lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus Aveyron

30 Novembre 2020 | Actus Aveyron | Actus élevage

Le prochain comité loup se réunit début décembre [point de vue]

Les attaques de troupeaux où le loup ne serait pas écarté, ont repris depuis le début du mois de novembre. FDSEA, JA et la Chambre d’agriculture ont demandé la réactivation du comité loup sous l’égide de la préfète. Le point de vue de Thierry Agrinier, secrétaire général adjoint FDSEA, en charge du dossier loup à la Chambre d’agriculture (notre photo).

- Où en est-on des attaques sur les troupeaux en Aveyron ?

T. Agrinier : «Nous avons traversé une période calme sur le front des attaques de troupeau. Mais depuis début novembre, plusieurs éleveurs ont déclaré de nouvelles attaques sur les secteurs de La Couvertoirade, Saint-Léons et Salles-Courbatiés. Parmi ces attaques, certaines ont été expertisées par l’OFB comme étant «loup non écarté».

- Comment la profession a-t-elle réagi sur le dossier ?

T. Agrinier : Nous suivons de très près les remontées du terrain et nous avons demandé la réactivation du comité loup qui ne s’était pas réuni depuis plusieurs mois du fait de la baisse des attaques. Nous avons obtenu de la préfète, qui pilote ce comité, une rencontre début décembre. L’occasion pour nous de faire le point sur la situation notamment avec l’OFB, la DDT, qui nous confirmeront leurs expertises terrain mais aussi de maintenir la pression, de montrer que nous sommes vigilants sur le dossier.

- Quelles seront vos demandes ?

T. Agrinier : Sur les secteurs situés en zone difficilement protégeable, et qui sont victimes d’attaques, nous solliciterons la mise en place de tirs de défense simplifiés sans conditions. Il sera aussi intéressant de savoir si le loup est revenu s’implanter sur notre territoire ou s’il est de passage. Des appareils photos ont été placés pour observer le passage des individus. Nous profiterons aussi de ce comité loup pour reparler de la problématique vautours qui a été mise en suspens cet automne suite au report d’une réunion d’un comité inter-départemental sur le sujet. Là aussi nous voulons des avancées.

- Quel est votre message aux éleveurs ?

T. Agrinier : Il est important, en cas de suspicion d’attaques, de bien suivre la procédure : recouvrir et protéger la ou les dépouille(s) des animaux afin qu’ils ne soient pas sur-consommés par d’autres (renards, vautours,...). Dans la mesure du possible, ne pas les déplacer. Isoler les animaux blessés. Signaler immédiatement l’attaque au 05 65 73 50 90 (7 jours/7 et 24h/24). Au cas où l’appel basculerait sur un répondeur dédié, il est indispensable de laisser clairement son nom et surtout son numéro de téléphone (attention : délai maximal de 72h entre la date d’attaque supposée et la déclaration). L’administration mandatera l’OFB, l’Office national de la Biodiversité, qui procèdera sous 48h à un constat de dommage et à la recherche d’indices. Des conclusions de l’expertise dépend l’indemnisation du dommage».

Eva DZ

 éleveurs+ovins+loup

27 Novembre 2020 | Actus Aveyron

Les podcasts, la nouvelle idée JA Aveyron !

Germain Albespy, protagoniste du premier podcast diffusé le 27 novembre dès 6h30, Romain Déléris, président de JA 12 et Mathilde André, animatrice JA qui part à la rencontre des agricultrices et agriculteurs prêts à partager un moment de leur vie !

«Dans leurs bottes» est la nouvelle idée de JA 12 pour communiquer sur le métier d’agriculteur. A travers un podcast, chaque semaine, l’auditeur est invité à prendre le petit déj’ avec un agriculteur qui parle de son métier. A écouter et partager sans modération !

Depuis ce vendredi 27 novembre, 6h30, le premier de la longue série de podcasts imaginés par JA 12 est à découvrir. Un nouveau moyen de communication en vogue sur lequel ils ont décidé de surfer pour parler du métier d’agriculteur. «La promotion du métier d’agriculteur est au cœur de notre action», souligne Romain Déléris.

