lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
Vignobles aveyronnais : des vendanges prometteuses

30 aout 2018

Vignobles aveyronnais : des vendanges prometteuses

Le beau temps estival, conjuguant soleil, chaleur et quelques pluies, fait le bonheur des vignerons aveyronnais, à quelques semaines de vendanges «prometteuses», selon Philippe Teulier, président de la Fédération des Vins de Qualité de l’Aveyron.

L’été se poursuit bel et bien dans les vignes, et accompagne le travail de dame nature sur les grappes de raisins qui entament leurs phases de finition. «Nous sommes à environ une bonne trentaine de jours des prochaines vendanges qui seront légèrement précoces, avec un raisin encore un peu acide mais qui va désormais gagner tout son sucre» commente Philippe Teulier, toujours sur la brèche. «La vigne ne prend pas de vacances» lâche t-il. Car ici, sur les coteaux de Goutrens, le GAEC du Cros (33 ha) est au travail pour dégager les grappes des feuilles qui leur font de l’ombre. Alors que le soleil ne demande qu’à faire mûrir les baies bleu-noir du Fer servadou, cépage historique de l’AOP Marcillac.

Cette aire de production est la plus importante des vignes aveyronnaises, avec 200 d’hectares, dont une centaine d’hectares à la cave coopérative des Vignerons du Vallon, à Valady. Outre l’AOP Marcillac, l’Aveyron viticole c’est aussi les AOP Côtes de Millau, Estaing, Entrayes-Le Fel, sans oublier les IGP Aveyron. Soit un total de 110 vignerons aveyronnais, travaillant sur 325 ha de vigne.

Le président de la Fédération départementale a le sourire : «nous sommes sur une bonne année, avec un bon climat, de la chaleur, de l’eau quand il le faut. Nous avons bien maîtrisé les maladies après les pluies du printemps, sans gel, avec certes quelques orages de grêle cet été à St-Cyprien et Conques».

Beau fixe

Pour Philippe Teulier, le cru 2018 s’annonce donc sous les meilleurs auspices : «les conditions climatiques actuelles peuvent amener du volume. Mais attention de ne pas faire preuve de trop d’optimisme» tempère le vigneron qui se souvient de déconvenues passées. «En 2007, à la mi-septembre, nous étions sur une récolte prometteuse, dix jours avant des orages de grêle destructeurs...».

Il confie : «aujourd’hui, nous avons en effet la promesse d’une belle année 2018, comme les millésimes excellents de 2011, 2015, puis 2012, 2014, et 2016, année tardive, avec des vendanges à la fin octobre sur mon secteur». Quant à l’an dernier, les vignerons se souviennent des orages de grêles qui avaient anéanti entre 70 et 90 % de la vigne aveyronnaise. «Globalement», selon Philippe Teulier, «cette décennie 2010-2020 fait partie des plus chaudes pour le moment. Celle de 1970-1980 figure parmi les plus froides depuis que je suis installé, avec une fin de vendange 1980 sous la neige».

Cette année donc, le moral est beau fixe, avec, par ailleurs, une belle saison oeno-touristique qui bat toujours son plein, sur la Route des Vins, et le label Vignoble et Découverte. «Nous pensons évidemment aux prochaines vendanges. Nous n’avons pas de problème de personnel ici, contrairement à d’autres régions viticoles» relève Philippe Teulier. Et de conclure : «nos vins aveyronnais gagnent chaque année en notoriété, avec des pratiques de production raisonnées, et aussi de nouvelles pistes commerciales». Le vigneron de Goutrens exporte cette année des bouteilles de Marcillac en Russie !

D.B.