lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus Aveyron

21 Janvier 2021 | Actus Aveyron

Non-respect de la loi EGAlim : FDSEA et JA Aveyron protestent auprès de la grande distribution

La FDSEA et JA Aveyron ont dénoncé, mercredi 20 janvier, à l’enseigne Leclerc d’Onet-le-Château, le non-respect de la loi EGAlim dont l’objectif est de prendre en compte le coût de production nécessaire à la juste rémunération des agriculteurs.

«Adoptée en octobre 2018, suite aux «Etats Généraux de l’Alimentation», la Loi Alimentation avait l’ambition d’équilibrer les relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire en écrivant dans la loi, entre autres mesures phares, la prise en compte des coûts de production dans le prix des produits agricoles» ont rappelé les deux syndicats.

«Après deux années de mise en œuvre, le bilan est plus que mitigé» dénoncent-ils. «En lait d’abord. Un prix prenant en compte les coûts de production, dont la rémunération de l’éleveur, se situe au moins à 39 centimes d’euros par litre. En 2020, comme depuis 2015, le prix payé au producteur reste désespérément autour de 32 centimes. En viande également, la situation est loin d’être satisfaisante avec des prix très bas alors que la consommation française est dynamique».

Les deux syndicats demandent un plus fort engagement des pouvoirs publics afin que l’objectif de la loi EGAlim soit respectée par la grande distribution.

 éleveurs+alimentation+GMS

18 Janvier 2021 | Actus Aveyron

AG de la FDSEA Aveyron vendredi 22 janvier : «La campagne dans les cantines»

Valérie Imbert (secrétaire générale), Laurent Saint Affre (président) et Germain Albespy (secrétaire général-adjoint) présentent le programme de l'AG FDSEA prévue à Moyrazès.

«Rapprocher les cantines et la campagne» telle est l’ambition de la FDSEA qui consacre son assemblée générale du 22 janvier à ce projet collectif. Elle se base sur un travail d’enquête de ses équipes locales mené auprès des acteurs de la restauration hors domicile dans le département. Interview du président de la FDSEA, Laurent Saint Affre.

- Pourquoi ce thème ?

L. Saint Affre : «Nous avons l’habitude pour notre assemblée générale de travailler sur un thème d’avenir, qui sera notre feuille de route pour l’année à venir. Pour l’instant, nous faisons le constat que les Egalim ne répondent pas à nos attentes. A nous donc de nous prendre en main pour initier un projet qui permette à la fois de répondre aux attentes sociétales en favorisant l’approvisionnement en produits locaux dans la restauration collective tout en rémunérant les producteurs. L’un ne va pas sans l’autre !

- Quel est votre projet ?

L. Saint Affre : Nous avons en tête cet objectif des Egalim d’atteindre 50% de produits de qua- lité et de proximité dans les cantines d’ici 2022. C’est un espoir pour nous de voir aboutir enfin la loi alimentation. Notre rôle est d’accompagner les initiatives, de construire aussi avec les différents interlocuteurs, les mairies et Communautés de communes pour les cantines des écoles, le Département pour les collèges, la Région pour les lycées mais aussi au-delà avec les cuisines centrales, les hôpitaux, les EHPAD... Nous devons être force de propositions pour que nos produits soient utilisés en restauration collective et que la valeur ajoutée revienne bien aux producteurs.

- Quelles sont les étapes pour le concrétiser ?

L. Saint Affre : Nous avons dans un premier temps, utiliser notre réseau, nous nous sommes appuyés sur cette force locale pour prendre en main cette problématique de l’approvisionnement de produits locaux en restauration collective. Il y avait un réel besoin localement de prendre les devants, de s’investir pour faire avancer les choses. Les enquêtes réalisées sur le terrain ont d’ailleurs porté leurs fruits et montré cette implication locale.

La FDSEA accompagnée des JA et de la Chambre d’agriculture, entend accompagner toutes les initiatives collectives, portées par des groupes d’agriculteurs, pour répondre aux attentes des collectivités. Nous disposons déjà de deux outils qui fonctionnent, les plateformes Agrilocal au niveau du département et Occit’Alim au niveau de la région. Des ajustements doivent être apportés pour

un fonctionnement optimal. Notre rôle sera d’être facilitateur dans les échanges pour que chacun, agriculteur comme opérateur puisse s’approprier ces outils et les utiliser de façon optimale. Je pense par exemple aux adéquations entre toutes les demandes pour valoriser un animal à la carcasse... et pourquoi pas aussi jouer sur le levier de la congélation si besoin... Les pistes sont multiples, la clé sera de fédérer toutes les forces vives autour de ce projet.

