lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Filière Régalou : mieux communiquer sur le pain 100 % Aveyron

27 avril 2017

Filière Régalou : mieux communiquer sur le pain 100 % Aveyron

Agricuteurs, meuniers, stockeur et artisans boulangers de la filière Régalou se sont retrouvés en assemblée générale mercredi 19 avril. Après avoir mené une enquête de satisfaction auprès des boulangers, la filière souhaite encourager l’acte d’achat d’un pain 100% aveyronnais issu d’une agriculture extensive.

Un pain au levain fabriqué avec des farines de type 65 ou 80 issues de blés sélectionnés sans additif ni améliorant, sur un territoire bien défini : le Régalou est le seul pain 100% aveyronnais. «Notre produit correspond tout à fait au souhait du consommateur de consommer localement un produit issu d’une agriculture extensive dans une zone préservée, c’est sur cette notion que nous devons appuyer notre communication», argue Jean-Pierre Albinet, artisan boulanger à Naucelle et président de la filière Régalou.

«Pour autant le passage à l’acte reste compliqué», selon une enquête de satisfaction menée par la filière auprès des artisans boulangers dans leurs 37 points de vente. «Souvent par facilité, les artisans boulangers ne franchissent pas le pas», regrette-t-il. En effet, le Régalou nécessite une panification traditionnelle par les boulangers contrairement aux farines additivées qui diminuent la contrainte de travail. Les installations de nouveaux artisans sont souvent accompagnées par de grands moulins des zones céréalières portés par des marques commerciales en échange de fourniture de farine. Et le consommateur n’est pas toujours prêt à mettre un peu plus de prix dans le pain. «Mais l’intérêt de notre filière, c’est que l’ensemble de ses acteurs, agriculteurs, meuniers, stockeur (UNICOR) et artisans boulangers y trouve son compte», poursuit Jean-Pierre Albinet.

Prospection et fidélisation des boulangers

Cette enquête de satisfaction a permis à la filière de tirer quelques axes de développement pour aller de l’avant : «nous allons proposer des formations pour les artisans boulangers sur l’utilisation de nos différents types de farine, sur les techniques de fabrication,... afin de faire se rencontrer les artisans, de les faire échanger sur leur métier, leurs pratiques, leur retour d’expérience,... Ainsi que plusieurs opérations de communication tous les 2 ou 3 mois, sur des thèmes bien précis, comme les produits diversifiés du Régalou,... et pour aider les artisans à faire connaître ce pain, à mieux le vendre aussi. L’idée est de dynamiser les boutiques afin de séduire d’autres professionnels», détaille le président. D’ailleurs une campagne de séduction est en cours auprès des artisans boulangers en périphérie de l’Aveyron pour les inciter à se lancer dans le Régalou. Et ainsi tirer la filière aux 70 ha, 302 tonnes de blé collectées et 224 tonnes de farine vers le haut.

Une mini-moissonneuse batteuse !

Côté production, la filière a été labellisée par un GIEE qui lui permet d’accompagner les agriculteurs dans leurs pratiques agronomiques. «Il s’agit d’améliorer les pratiques culturales en diminuant les intrants, en testant le désherbage mécanique, en optant pour une conduite raisonnée des apports d’azote par des analyses...», résume Florent Vernhet responsable de l’animation de la filière à UNICOR. «De nouvelles variétés de blé sont aussi testées en fonction des attentes de chacun, agriculteurs, meuniers et artisans boulangers. Nous avons ainsi réalisé plusieurs visites dans le Tarn pour observer différents types de pratiques».

Le GIEE a aussi permis à la filière de s’équiper d’une petite moissonneuse batteuse qui permet aux 19 agriculteurs engagés dans la filière, de tester de petites gerbes de blé afin de savoir si leur blé pourra être panifiable. «Jusqu’à présent, ces tests étaient manuels. Désormais l’essai est plus sûr et toujours au plus proche des agriculteurs puisque la machine circule de Naucelle à Vezins, dans les Magasins Vert», assure Florent Vernhet.

Demain, le grand chantier de la filière Régalou se résume donc à de la prospection et de la fidélisation auprès des artisans boulangers. «Nous allons faire évoluer notre communication en axant nos arguments sur l’origine de nos blés, sur notre territoire, des arguments qui portent auprès des consommateurs», conclut Jean-Pierre Albinet.

Eva DZ