lavolontepaysanne.fr Actualités - Agriculture - Aveyron
Elevage - Cultures - Machinisme - Ruralité

Accueil > Varenne de l'eau : la sélection n’offrira pas de «solution miracle»

09 Novembre 2021

Varenne de l'eau : la sélection n’offrira pas de «solution miracle»

Parmi les 25 contributions soumises au ministère par les filières dans le cadre du Varenne de l’eau et du changement climatique, «la sélection génétique apparaît au premier rang des sujets à privilégier», a souligné Thierry Caquet, directeur scientifique Environnement d’Inrae, à l’occasion d’une visioconférence le 8 novembre. «Le besoin de mobiliser les technologies NBT (nouvelles techniques de sélection, NDLR) et de faire évoluer la réglementation revient aussi fréquemment», a-t-il poursuivi. Mais pour l’heure, a rappelé de son côté le directeur de recherche à l’Inrae François Tardieu, la sélection végétale s’est plutôt concentrée sur le rendement. «Nous n’avons pas vraiment changé le génome de résistance à la sécheresse», a insisté le chercheur, évoquant des gènes encore sous-exploités sur le contrôle de la transpiration ou les régulations hormonales.

«Il n’y a pas de solution miracle. Nous ne pourrons pas faire à la fois du rendement et de l’adaptation à la sécheresse», a tranché pour sa part François Champanhet, membre du CGAAER et co-rapporteur de la deuxième thématique du Varenne. Dans les contributions des autres parties prenantes du Varenne, comme les organismes de recherches ou collectivités, c’est en revanche l’évolution des techniques culturales qui a été citée comme enjeu prioritaire. «La génétique ne pourra pas répondre à tous les enjeux, et il faudra trouver des complémentarités avec l’agronomie», a confirmé Thierry Caquet.

La rédaction