- L’assemblée générale de la FDSEA, justement, va réunir plusieurs acteurs concernés. Une nouvelle étape dans la concrétisation du projet ?

L. Saint Affre : Oui, nous avons voulu mettre autour de la table, des agriculteurs, des gestionnaires de cantines, des élus... pour partager les expériences de chacun, identifier les freins, les points posi- tifs, à améliorer... pour lancer aussi la réflexion sur les adaptations à apporter et bien sûr échanger sur les attentes et besoins de chacun. Nous avons aussi sollicité Patrick Benezit, secrétaire général adjoint de la FNSEA, en charge du dossier des Etats généraux de l’alimentation au niveau national. Il fera notamment un point sur la situation aujourd’hui autour de la loi alimentation, les objectifs à atteindre dans les prochains mois... Et il partagera aussi avec nous, les expériences et initiatives, qu’il a pu découvrir dans d’autres départements. Partir de ce qui existe déjà pour construire nos outils de demain !».

Eva DZ

 éleveurs+cantines+alimentation

15 Janvier 2021 | Actus Aveyron

Joël Giraud (notre photo avec la préfète de l'Aveyron), secrétaire d’État auprès de la Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ruralité, était en Aveyron ce jeudi 14 janvier. Cette visite était l’occasion "de rencontrer les acteurs de la jeunesse en milieu rural". Il a ainsi eu un échange, durant une heure, avec une délégation des JA Aveyron, à la préfecture, à Rodez, tôt en matinée. Elle était emmenée par Romain Déléris, président des JA (lire ci-dessous).

Joël Giraud a ensuite visité le chantier de l’internat du Campus des métiers et de l’artisanat, de la Chambre des métiers et de l’artisanat de l’Aveyron. Puis il s'est rendu au "Jardin d'Arvieu", comme d'Arvieu, pour y visiter le tiers lieu villageois. Cette visite s'est conclue en milieu d'après-midi à la Maison Familiale et Rurale de Naucelle, suivie par une présentation du projet «Petites villes de demain» du Pays Ségali.

Visite de Joël Giraud en Aveyron : «les JA, exemples de la jeunesse rurale» [point de vue]

Une délégation de jeunes agriculteurs a rencontré ce jeudi 14 janvier, le secrétaire d’Etat auprès de la ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, chargé de la ruralité, Joël Giraud en visite en Aveyron. Romain Déléris, président de JA 12 était accompagné de deux jeunes installés, Gaëtan Garrigues et Laure Théron ainsi que de Julien Tranier en charge de l’installation à JA 12. Le point de vue de Romain Déléris (photo ci-contre, lors du petit-déjeuner avec Joël Giraud).

- Qu’avez-vous pensé de cette sollicitation ?

R. Déléris : «Nous sommes heureux d’avoir été invités à échanger avec le représentant de l’Etat en charge de la ruralité qui souhaitait aborder avec nous l’installation-transmission agricole. Que les JA aient été sollicités est une reconnaissance supplémentaire de notre action.

- Quels messages avez-vous transmis ?

R. Déléris : L’agriculture est un secteur structurant pour nos territoires, la base de l’économie rurale. Si nous voulons une campagne vivante demain, nous avons besoin d’assurer le renouvellement des générations, c’est une néces- sité, nous avons transmis ce message à M. Giraud.

Autour de son projet professionnel agricole, le jeune qui s’installe recherche aussi un cadre de vie qui lui permette de s’épanouir tant professionnellement que personnellement. Nous avons rappelé qu’il est donc important de préserver son environnement social en mainte- nant des services professionnels (appro, véto...), en entretenant une dynamique collective locale (CUMA, entraide, outils de transformation, d’abattage...) et un tissu associatif vivant. Dans une société de plus en plus individualiste et qui vit une crise sanitaire sans précédent, que restera-t-il demain de la vie sociale dans nos communes ?

