lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Actualités
Actus élevages

26 Janvier 2021 | Actus nationales | Actus élevage

Viande bovine : les jeunes bovins français sous pression

En France, les cours du jeune bovin U se stabilisent à des niveaux de prix bien inférieurs à ceux en vigueur en 2019 et 2018. Pourtant, le marché intérieur est assaini. A l’export, l’Italie reste un débouché majeur malgré la concurrence exercée par la viande importée de Pologne, en manque de débouchés.

« En 2020, le confinement et la fermeture des restaurants ont eu des effets marquants sur le marché du JB en Italie…. Malgré tout, les importations de broutards français se sont maintenues » indique l’Institut de l’élevage dans un dossier intitulé « Viande bovine en Italie : la filière prouve sa résilience ». En fait, la crise sanitaire n’a pas affaibli les liens commerciaux transalpins entre le bassin naisseur français et de l’engraissement transalpin. Elle les a tendus même si la qualité très régulière des broutards expédiés est très appréciée. Fin décembre, les faibles prix de vente des jeunes bovins (JB) sur le marché de Modène (Italie) pèsent sur les cours des broutards exportés de France vers l’Italie. A la même période, les cours en classe U étaient inférieurs de 6 % à leurs niveaux de 2019 (- 5 % pour classe R).

Un enjeu fondamental pour la France

L’Italie est structurellement déficitaire de 2,5 milliards d’€ (Md€) par an. La viande bovine effectivement produite en Italie ne couvre que 53 % de la consommation nationale en prenant en compte les jeunes bovins importés pour être engraissés. Mais la filière d’engraissement s’est renforcée par le développement d’unités de méthanisation alimentées par les fumures animales. Cette nouvelle activité procure un complément de revenu aux éleveurs. En 2019, la France a exporté en Italie plus des trois quarts de ses JB en Italie (800 à 900 000 têtes par an) et 32 % de la viande (70 000 téc). Avec 1,3 Md€, l’Italie représente 57 % des recettes à l’exportation de la filière bovin viande française. « L’après Covid-19 reste bien sûr plein d’incertitudes. Une toujours possible crise économique que devrait enrayer le gigantesque plan de relance européen, une nouvelle PAC plus verte, des exigences toujours croissantes sur le bien-être animal ou le sans antibiotique, un renouvellement des éleveurs en sursis en France comme en Italie… autant de défis à relever, analyse l’Institut de l’élevage. Mais la filière franco-italienne, riche de 60 ans de partenariat, a prouvé qu’elle avait les reins solides et qu’elle savait s’adapter et progresser ».

Un surstock réduit à 3 000 têtes

En France, le marché du JB est assaini. Le surstock de JB de 13 000 têtes encore constaté en novembre dernier est réduit dorénavant réduit à 3 000 têtes. Moins concurrencée par les importations de carcasse (19 400 téc ; - 30 % en novembre 2020 par rapport à 2019), la filière de viande bovine française reconquiert progressivement le marché intérieur depuis la première période de confinement. Durant la seconde période de confinement, les ventes de viande réfrigérée et surgelée font partie « des produits frais non laitiers » et « des ventes de surgelé salé » en hausse de 6 % et de 11 %. Dans le même temps, le marché allemand décongestionne le marché italien. En novembre dernier, les ventes françaises en Allemagne ont progressé de 10 % alors qu’elles baissaient de 16 % vers la péninsule italienne. La Pologne écoule aussi en Allemagne une partie de la viande initialement destinée à la restauration hors domicile.

Actuagri

 éleveurs+bovins+viande

25 Janvier 2021 | Actus nationales | Actus élevage

Lait de brebis : une collecte record pour la campagne 2019-2020

La production de lait de brebis a atteint 294 millions de litres lors de la dernière campagne qui court du 1e novembre 2019 au 31 octobre 2020, indique le 22 janvier à Agra Presse Benoît Baron, chargé d’études au département économie de l’Institut de l'élevage.