«Nous voulons utiliser tous les moyens de communication à notre disposition pour parler de nous, de notre métier, de nos produits... et ainsi renouer un lien avec le grand public et pourquoi pas donner envie à certains de se lancer dans le métier !», poursuit le président de JA 12.

Six enregistrements ont été réalisés à ce jour dont le premier protagoniste est Germain Albespy. Producteur de lait de chèvre et éleveur de brebis viande, propriétaire d’un camping à la ferme avec son épouse, Virginie, sur le Ségala, il partage, pendant 40 minutes, son quotidien, sa vision de l’agriculture, il raconte son histoire, son parcours...

«Parler d’agriculture, des agriculteurs est essentiel pour moi, nous sommes tous conscients de la nécessité de montrer qui nous sommes, ce qu’on fait chaque jour, pourquoi et comment on le fait», résume Germain. «Dire que l’on peut vivre de ce métier, que l’on peut s’y épanouir et vivre heureux dans l’agriculture. Remettre de la réalité dans notre communication», poursuit l’agriculteur. Pour garder l’authenticité des histoires de chaque témoin et de la spontanéité les entretiens ne sont pas vraiment préparés.

En tapant le mot clé «Dans leurs bottes», le podcast est à retrouver sur la plateforme d’écoute Ausha en primeur, puis sur l’ensemble des plateformes d’écoute habituelles : Apple Podcasts, Spotify, Deezer, Podcast Addict, SoundCloud, Google Podcasts, Castbox...

 éleveurs+JA+jeunes

23 Novembre 2020 | Actus Aveyron

Chambre d’agriculture Aveyron : la mission bio fait le point

L’agriculture biologique est en mouvement ! Le marché est encore en progression, la réglementation européenne qui régit le label AB évolue et la mission bio de la Chambre d’agriculture de l’Aveyron étoffe ses équipes et diversifie ses actions (la VP du 19 novembre).

David Argentier, responsable professionnel de la mission bio (notre photo) :

«J’ai la responsabilité professionnelle de la mission AB de la Chambre d’agriculture et, en début de mandature, j’ai souhaité mobiliser une équipe d’agriculteurs pour m’épauler, réfléchir et travailler sur les enjeux de l’agriculture biologique en Aveyron et en Occitanie. Je tiens, ici, à les féliciter pour le travail accompli sur le suivi du dossier de la réforme du cahier des charges AB. Je pense que cette réforme est une étape d’évolution en son temps, dans la mesure où les demandes sociétales évoluent.

Les filières de qualité comme l’agriculture biologique doivent satisfaire les nouvelles attentes des consommateurs. Le précédent cahier des charges de l’AB date de 2009. En revanche, il est déterminant que la réalité du fonctionnement des exploitations agricoles biologiques soit prise en compte. Les exigences intégrées dans le nouveau cahier des charges bio doivent encourager la protection du climat, contribuer notablement à un environnement non toxique, favoriser le bien-être animal ; mais ces nouvelles règles doivent être travaillées en concertation avec les agriculteurs pour examiner leur pertinence et leur faisabilité. Nous, les éleveurs, sommes sur le terrain au quotidien, prenons soin de nos animaux, les observons, les connaissons et je pense que nous sommes bien placés pour apprécier la pertinence des mesures proposées, par exemple, sur le bien-être animal.

Evolution du cahier des charges

Le cahier des charges AB doit évoluer, les exigences doivent être fortes, mais les agriculteurs doivent être largement associés et entendus pour que les mesures prises soient pertinentes et aillent dans le sens des attentes de nos consommateurs. Je prends l’exemple des aires d’exercice extérieures obligatoires pour les jeunes animaux : pourquoi pas ? mais attention, en hiver et en intersaison, les écarts de températures, les courants d’air ne favorisent pas le bien-être des animaux. Ils peuvent accroître les risques de maladies sur les veaux sous la mère ou les agneaux par exemple. Mettre en œuvre des mesures qui risquent de dégrader les risques pathologiques dans les élevages, ce n’est pas favoriser le bien– être animal. Par contre, encourager le pâturage, en saison de pacage, c’est œuvrer pour le bien-être animal.

