lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Groupe de Camboulazet : un diagnostic sur le Pays Ségali

22 mars 2018

Groupe de Camboulazet : un diagnostic sur le Pays Ségali

Après la sortie du livre Passion et engagement paysans qui a bien occupé le groupe de Camboulazet, 2018 redémarre sur les chapeaux de roues autour d’un audit territorial sur le Pays Ségali.

A l’image du diagnostic mené par des étudiants du lycée La Roque sur le Laissagais, un audit territorial va démarrer sur le Pays Ségali, à l’initiative du groupe de Camboulazet, en lien avec la Communauté de communes. Ce travail sera mené par six étudiants en 4ème année à Purpan. Karine Clément, maire de Naucelle et Gabriel Espie, maire de Camjac, tous deux vice-présidents de Pays Ségali Communauté, ont présenté ce projet de territoire, emmené par le président, Jean-Pierre Mazars, à l’occasion de l’assemblée générale du groupe de Camboulazet, jeudi 15 mars.

Une feuille de route pour la ruralité

«Sur notre territoire qui regroupe les anciennes Communautés de communes de Naucelle, Baraqueville ainsi que Cassagnes Bégonhès, Calmont et Ste Juliette, soit 23 communes et 17 850 habitants, nous avions envie de définir une stratégie de développement durable», a expliqué Gabriel Espie. «Cette proposition de travail des étudiants de Purpan soutenus par le groupe de Camboulazet, est une chance de nous aider à définir ce plan stratégique», a complété Karine Clément. Les étudiants pourront s’appuyer sur le travail des dix commissions de la Communauté de communes (politique sociale, culturelle, agricole, communication et numérique, urbanisme, finances, écoles, déchets, assainissement, tourisme, enfance, petite enfance, jeunesse,...) pour réaliser un diagnostic de ce territoire. «Notre ambition est de définir un fil rouge autour de l’attractivité de notre Pays Ségali, en identifiant ses enjeux et en proposant des actions concrètes», ont insisté les élus qui attendent beaucoup de ce travail qui vient tout juste de démarrer et s’achèvera en fin d’année.

Pendant une semaine entière, début avril, les étudiants seront sur le terrain pour rencontrer les acteurs économiques, les associations, les élus, les institutionnels,... «Nous ne partons pas de zéro puisqu’un travail avait été mené en ateliers pour connaître les besoins de la population. Jusqu’à 120 personnes par atelier avaient participé !», souligne Gabriel Espie.

«Dans ce travail, nous voulons être un facilitateur», a expliqué Bernard Cazals, président du groupe de Camboulazet. «Après Mur de Barrez et Laissac, nous sommes heureux qu’un autre territoire nous ait sollicité pour les accompagner dans la mise en place de leur stratégie rurale, nous sommes en plein dans la continuité du travail mené par Sol et Civilisation, notre groupe de références», a-t-il poursuivi.

Des conférences

L’autre engagement du groupe de Camboulazet est l’appui à l’organisation de conférences avec le syndicat JA et le soutien du Conseil départemental. Deux conférences ont été organisées début 2018, sur le bien-être animal et sur l’utilisation du glyphosate, avec des participations impressionnantes. «Il faut savoir prendre des risques et ne pas avoir peur d’ouvrir la discussion sur des sujets d’actualité, les JA nous y aident bien !», a souri Bernard Cazals. Anthony Quintard, co-président de JA 12, a confirmé le succès de ces deux rendez-vous : «le débat était sans polémique avec un public toute génération, venu chercher de l’information».

Jeudi 5 avril à 20h30, le groupe de Camboulazet accompagne un groupe d’étudiants de BTS au lycée La Roque, pour une conférence sur le bonheur en agriculture, qui se déroulera au lycée. Les jeunes sont allés recueillir le témoignage de plusieurs agriculteurs sur leur exploitation. Une table-ronde complètera cette présentation avec des agriculteurs, un professeur de philosophie, la MSA qui parlera notamment du travail mené par le comité territorial Lévézou - Ségala sur le remplacement en agriculture le week-end.

L’assemblée générale du groupe de Camboulazet s’est achevée par la présentation de l’imposant travail réalisé par Gilbert Serieys, sa «contribution à l’histoire d’organisations professionnelles agricoles - les premières années de l’après-guerre génèse développement. Un travail fourni, fouillé, qui rassemble les réalisations de la profession agricole dans le département, une base de travail pour l’avenir», a avancé Gilbert Serieys. Une qualité de recherche saluée par l’ensemble des participants. Ce document est disponible auprès du groupe de Camboulazet.

Eva DZ