussi au marché. Il faut que l’ensemble de la filière se responsabilise». S’agissant de la loi EGAlim, le directeur des approvisionnements lait France Lactalis estime «qu’elle pose question au niveau de la compétitivité au sein de l’Union européenne». Quant à l’avenir du secteur laitier, Fabien Choiseau relève que «la gestion des excédents est une préoccupation, avec la baisse du marché des PGC en France», selon lui, «avec le phénomène de déconsommation de produits issus de l’élevage. L’enjeu pour Lactalis est donc de bien gérer ces excédents, parmi les 5 milliards de litres de lait de vache que nous collectons en France, un niveau stable. Ce volume français représente 25 % de la collecte mondiale Lactalis. Pour le lait bio, la collecte progresse en France avec 200 millions de litres. L’ambition de Lactalis est de devenir le premier collecteur de lait bio au monde».

D.B.