lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Archives VP
VP du 1er mars 2018

VP du 01 mars 2018

Salon de l’agriculture : l’Aveyron derrière l’Aubrac

Le salon de l’agriculture met en avant cette année la race Aubrac, derrière Haute égérie de l’édition 2018. Cet événement a été célébré ce mercredi 28 février lors de la traditionnelle journée de l’Aveyron en présence de nombreux élus et représenatnts professionnels agricoles. Autre moment marquant, le concours de la race Aubrac qui s’est déroulé ce mercredi après-midi. Cette journée a été clôturée par la venue du taureau Jacky sur le stand.

01 mars 2018

Association Prim’Holstein Aveyron : les Aveyronnais toujours sur la brèche !

C’est à Saint Julien de Piganiol, tout près du Cantal, que l’association Prim’Holstein Aveyron a organisé son assemblée générale jeudi 22 février en présence de plus de 70 éleveurs et partenaires de la race.

Thierry Domergue achève sa première année à la tête de l’association Prim’Holstein Aveyron. Une année bien remplie pour l’éleveur d’Almont les Junies, entouré de toute son équipe qui se partage l’organisation des événements de la Prim’Holstein en Aveyron et en dehors du département.

L’année 2017 a démarré avec la traditionnelle assemblée générale à Camboulazet avec 80 participants. Les éleveurs ont ensuite réalisé un petit séjour dans le Cantal à la découverte d’un élevage Prim’Holstein bien entendu ! En avril, une journée clippage a été organisée à l’attention des jeunes pour préparer les animaux du concours départemental qui se déroulait dans le cadre des Journées laitières à Baraqueville début mai.

L’automne a aussi été riche pour l’association. A l’Openshow de Dôle, les jeunes Aveyronnais ont brillé puisque Théo Delagnes, fils d’éleveurs Prim’Holstein à Grand Vabre est devenu grand champion en présentation de génisses. Et son équipe qui représentait la région sud a décroché le titre de champion de France. «C’est une grande fierté de voir nos jeunes s’illustrer, c’est aussi une belle dynamique pour l’avenir de notre association», assure Thierry Domergue. Deux élevages du département, avec trois vaches, ont aussi participé au Sommet de l’élevage à Cournon.

Le moment fort de l’association Prim’Holstein Aveyron a sans aucun doute, été la journée départementale et la réception de Stéphane Le Foll, ancien ministre de l’agriculture, qui a apporté son éclairage sur la filière laitière. Plus de 150 personnes ont assisté à cette conférence : «Nous étions complets !», se souvient Thierry Domergue. Plus que jamais cette journée départementale remporte un vif succès auprès des éleveurs laitiers de l’Aveyron, créant un bon moment d’échanges autour d’intervenants, experts et personnalités éclairées.

Forte de ses 115 adhérents, l’association Prim’Holstein Aveyron continue de renforcer ses rangs avec l’arrivée de nouveaux producteurs soucieux de partager des moments de convivialité, de participer à des rencontres techniques leur permettant d’avancer dans leur métier d’éleveur.

Jean-Jacques Espinasse, technicien Prim’Holstein France, a d’ailleurs félicité les éleveurs Prim’Holstein de l’Aveyron pour leurs efforts notamment sur les index cellules et membres : «Les Aveyronnais affichent de très bons résultats en fonctionnels. Depuis une vingtaine d’années, ils ont à cœur de rechercher des vaches autonomes et fonctionnelles». Reste à améliorer l’homogénéité du troupeau : «Ce travail se fera dans le temps mais cela avance bien, ce n’est pas facile de passer d’un troupeau de 20 à 60 vaches et d’atteindre de suite l’homogénéité ! Nous avons la chance de travailler en Aveyron, avec des éleveurs qui n’hésitent pas à se remettre en question et c’est ce qu’il faut car dans la génétique il n’y a surtout pas de certitude», a expliqué Jean-Jacques Espinasse, s’appuyant sur l’adage «les vaches sont là pour les éleveurs et non l’inverse». Il met en avant le point fort de l’association Prim’Holstein Aveyron : la recherche de l’efficacité et de la rentabilité.