La production a progressé de 2% (+6 millions de litres) par rapport à la campagne précédente. Après un premier pic en 2017-2018 à 290 millions de litres puis un léger déclin, il s’agit d’un «record de collecte» pour la filière, analyse le spécialiste.

Cette croissance s’explique par un début de campagne, où se fait le plus gros de la production, très vigoureux grâce à une bonne qualité des fourrages.

«A la mi-campagne, il y avait 9 millions de litres d’avance par rapport à la précédente », observe Benoît Baron. Mais cette dynamique a été quelque peu freinée par la crise sanitaire, explique-t-il. «Il y a eu des incitations des collecteurs à modéré les volumes», précise-t-il.

 éleveurs+ovins+roquefort

25 Janvier 2021 | Actus nationales | Actus élevage

PAC : les aides aux bovins allaitants et laitiers revalorisées pour la campagne 2020

Deux arrêtés parus au Journal officiel le 22 janvier revalorisent les aides couplées en bovins lait et en bovins viande pour la campagne Pac 2020.

L'aide unitaire pour les bovins laitiers passe ainsi à 83,80 euros en zone de montagne (au lieu des 77 euros fixés par un arrêté du 29 septembre 2020). Pour le reste du territoire, elle est augmentée à 41,30 euros, contre 38 euros précédemment. En bovins allaitants, le montant unitaire de l'aide est revalorisé à 171,25 euros par vache (au lieu de 166 euros) pour les animaux des rangs 1 à 50. Les animaux des rangs 51 à 99 sont, eux, primés à hauteur de 123 euros par tête (au lieu de 121 euros). Par ailleurs, l'ensemble des femelles allaitantes éligibles dans un élevage deviennent primées, le nouveau texte supprimant le coefficient de 0,975 entre ces deux valeurs mis en place par un arrêté du 29 septembre 2020.

 éleveurs+bovins+lait

22 Janvier 2021 | Actus nationales | Actus élevage

Cheptels bovins : des baisses à prévoir en 2021

Selon L’Institut de l’élevage (Idele), il faut s’attendre, en 2021 à une baisse des cheptels bovins, a-t-il indiqué le 21 janvier dans un communiqué de presse.

La baisse se chiffrerait à 1 % pour la viande bovine par rapport à 2020, avec une production d’1,43 million de tonnes équivalent carcasses. « La décapitalisation du cheptel de vaches allaitantes, entamée en 2017, devrait se poursuivre en 2021 », a-t-il ajouté. De même le cheptel des vaches laitières devrait continuer de se réduire après une année 2020 compliquée : -2 % par rapport à 2019.

Fin 2021, l’Idele s’attend à une baisse d’environ 1,8 %. La tendance serait moins accentuée pour les taurillons (-1 %) mais indique que « les exportations de JB vivants restent très difficiles à prévoir car soumises à de nombreux paramètres politiques et sanitaires ».

Si la production des broutards et leurs exportations devraient se stabiliser, l’Institut s’attend, par ailleurs, à une hausse de la consommation de viande bovine pour 2021.

« Le rebond serait alimenté par une reprise modérée des imports et une érosion des exports. Toutefois, l’année 2021 s’annonce tout aussi incertaine que la précédente en ce qui concerne les dynamiques de consommation et d’échanges », précise l’Idele. Ce qui supposerait une augmentation des importations … « en fonction des conditions de reprise de la restauration en 2021 », conclut-il.

 éleveurs+bovins+FNB

22 Janvier 2021 | Actus nationales | Actus élevage

Filière ovine : le cours de l’agneau en hausse

Les éleveurs d’ovins bénéficient d’une conjoncture concurrentielle très favorable alors que les Français consomment toujours moins de viande de mouton.

A 7,26 €/kg de carcasse en semaine 53, le marché ovin clôt l’année 2020 à un niveau historiquement élevé : + 0,98 € par rapport à 2018. Les abattages d’agneaux sont restés stables sur un an alors que la consommation de viande a globalement baissé de 6 %. Mais la préférence des Français se porte davantage sur la viande d’origine française.