Les jeunes agriculteurs, à la fois chefs d’entreprises et habitants, ont aussi besoin de territoires connectés tant numériquement avec une couverture téléphonique et internet intégrale que physiquement avec un accès routier facilité, nous pensons notamment au doublement de la RN88 de Rodez à l’A75. La promotion du métier, la transmission ainsi que la formation ont également été abordés.

En conclusion, nous avons redit combien il était important que tout soit mis en œuvre pour que les femmes et les hommes qui ont fait le choix de s’installer dans l’agriculture dans le département, puissent s’épanouir tant dans leur métier que dans leur vie personnelle»

Eva DZ

 JA+installation+ruralité


12 Janvier 2021 | Actus Aveyron | Actus élevage

Réforme de la zone vulnérable en Aveyron : «L’expertise se poursuit» (FDSEA-JA)

«Au soir de la remarquable mobilisation des agriculteurs aveyronnais du 15 décembre 2020, les représentants de l’Etat en Aveyron s’étaient engagés à ce que nous puissions obtenir un rendez-vous avec la direction régionale de l’Environnement. Celui-ci s’est tenu vendredi dernier à Toulouse.

Il s’agissait pour nous de pouvoir réexpliquer en quoi les dépassements des taux de nitrates dans les eaux aveyronnaises ne pouvaient pas être imputés à une origine agricole pour deux raisons principales :

1- Les dépassements enregistrés sont relevés exclusivement en hiver, une saison où l’activité d’épandage est nulle.

2- Les moyennes annuelles mesurées sont largement en-dessous des seuils exigés, et de surcroît en baisse par rapport à la campagne précédente. Tout laisse à penser que les pratiques des agriculteurs sont maîtrisées, que les saisons d’épandage, essentiellement au printemps, n’ont pas un impact délétère sur la qualité des eaux de rivière.

Ces arguments avaient été adressés en amont par la Chambre d’Agriculture et analysés avec précision par la DREAL Occitanie. Concernant les eaux souterraines, le classement proposé pourra être remis en cause car les mesures relevées sont insuffisantes. Concernant les rivières, notre constat de baisse des moyennes d'année en année est partagé par la DREAL, et appuyé de surcroît par des données complémentaires qu’elle a présenté. Seulement, le classement se fait dans un cadre légal européen et la méthode de classement n'est pas négociable auprès de Bruxelles (méthode du « percentile », qui consiste à enlever la plus haute valeur et retenir la seconde pour déclencher le classement, sans prendre en compte de moyenne annuelle). Pour tous les points concernés, il a été proposé que nous apportions des données complémentaires, notamment des analyses de terre, pour rassembler des éléments opposables et prouver les aberrations que nous identifions aujourd'hui.

Le travail continu donc, mais les marges de manœuvre sont étroites».

Communiqué FDSEA-JA Aveyron

 éleveurs+épandage+vulnérable


12 Janvier 2021 | Actus Aveyron | Actus élevage

FODSA-GDS Aveyron : une nouvelle équipe

Patrick Bouissou, Audrey Carrière, Yves Bony, Sylvain Fraysse, Bernard Lacombe, Céline Pouget et Marc Ginestet (photo FODSA-GDS Aveyron).

Depuis bientôt un an, la transition se prépare avec la nouvelle équipe de direction. Yves Bony, directeur et son adjoint, Patrick Bouissou passent le relais à un trio composé d’Audrey Carrière, directrice, Céline Pouget, responsable du pôle sanitaire et Marc Ginestet, responsable du pôle administratif.

Originaire de Roquefort, Audrey Carrière est arrivée à FODSA-GDS Aveyron en 2009 en tant qu’ingénieur chargée de mission au service sanitaire. «C’est un honneur pour moi que les professionnels et l’équipe de direction me proposent ce poste. Yves Bony et Patrick Bouissou m’ont transmis cet esprit de travail en équipe que je compte faire perdurer. Avec l’appui de Céline Pouget, de Marc Ginestet, je veux à mon tour faire perdurer les valeurs de la FODSA et son engagement auprès des éleveurs tout en évoluant avec notre temps. J’espère être à la hauteur du travail réalisé par mes prédécesseurs».