Concours et journées techniques

Pour 2018, la Prim’Holstein Aveyron est déjà sur la brèche avec un élevage présent, celui de la famille Delagnes à Grand Vabre, au Salon de l’agriculture, avec une vache (voir le palmarès dans les pages dédiées au Salon).

Le 22 mars, une visite est organisée au GAEC d’Aupiac à Camarès (déplacement en bus - inscriptions auprès d’Alexandre Tayac au 06 12 78 67 06 de préférence par SMS).

Puis le 18 avril, les jeunes pourront s’essayer au clippage de façon à bien préparer les animaux du concours départemental qui se déroulera les 5 et 6 mai dans le cadre de la Foire de Baraqueville, avec les concours Montbéliard et Limousin. «Notre concours départemental est devenu un incontournable, un rendez-vous attendu de nos éleveurs, avec la participation de nombreux jeunes», souligne Thierry Domergue. Environ 25 éleveurs Prim’Holstein seront présents avec une soixantaine d’animaux.

L’année se terminera par la journée départementale autour de la robotique et le Sommet de l’élevage à Cournon où l’Aveyron peut présenter 4 vaches. Une année encore bien remplie s’annonce pour la Prim’Holstein en Aveyron !

Eva DZ

01 mars 2018

Journée de l’Aveyron : le Département porté par l’Aubrac

Les animations filières du stand Aveyron ont une nouvelle fois été assurées dans le cadre d’une organisation mise en place par la Chambre d’agriculture, en lien avec le Conseil départemental et les Chambres consulaires (Métiers et CCI). Et dans le sillon médiatique tracé par Haute, vache Aubrac égérie du 55ème Salon, originaire de Laguiole !

A chaque jour sa filière, avec René Debons au micro et Bruno Rascalou «aux fourneaux» ! Le stand Aveyron reste fidèle à une formule qui fonctionne bien, en mettant en avant ses productions agricoles sous signe officiel de qualité, avec le réseau Bienvenue à la Ferme, des animations culinaires, et la présence des Jeunes Agriculteurs. La journée de l’Aveyron, de ce mercredi 28 février, lancée par un «petit-déjeuner aveyronnais», a été l’un des points forts de la semaine sur le stand aveyronnais, avec la présence de nombreux élus, autour de Jacques Molières, président de la Chambre d’agriculture, et Carole Delga, présidente de la région Occitanie, Jean-François Galliard, président du Conseil départemental Aveyron, la préfète de l’Aveyron, Catherine de la Robertie, des socioprofessionnels et représentants d’OPA.

Il fut question des Etats généraux de l’alimentation, sur le thème de «l’approvisionnement local dans la restauration collective en Aveyron et la mise en place de la plate-forme Agrilocal». Jacques Molières rapporte en préambule : «La préfète, Catherine De La Robertie, la Région, le Département avec Jean-François Galliard et nous-mêmes, agriculteurs aveyronnais, sommes d’accord sur le caractère exceptionnel de cette édition du SIA avec la race Aubrac à l’honneur. Rien n’est jamais acquis ni désespéré, comme le rappelle la présence ici de notre vache Haute. Il y a trente ans, la race Aubrac aurait pu disparaître et l’on constate encore que le travail du collectif est toujours mieux que l’individuel. Ce sont des femmes, des hommes, tout le territoire de l’Aubrac qui a ainsi développé son économie. Nous étions fiers de partager ce moment fort ensemble lors de la journée de l’Aveyron !».

«Consommer local»

Lors de la matinée, fut donc aussi évoqué les derniers Etats généraux de l’alimentation, Jacques Molières, comme les autres intervenants, soulignant l’importance de «consommer local». C’est aussi le projet du Département avec la mise en place de la plate-forme Agrilocal qui veut travailler avec la restauration collective, en partenariat avec la Chambre d’agriculture. «La Région porte aussi la même ambition au niveau Occitanie» relève Jacques Molières.