La conjoncture très favorable des prix pousse naturellement les éleveurs à conserver une année de plus leurs brebis pour la reproduction : les abattages de réformes ont baissé de 6 % sur un an. Le Brexit et la crise sanitaire du Covid désorganisent la filière ovine britannique. Les abattages et les expéditions sont en forte baisse : - 263 000 tonnes équivalent carcasse (téc), en recul de 9 % par rapport à 2019. En Australie, 42 % des éleveurs reconstituent leur troupeau après deux années de sécheresse.

A l’export, l’Australie est donc toujours limitée par sa production temporairement restreinte. 16 % d’ovins en moins ont été commercialisés depuis le début de l’année 2020. Toutefois, la crise de la Covid et les différends diplomatiques qui opposent l’Australie à la Chine l’empêchent d’exporter des animaux. L’empire du milieu privilégie les importations de viande en provenance de Nouvelle-Zélande. En onze mois, l’ile-continent a accru ses exportations vers la Chine de 8 % mais ses ventes vers l’UE ont baissé de 6 %.

Cumulés sur 11 mois, les ventes d’agneaux néozélandais restent cependant stables d’une année sur l’autre (398 000 téc). Mais la sécheresse survenue au début de 2020 en Nouvelle-Zélande a incité ses producteurs à se défaire d’une partie de leur cheptel reproducteur (+ 12% d’abattages des réformes).

 éleveurs+ovins+agneaux

Précédents articles

20 Janvier 2021 | Bovins viande : marché des JB «au vert» mais prix bas, la FNB veut des explications
13 Janvier 2021 | Déclinaison française de la future PAC : la position de négociation de la FNSEA
12 Janvier 2021 | Réforme de la zone vulnérable en Aveyron : «L’expertise se poursuit» (FDSEA-JA)
12 Janvier 2021 | FODSA-GDS Aveyron : une nouvelle équipe
11 Janvier 2021 | Alimentation animale : des prix élevés «pour encore quelques mois» (Snia)
08 Janvier 2021 | «Ecoscore» : la colère d’Interbev
08 Janvier 2021 | Une filière caprins lait vigilante sur ses pratiques [point de vue]
30 Décembre 2020 | Note de lecture : «Veau d’Aveyron et du Ségala»
18 Décembre 2020 | La Confédération générale de Roquefort fête ses 90 ans !
16 Décembre 2020 | Zone vulnérable et épandage : démonstration de force de l’Aveyron
15 Décembre 2020 | Prix des broutards: les discussions dans l'impasse, selon la FNB
14 Décembre 2020 | Le broutard en pleine crise : la FNB en colère
14 Décembre 2020 | Joël Clergue, nouveau président de la SA4R [point de vue]
11 Décembre 2020 | Zone vulnérable et règles d’épandage : action FDSEA-JA mardi 15 décembre à Rodez
09 Décembre 2020 | Lait : le nouvel étalon pour compter les cellules sera mis en place au 1er avril
08 Décembre 2020 | Filière lait bio : les éleveurs affectés par la Covid-19
07 Décembre 2020 | Boeuf Label rouge: moins de 10 contrats signés, «très loin du compte» pour Interbev
04 Décembre 2020 | Producteurs de foie gras et salaisons : coup de pub avant les fêtes !
03 Décembre 2020 | Porcs : la FNP s’inquiète de la chute des cours
30 Novembre 2020 | Le prochain comité loup se réunit début décembre [point de vue]
27 Novembre 2020 | La FNPL mécontente du prix du lait
25 Novembre 2020 | Viande bovine : la crise a bouleversé le marché (Idele)
17 Novembre 2020 | Lait : le Cniel publie un nouveau prix de revient en hausse de 19 € à 403 €/1000 litres
17 Novembre 2020 | Grippe aviaire H5N8 : toutes les volailles françaises confinées
09 Novembre 2020 | Porc : la cotation du marché de Plérin plonge de 4,6 centimes en une semaine
Voir toutes les archives