Marc Ginestet est entré à la FODSA en 1996 au moment de la réforme de l’identification bovine, il a œuvré à la mise en place du système informatique pour le suivi de la traçabilité bovine, ovine et caprine. «J’ai secondé Patrick Bouissou sur l’informatique et nous avons travaillé ensemble sur le développement de nombreux logiciels», peu à peu le service identification a pris de l’ampleur avec les visites d’élevage et toujours en lien étroit avec les missions sanitaires du GDS. Marc Ginestet est le référent sur la région de l’outil AGDS mis en place en 2014. «Yves et Patrick m’ont été d’un bon appui sur le service identification, j’ai eu plaisir à travailler avec eux dans la confiance et la sérénité et c’est avec joie que j’intègre la nouvelle équipe de direction, une équipe complémentaire, aux compétences multiples».

Diplômée de l’école vétérinaire de Toulouse en 2004, Céline Pouget a d’abord exercé en libéral en Lozère avant de rejoindre la FODSA en 2008. «Cette première expérience en rural m’a été bénéfique. J’ai pu mettre en avant cette double casquette de vétérinaire et de connaissance du terrain, dans mes échanges avec les professionnels. A la FODSA, j’ai été recrutée comme salariée en remplacement du Docteur Joseph Sigala, qui était vacataire. Mes missions étaient d’accompagner les élevages dans leurs différentes problématiques sanitaires. Je me souviens notamment des gros soucis de Border Disease lors de la prophylaxie 2008, nous sommes passés par une phase d’étude, de recherche qui s’est concrétisée par les analyses sur tank puis un plan de vaccination. Nous avons aussi développé le volet formation à travers des sessions «éleveur-infirmier» et aujourd’hui l’approche sanitaire globale. Je participe aussi à des missions nationales comme sur le BVD qui enrichissent nos connaissances. Avec Audrey et Marc, nous partageons l’envie d’assurer la continuité du service sanitaire, sa progression au service de tous les éleveurs».

Eva DZ

 éleveurs+GDS+FODSA

Précédents articles

08 Janvier 2021 | Une filière caprins lait vigilante sur ses pratiques [point de vue]
30 Décembre 2020 | Note de lecture : «Veau d’Aveyron et du Ségala»
29 Décembre 2020 | Des produits locaux bientôt dans les cantines des lycées [point de vue]
23 Décembre 2020 | Une centaine de pots de miel dans les colis de Noël des Restos du Cœur
18 Décembre 2020 | La Confédération générale de Roquefort fête ses 90 ans !
18 Décembre 2020 | L’actu vue par Z’lex
16 Décembre 2020 | Zone vulnérable et épandage : démonstration de force de l’Aveyron
14 Décembre 2020 | Joël Clergue, nouveau président de la SA4R [point de vue]
11 Décembre 2020 | Zone vulnérable et règles d’épandage : action FDSEA-JA mardi 15 décembre à Rodez
04 Décembre 2020 | Producteurs de foie gras et salaisons : coup de pub avant les fêtes !
30 Novembre 2020 | Le prochain comité loup se réunit début décembre [point de vue]
27 Novembre 2020 | Les podcasts, la nouvelle idée JA Aveyron !
23 Novembre 2020 | Chambre d’agriculture Aveyron : la mission bio fait le point
09 Novembre 2020 | Maintien de la chasse : «sans ambiguïté, les agriculteurs sont pour»
26 Octobre 2020 | Marché aux bestiaux de Laissac : péage unique pour les bovins et ovins
22 Octobre 2020 | Cours du broutard : «Trois semaines pour ramener du prix aux éleveurs»
09 Octobre 2020 | La FDSEA réfléchit à un projet économique collectif [points de vue]
05 Octobre 2020 | Préfète de l’Aveyron : «Je promets de me battre pour vous» [point de vue]
28 Septembre 2020 | Mont Lait : mobiliser les troupes !
22 Septembre 2020 | «Eleveurs en otage, les chiffres plus têtus que les discours !»
18 Septembre 2020 | COVID : le message de fermeté de la préfète aux Aveyronnais
11 Septembre 2020 | GDS France en congrès à Rodez
05 Septembre 2020 | Reprise de l'abattoir Arcadie d'Arsac : l'offre du groupe UNICOR retenue !
04 Septembre 2020 | Premier contact de la nouvelle préfète de l’Aveyron avec l’agriculture
14 Août 2020 | Prélèvements et usages de l’eau : pas de changement dans les restrictions
Voir toutes les archives