Les conseillers de la mission AB de la Chambre d’agriculture suivent la réforme du cahier des charges de l’AB et sont en veille sur les points sensibles. N’hésitez pas à les solliciter pour toute question prospective sur le nouveau cahier des charges mis en application au 1er janvier 2022 et sur les évolutions règlementaires annoncées par les organismes certificateurs qui pourraient mettre en difficulté les agriculteurs dans les années à venir».

 éleveurs+bio+chambre

09 Novembre 2020 | Actus Aveyron | Actus végétales

Maintien de la chasse : «sans ambiguïté, les agriculteurs sont pour»

Communiqué FDSEA-JA-Chambre d’agriculture Aveyron :

«Dans un contexte sanitaire sans précédent où les membres du gouvernement sont amenés à prendre la décision d’un second confinement, la pratique de la chasse a été adaptée et n’est désormais possible que 3 jours par semaine, les lundis, mercredis et samedis.

Pour les agriculteurs, la chasse n’est pas qu’un loisir. C’est une activité essentielle pour réguler les populations de grands gibiers, notamment de sangliers, qui opèrent des dégâts considérables sur les cultures. Ces dégâts génèrent des coûts importants qui impactent l’activité économique agricole. En Aveyron, la population de sangliers a explosé de + 200 % en moins de 10 ans. Permettre aux chasseurs de continuer leur travail de régulation, c’est aussi limiter les risques d’accidents de la route dus aux collisions avec la faune sauvage.

La semaine dernière, la FDSEA et la Chambre d’Agriculture ont été consultées par la Préfecture et ont donné un avis favorable et sans ambiguïté pour le maintien de la chasse pendant le confinement à raison de 4 jours par semaine, dimanche compris. Par respect pour l’effort collectif de confinement, la Préfecture de l’Aveyron a décidé que le dimanche ne serait pas un jour de chasse. La profession agricole le comprend et l’accepte tant que le travail de régulation peut être fait pendant les 3 autres jours autorisés.

Aujourd’hui, nous déplorons qu’un responsable politique aveyronnais sème le doute à ce sujet et relaie de fausses informations sur l’intention des responsables agricoles. Les dégâts, c’est nous, agriculteurs, qui les subissons. Il impératif de maintenir une régulation. A travers ce communiqué, nous souhaitons rétablir la vérité».

Le communiqué de la préfecture ICI : MISSION DE REGULATION DES POPULATIONS DE SANGLIERS ET DE CERVIDES

 éleveurs+chasse+dégâts

26 Octobre 2020 | Actus Aveyron | Actus élevage

Marché aux bestiaux de Laissac : péage unique pour les bovins et ovins

Les élus et agents administratifs de la mairie de Laissac dans le nouveau poste de péage du marché aux bestiaux de Laissac.

Mardi 20 octobre, c’était l’effervescence autour du péage unique construit entre les deux foirails bovins et ovins à Laissac. Ce nouveau lieu centralise la saisie des achats et l’information aux usagers du marché hebdomadaire.

Plus de fluidité dans la communication, centralisation des informations et de l’accueil en un seul lieu... le marché aux bestiaux de Laissac a construit un péage unique situé entre les deux foirails bovins et ovins. «Ça faisait un moment que nous pensions à réaménager l’espace et l’organisation de notre marché hebdomadaire», explique David Minerva, le maire, en vue de futurs travaux importants sur la place du foirail pour construire un nouveau centre social.

