lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Section bovins lait FDSEA et prix du lait : pression sur la distribution

23 février 2017

Section bovins lait FDSEA et prix du lait : pression sur la distribution

 

La section bovin lait FDSEA emmenée par son président Michaël Chavatte a mobilisé ses responsables, mardi 21 février, dans le rayon des produits laitiers de l’enseigne Géant-Casino d’Onet-le-Château. Objectif, relayer la pression syndicale en faveur d’une valorisation du prix du lait, au moment où se déroulent des négociations nationales tendues, malgré la reprise du marché laitier.

«Les négociations commerciales(1) sur les marques nationales de lait entre les distributeurs et les transformateurs sont en cours» indique Michaël Chavatte. «De ces négociations découleront un prix du lait producteur qui nous impacte automatiquement. Nous demandons un prix du lait au même niveau que celui de l’année 2014». Pour le président de la section bovin lait FDSEA, «nous venons de traverser deux années très difficiles. Si le prix du lait chez les transformateurs n’augmente pas, nous aurons du mal à être payé au niveau que l’on souhaite. Et cette hausse ne doit pas pénaliser le consommateur».

Michaël Chavatte évoque aussi «la loi Sapin 2 votée en décembre qui interdit les promotions de lait supérieures à 30 %, et tient compte du prix payé au producteur. Les promotions doivent donc rester dans les limites du raisonnable».

Les producteurs ont donc rencontré un responsable du magasin Géant-Casino, lequel a écouté les revendications portées par Michaël Chavatte, et promis de les transmettre aux supérieurs nationaux de la centrale d’achat.

Mouvement national

Cette action aveyronnaise était organisée dans le cadre d’un mouvement national. Comme le rappelle la FDSEA Aveyron, «après deux années de crise (chute de 16 % du prix du lait de vache en 2015 et d'encore 10 % en 2016), le marché s'inverse depuis l’automne et la reprise se confirme. En Europe, le prix du lait payé aux producteurs affiche une hausse de plus 30 %. Mais en France, c'est bien connu : quand une baisse de prix est toujours automatique, une hausse est toujours hypothétique !», dénonce le syndicat.

Et d’ajouter : «ainsi, la Fédération nationale des Industries Laitières explique «que les négociations commerciales se passeraient si mal que la hausse du prix du lait payé au producteur serait compromise pour 2017, car les entreprises y perdraient leurs marges» disent-elles ! En France, en 2016, ce sont des centaines d'agriculteurs qui ont déjà perdu leur ferme !» proteste la FDSEA.

«Un jeu de dupes»

Par ailleurs, insiste également le syndicat, «la Fédération Nationale des Producteurs de Lait pointe du doigt le respect de la Loi Sapin 2 qui oblige en effet les négociateurs à fixer un prix du lait annuel et à respecter l'encadrement des promotions pour le lait et les produits laitiers».

Selon la FDSEA, «les industries laitières se livrent à un jeu de dupes. Au vu des tendances positives sur les marchés laitiers, le prix du lait 2017 payé aux producteurs doit tendre vers son niveau de 2014. Les distributeurs doivent prendre en compte le besoin vital d'oxygène des producteurs de lait de vache après deux années de crise !».

D.B.

(1) Négociations annuelles entre les distributeurs et les entreprises laitières pour la commercialisation des produits pour 2017.?Elles doivent se terminer avant le 1er mars.