lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Action régionale à Montauban contre la réforme des zones défavorisées : 50 Aveyronnais solidaires

25 janvier 2018

Action régionale à Montauban contre la réforme des zones défavorisées : 50 Aveyronnais solidaires

Comme en novembre 2016, ils étaient plus d’un millier d’agriculteurs d’Occitanie, ce mercredi 24 janvier, à venir défendre les zones défavorisées. La carte publiée en décembre excluait en effet un certain nombre de zones notamment du Tarn et Garonne, du Tarn et de Haute-Garonne. L’Aveyron s’est montré solidaire en envoyant une cinquantaine d’agriculteurs.

La réforme des critères de définition des zones soumises à contraintes naturelles (ZSCN) continue de faire débat et de mobiliser les agriculteurs de la région Occitanie. Leur objectif : maintenir le périmètre de la zone défavorisée et conserver la vitalité de toutes les zones rurales. L’altitude, le climat, la pente, la faible profondeur des terres,… sont des exemples de contraintes naturelles qui rendent plus difficile la production agricole. Ce zonage est important car il ouvre aux exploitations l’accès à l’ICHN.

Afin de faire entendre leurs arguments, un travail technique a été conduit par les FRSEA, les JA et les Chambres d’agriculture d’Occitanie pour rédiger des propositions soutenues par le Conseil régional, qui permettaient de maintenir le périmètre de la zone défavorisée. «Aujourd’hui, ces propositions n’ont pas encore été retenues. Le 20 décembre, l’Etat a publié une nouvelle proposition de zonage qui inclut les communes aveyronnaises menacées, mais exclut encore davantage de communes en Occitanie !», FRSEA et JA ne décolèrent pas.

«En remettant en question ce zonage, l’Etat remet en question le tissu socio-économique et la vie dans les ruralités de notre région». Les exploitations aujourd’hui bénéficiaires des soutiens spécifiques aux zones défavorisées (ICHN, DJA,…) ne sont pas en effet en mesure de supporter ces pertes financières. L’élevage doit continuer à être rémunéré pour les bienfaits économiques, sociaux et environnementaux qu’il offre. L’agriculture, parfois seule activité économique possible dans ces zones rurales, est génératrice d’emplois. La perte de ces soutiens aura nécessairement un impact à la fois sur le renouvellement des générations agricoles et dans tous les secteurs d’activités.

Face à cette situation, le monde paysan s’impatiente. Une cinquantaine d’agriculteurs aveyronnais se sont joints à la manifestation régionale de ce mercredi 24 janvier, à Montauban. Un millier d’agriculteurs ont fait entendre leur volonté, à deux jours de la proposition d’une nouvelle carte par le ministère de l’agriculture, le 26 janvier.

A Montauban, une délégation de responsables de la FRSEA et des JA d’Occitanie, a été reçue par le préfet de Région, le DRAAF et le DDT du Tarn et Garonne, Vincent Labarthe était également présent pour le Conseil régional. «Le DRAAF nous a confirmé que de nouvelles hypothèses étaient en cours d’évaluation comme celle des haies et paysages. Des simulations sont en cours ce qui pourrait permettre la réintégration de certaines zones dans la prochaine carte», a avancé Dominique Fayel, présent dans la délégation.

Deux autres pistes sont aussi à l’étude : elles concernent la continuité territoriale et la possibilité dans des conditions bien particulières de travailler à l’échelle inférieure des petites exploitations. «Nous espérons que ces simulations feront évoluer la nouvelle carte qui sera proposée ce vendredi 26 janvier. Tous les éléments semblent aller dans le bon sens mais étant donné que des communes ont déjà été retirées lors de précédentes propositions, nous devons rester vigilants !», a conclu Dominique Fayel.

Eva DZ (source FDSEA - JA)