lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Confédération générale de Roquefort : coup de jeune pour le Roquefort !

28 septembre 2017

Confédération générale de Roquefort : coup de jeune pour le Roquefort !

 

La Confédération générale de Roquefort organisait sa première assemblée générale, réunissant une centaine de personnes, mercredi 20 septembre à Millau. Une première pour cette structure historique qui prend un nouveau départ.

La Confédération générale de Roquefort a présenté son nouveau fonctionnement, partagé entre interprofession et organisme de défense et de gestion (ODG) de l’AOP Roquefort. Son président (pour un an - puisqu’elle garde une présidence tournante entre producteurs et industriels), Jérôme Faramond, éleveur, accompagné de Christian Gentil, vice-président et directeur général de Société, ont présenté la nouvelle organisation. Désormais, les missions de la Confédération générale de Roquefort sont bien distinctes entre ODG (qualité du lait transformé en Roquefort, gestion et contrôle du respect du cahier des charges de l’AOP, défense de l’appellation et communication) et interprofession (qualité du lait, études et recherche, connaissan-ce de la production et du marché) à laquelle se rattache le service élevage qui s’autofinance entièrement et sera désormais piloté par une commission professionnelle élue ainsi que le service assainissement des bergeries également autofinancé.

La représentativité des éleveurs est renforcée avec 14 administrateurs issus des trois sections de l’APLBR (association des producteurs de lait de brebis du rayon de Roquefort) à savoir économique (OP), territoriale et syndicale, et le collège des fabricants à travers l’association AIR (association des industriels de Roquefort).

Désormais la fixation du prix du lait et la gestion des volumes sont gérées au sein des OP en lien direct avec leur industriel. Mais la Confédération générale de Roquefort reste «un espace de rencontre où s’organise l’avenir de la profession», avancent ses responsables. «Pendant deux ans, nous avons travaillé à cette nouvelle configuration, en commun. D’ailleurs nous sommes satisfaits de la belle participation à notre première assemblée générale, une centaine de personnes impliquées dans la filière Roquefort et soucieuses de s’impliquer dans les nouveaux projets», a résumé ravi, Jérôme Faramond.

L’un des chantiers en cours au sein de la Confédération générale de Roquefort est le travail sur l’image du Roquefort : «Nous le savons, les ventes sont en recul depuis plusieurs années. Nous initions donc une réflexion nouvelle autour de la communication pour rajeunir l’image du Roquefort, l’adapter aux nouveaux modes de consommation, pour en faire un produit moderne, qui vit bien dans son époque», argumentent Jérôme Faramond et Christian Gentil. «A nous d’être offensifs, d’investir sur de nouveaux outils pour que nous puissions valoriser notre Roquefort à la hauteur de sa qualité», poursuivent-ils. «Il en va de l’avenir de notre filière, de nos 1 600 points de livraison et des plus de 3 000 actifs présents sur notre rayon et vivant du Roquefort», concluent-ils.

Eva DZ