Désormais, le péage est unique pour les bovins et les ovins et est installé sur le bas du foirail. Un local tout neuf d’environ 30m2, équipé de la fibre, accueille la partie administrative de saisie, et offre un espace d’accueil à l’abri pour les usagers du marché. La saisie peut être assurée par 4 postes permettant ainsi les double-entrées ou l’entrée-sortie en simultanée. «Jusqu’alors nous avions une cabine générale sur le haut du foirail, et deux postes de péage (bovins et ovins), désormais tout est centralisé», avance Jean-Louis Puel, adjoint à la mairie en charge du marché aux bestiaux.

Pour la première journée test mardi 20 octobre, quelques réglages sont encore nécessaires et les habitudes doivent être prises mais globalement, les encadrants du marché sont plutôt satisfaits. Les camions-remorques et semi-remorques sont accueillis à partir de 6h15 à l’ancien péage bovins. Et à partir de 6h30, tous les véhicules peuvent entrer au nouveau péage. Le stationnement des véhicules s’effectue sur le grand parking attenant à la halle des ovins. «La circulation est plus simple pour tous et c’est aussi plus facile pour les encadrants du marché. Une quinzaine de personnes (administratifs, élus et agents de la mairie) sont mobilisées chaque mardi et nous voulions aussi leur simplifier la tâche», poursuit David Minerva. Bien sûr pour les élus, il s’agit aussi d’optimiser les coûts de fonctionnement du marché.

Du côté des commerçants et notamment bars et restaurants, bien présents autour du foirail, cette modification ne semble pas changer les habitudes des usagers du marché. «Cette nouvelle installation nous permettra aussi peut-être de base pour d’autres manifestations, sportives notamment, nombreuses à Laissac», souffle David Minerva. Un nouveau point d’accueil à l’entrée du village !

Eva DZ

 éleveurs+bovins+ovins

Précédents articles

22 Octobre 2020 | Cours du broutard : «Trois semaines pour ramener du prix aux éleveurs»
09 Octobre 2020 | La FDSEA réfléchit à un projet économique collectif [points de vue]
05 Octobre 2020 | Préfète de l’Aveyron : «Je promets de me battre pour vous» [point de vue]
28 Septembre 2020 | Mont Lait : mobiliser les troupes !
22 Septembre 2020 | «Eleveurs en otage, les chiffres plus têtus que les discours !»
18 Septembre 2020 | COVID : le message de fermeté de la préfète aux Aveyronnais
11 Septembre 2020 | GDS France en congrès à Rodez
05 Septembre 2020 | Reprise de l'abattoir Arcadie d'Arsac : l'offre du groupe UNICOR retenue !
04 Septembre 2020 | Premier contact de la nouvelle préfète de l’Aveyron avec l’agriculture
14 Août 2020 | Prélèvements et usages de l’eau : pas de changement dans les restrictions
12 Août 2020 | Charolais Aveyron : une vente en ligne de reproducteurs
11 Août 2020 | Alimentation durable : la Région fait appel aux citoyens
10 Août 2020 | Union Aubrac : les éleveurs se préparent pour le National à Cournon
08 Août 2020 | Prélèvements et usages de l'eau : restrictions renforcées
06 Août 2020 | La solidarité agricole contre l’incendie à Olemps
05 Août 2020 | Nouveau marché de producteurs de pays dans les anciens Haras de Rodez
04 Août 2020 | Partenariat Vinci Autoroutes : les touristes ont goûté l’Aveyron !
03 Août 2020 | Bleu des Causses AOP : à l'honneur sur les tables aveyronnaises cet été
01 Août 2020 | Prélèvements et usages de l'eau : premières restrictions en Aveyron
28 Juillet 2020 | Jean-Marc Calvet, nouveau président de l’association des maires de l’Aveyron
24 Juillet 2020 | La Volonté Paysanne du jeudi 23 juillet en accès libre
24 Juillet 2020 | L’actu vue par Z’lex
17 Juillet 2020 | Ovins lait : naissance de la coopérative Aveyron Brebis Bio
13 Juillet 2020 | Prix du lait : «des engagements et des perspectives à concrétiser» [point de vue]
06 Juillet 2020 | Edito : «Coup du sort ou coups tordus ?»
Voir toutes les archives