La délégation aveyronnaise a ensuite longuement déambulé dans les allées du Salon, pour saluer de nombreux exposants du Rouergue, comme l’UPRA Aubrac, l’UPRA Lacaune, la SA4R, Jeune Montagne, les charcutiers, et beaucoup d’autres !

D.B.

01 mars 2018

Rats taupiers : programme pour préserver les prairies des pullulations

Le Syndicat mixte de préfiguration du PNR de l’Aubrac porte un programme pour accompagner les agriculteurs dans la préservation de leurs prairies des pullulations de campagnol terrestre (aussi appelé rat taupier).

Cette espèce, bien aidée par la taupe, fréquente les prairies naturelles de l’Aubrac et y mange les racines des plantes charnues comme le pissenlit ou les trèfles. Mais régulièrement, ses populations se développent excessivement, au point de causer des problèmes majeurs sur les prairies. En consommant la flore et en créant des tas de terre pour ses galeries, le rongeur prive les élevages du fourrage dédié à l’alimentation des troupeaux et il altère la qualité du foin récolté : terre dans les bottes, perte de la diversité floristique qui contribue à la qualité des produits agricoles du territoire.

Son impact est aussi environnemental et sanitaire au regard de la qualité de l’eau, de l’intégrité des paysages d’estives et de la biodiversité des prairies. Les années de pullulations, comme 2015, peuvent s’avérer catastrophiques pour l’élevage de l’Aubrac. Le problème est épineux à résoudre. En effet, ces pullulations sont causées par de nombreux facteurs qui s’additionnent et se cumulent : dynamique naturelle des populations du campagnol, présence préalable de taupes, appétence de la flore des prairies, main d’œuvre peu disponible sur les exploitations agricoles, population des prédateurs (renards, hermine, milan royal), etc.

Sept zones pilotes sur l’Aubrac

Plusieurs actions doivent donc être menées de front pour jouer sur chacun de ces facteurs et pour limiter in fine la population de campagnols. Les agriculteurs peuvent notamment lutter directement contre la taupe et le campagnol (piégeage ou lutte chimique contrôlée), ou adapter leurs pratiques agricoles, etc.

Face à cette complexité, le Syndicat mixte de préfiguration du PNR de l’Aubrac porte un programme pour accompagner les agriculteurs et trouver les bonnes organisations locales pour une lutte efficace contre les pullulations. Il trouve là toute sa pertinence pour travailler sur cette problématique qui touche l’ensemble du massif de l’Aubrac. Sept zones pilotes ont été créées. Là, plus de 70 agriculteurs volontaires travaillent avec le projet de PNR de l’Aubrac et ses partenaires agricoles (FREDON et Chambres d’agriculture)pour expérimenter des systèmes de lutte combinée.

De 2017 à 2019 sont prévues des formations (campagnol, bromadiolone, Certificat PH3) et journées techniques, des conseils techniques et agronomiques, une surveillance approfondie des populations de taupes et de campagnols sur les zones pilotes, un accompagnement collectif local, un accompagnement dans la prise en charge partielle des moyens de lutte (dossier FMSE), etc. Au-delà, c’est l’ensemble des agriculteurs intéressés sur l’Aubrac qui pourra bénéficier des retours d’expériences à partir de la fin de l’année : il est prévu que trois journées aient lieu d’ici fin 2019.

Mieux vaut prévenir que guérir !

Par ailleurs, différentes actions d’information (via la presse agricole ou encore auprès des lycées agricole) seront réalisées afin d’apporter des informations techniques à un large public. A l’heure où chacun peut observer dans nombre de prairies de l’Aubrac, la présence forte de taupes et de campagnols, le projet de PNR de l’Aubrac et ses partenaires sont conscients que le défi, aussi complexe soit-il, doit être relevé dès les prochaines semaines. Avec un mot d’ordre majeur : pour lutter contre le campagnol, mieux vaut prévenir que guérir ! En effet, il est beaucoup plus efficace de lutter en fin d’hiver et au printemps qu’à l’automne, et plus efficace aussi de lutter quand il y a peu de taupes et de campagnols que pendant une pullulation.

Informations : www.projet-pnr-aubrac.fr